Aller au contenu
  • billets
    4
  • commentaires
    7
  • vues
    3 505

MAKWA LAB. 1: THE BEGINNING

Aide à l’identification des différents dorés retrouvés au Québec

Bien que je sois un adepte du “catch and release” , on va aller dans le moins plaisant ! Peut-être même déplacé aux yeux de certains. De par mon métier de « biologisterie », je suis amené à capturer des poissons et dans certains contextes d’études scientifiques, je dois en tuer. Évidement, ce n’est pas un jeu. Surtout que la plupart du temps, nous essayons de privilégier les méthodes de pêches non destructives. Certaines études demandent que l’on conserve du poisson pour prendre des mesures morphométriques par exemple la taille ou le poids, mais aussi le foie, les gonades, et les structures d’âge.

Les articles Makwa Lab se baseront sur des remarques que j’ai pu me faire au cours de différentes pêches scientifiques. Ça pourra porter sur la biologie d’une espèce, une identification, un comportement particulier ou encore une anecdote.

Pour commencer cette série d’article (qui je l’espère sera très longue), j’ai choisi une aide à l’identification des dorés que l’on retrouve au Québec. Plusieurs personnes se sont déjà posé la question (au moins au début et parfois plus tard) “qu’est ce qui différencie le doré jaune du doré noir ? et le bleu dans tout ça ?”. J’ai récemment eu un doute sur une identification d’un jeune doré qui présentait des caractéristiques des deux espèces. Un doute rapidement soulevé, mais la question m’a traversé l’esprit. C’est pourquoi je commencerai par une rapide description des caractéristiques du doré jaune (Sander vitreus), puis de celles du doré noir (Sander canadensis). Je présenterais des photos des poissons qui m’ont fait douter pour finir par l’article que j’avais écrit pour mon ancien blog sur le doré bleu. Il faut savoir que lors d’une identification, la couleur de la robe seule est un point dont il vaut mieux se méfier car d’un individus à l’autre, elle peut varier beaucoup et entraîner des confusions. Il faut aussi savoir qu’au cours de sa vie, un poisson peut subir des modifications importantes de couleur, voir même de forme.

“Atteindre le doute du doute est le commencement de la certitude” – Léon Daudet

Le doré jaune présente des caractéristiques d’identifications relativement simples. Hormis son apparence générale que de nombreux reconnaissent aisément, cette espèce s’identifie par les taches blanches présentes sur le lobe inférieur des nageoires caudales, anales et pelviennes. De plus, un deuxième critère particulièrement important est une tache noire à la base de la première nageoire dorsale. Ces critères sont présentés à la galerie 1.

img_0048.jpg?w=300&h=225img_0052.jpg?w=161&h=106img_0051.jpg?w=161&h=115img_0050.jpg?w=211&h=153img_0049.jpg?w=250&h=153

Galerie 1 : Présentation des différentes caractéristiques du doré jaune (Sander vitreus).

Le doré noir s’identifie principalement par la présence de marbrures foncées sur le corps. La galerie 2 présente les photos d’un doré noir typique. Des taches alignées sont présentes et particulièrement visibles sur les nageoires dorsales et caudales. De plus, les dorés noir ne présentent pas de taches blanches sur les pelviennes, l’anale et la caudale. Cette espèce ne porte par de tache noire distincte sur la portion arrière à la base de la première dorsale.

img_0043.jpg?w=320&h=240img_0047.jpg?w=141&h=130img_0046.jpg?w=141&h=106img_0045.jpg?w=230&h=173img_0044.jpg?w=231&h=173

Galerie 2 : Présentation des différentes caractéristiques du doré noir (Sander canadensis).

Voilà le poisson qui m’a fait me poser une question, voir la galerie 3. On peut voir que ce doré, qui est de petite taille, ne présente pas de tache blanche sur la caudale, l’anale ou les pelviennes, ce qui est une caractéristique du jaune. Il présente des taches sombres alignées sur la caudale. Malheureusement, on ne voit pas la première nageoire dorsale pour la tache noir à sa base. C’est pour cela que j’ai mis la seconde photo dans la galerie, qui présente un doré sans tache blanche sur les nageoires inférieures et par contre, présente une tache noire à la base de la dorsale. Ces poissons sont de jeunes dorés jaunes présentant des caractéristiques trompeuses. Des caractéristiques qui n’étaient présentent chez aucun des individus plus vieux, tous des doré jaunes évidents !

http://makwafishing.files.wordpress.com/2014/01/dsc_0193.jpg?w=278&h=121

http://makwafishing.files.wordpress.com/2014/01/dsc_0215.jpg?w=183&h=121

Galerie 3 : Un doré au premier abord atypique !

Le doré bleu, un article archive provenant de mon ancien blog “Comme un poisson dans l’eau”.

Ce formidable poisson, le doré jaune (Sander vitreus), que la plupart des pêcheurs recherchent et, par le fait même, connaissent très bien, réserve encore quelques surprises qui laissent perplexe les plus curieux d’entre nous. Ici, je veux parler du mythique “doré bleu”, qui a eu pour nom Sander vitreus glaucum par le passé et qui semble s’appeler comme ça encore parfois (en fait je trouve des informations un peu contradictoires mais c’est pas bien grave, c’est le problème de ce genre de particularité, on sait pas bien quoi en faire). Ce doré qui a semblé disparaître des grands lacs Ontariens au début du 20 eme siècle à cause d’une surexploitation, dont on dit que cette couleur est due à une réaction comme une allergie qui lui donnerai cette coloration particulière ou encore que ce sont des algues bleues (cyanobacteries) qui seraient responsables de cette bizarre de couleur sur les dorés jaunes. J’en ai entendue d’autres, autant d’informations mélangeantes et pas forcément vraies. Par cet article, j’aimerais apporter une humble éclaircie dans les bas fonds entourant les mystères du “doré bleu”. Je me baserai sur deux articles scientifiques pour cela :

- Yves Paradis et Pierre Magnan, 2005. Phenotypic variation of waleye, Sander vitreus, in Canadian Shield lakes : New insights on percid polymorphism. Environmental Biology of Fishes, 73: 357-366.

- Chi-Li Yu, Daniel Ferraro, S. Ramaswam, Mark H., Schmitz, Wayne F., Schaefer, David T., Gibson, 2007. Purification and properties of Sandercyanin, a blue protein secreted in the mucus of blue forms of walleye, Sander vitreus. Environ. Biol. Fish, p.8.

dore-bleu-1291.jpg?w=1000&h=dore-bleu-vivant.jpg?w=700&h=dsc_0221_1.jpg?w=1000&h=

Voila trois photos prises lors de pêches scientifiques qui présentent un doré jaune, provenant des eaux argileuses d’une rivière Abitibienne, aux mesures surprenantes puisqu’il faisait près de 95 cm pour une dizaine de lbs (à gauche), un doré bleu d’un lac du Témiscamingue (en haut) et un doré bleu de la Baie James (en bas).

Comme mentionné plus haut, le doré bleu a été considéré au cours du 20 eme siècle comme une sous espèce, mais il a été montré qu’en fait il s’agissait plus d’un morphotype. C’est un peu obscur dans mon esprit cet aspect là, par rapport à ce que je lis. Un morphotype, c’est ce qui à trait aux caractéristiques physiques d’un individus. Dans le cas du doré bleu, cela s’étendrait a une population complète. Au premier coup d’oeil, les deux poissons ont la même apparence, mais en creusant plus en profondeur, des caractéristiques morphologiques différentes apparaissent. Si l’on compare aux particularités du doré jaune, le doré bleu a une tête plus allongée, un espace plus large entre les canines qui sont plus petites, les yeux sont moins espacés, le régime alimentaire est similaire et il a une croissance plus lente. La raison de cette coloration si particulière n’est pas connue mais l’hypothèse qui semble la plus plausible est l’adaptation à des profondeurs plus importantes du doré bleu par rapport au jaune. Ce qui reviendrait a parlé de coloration cryptique afin de passer inaperçu aux yeux de ses proies en eaux plus profondes. De plus, il faut noter qu’outre l’habitat et sa recherche d’eaux plus fraîches, les habitudes du doré bleu sont légèrement différentes. En effet, la fraie du doré bleu est plus tardive que celle du doré jaune et les frayères sont situées sur des sites plus profonds que les frayères habituelles du doré jaune.

Dore-bleu-VS-jaune.JPG

Comparaison entre deux dorés bleus (en bas) et un doré jaune (en haut) pris sur le même secteur lors d’une pêche scientifique.

Il a été démontré que cette coloration était due a une protéine bleue appelé la Sandercyanine. Cette protéine est sécrétée principalement sur la moitié dorsale et caudale du poisson, dans le mucus. La particularité du doré bleu est son absence de pigments jaunes dans sa robe, ces poissons apparaissent plutôt gris après retrait du mucus. Cette protéine, pour le moment, est spécifique au doré bleu en terme de composition en acides aminés. La fonction exacte de cette protéine n’a pas été mis à jours exactement hormis l’aspect camouflage comme avantage pour le doré bleu à des profondeurs plus importante que pour le jaune.

À lire aussi, un article paru dans cyberpresse sur une étude faite sur le doré bleu :

Le doré bleu existe !

Pour ceux qui veulent contribuer aux recherches faites sur cette forme de doré, il y a un blog sur le doré bleu qui existe :

Blue Walleye



3 Commentaires


Recommended Comments

Eh bien, j'ai appris quelque chose aujourd'hui. 

 

J'avais toujours pensé que les dorés bleus n'étaient qu'une couleur différente des dorés jaunes un peu plus au nord du Québec...

 

Merci Makwa pour m'avoir permis de me coucher plus intelligent ce soir. 

 

Très bon article en passant. 

 

J'ai hâte de te RElire. 

 

Jack28

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Tres intéressant.

 

Une bonne facon de distinguer le jaune du noir est la présence d'ecailles sur une partie de l'opercule et l'abscence pour l'autre espèce.

 

Pour le doré bleu ça reste un grand mystère, mais en effet dans son mucus   il y a quelque chose qui réagit en devenant bleu.

 

J'ai decouvert qu'en mettant du sel dans l 'eau à une concentration de 5 ppm , ( soit: X  partie par mille pour les solutions )ou meme en ajoutant directement du sel sur un doré mort et dégelé, la couleur bleue apparaissait rapidement.

 

Pour ce qui est de la morphologie j'ai remarqué comment les poissons adoptant des modes de vie plus pelagique que benthique se développent avec des silouhaite plus allongée et effilée.

 

L'apparition des gobies pourrait , à mon avis , retourner certain sous groupe d'especes  poissons  vers des formes plus connu, notament pour les lacs ou l'éperlan serait présent et en diminution.

 

Nourriture pélagique versus nourriture benthique.

 

Le sujet est intéressant mais se fier au couleurs,  taches et formes ne sera jamais des critères d'identification  aussi certain que la présence d'ecailles sur l'opercule ou non.

 

Bonne peche !

 

PS : Faire le test du sel dans le vivier ou sur un poisson mort est révélateur sur la sensibilité et la facilité qu'a le doré jaune à prendre des teintes bleues remarquables.

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Merci pour vos commentaires, c'est très apprécié. Tu as tout à fait raison Kormoran, concernant l'utilisation de critères d'identification, l'idée est de promouvoir le fait que ces critères doivent être pris en compte et ne pas se fier à un seul, qui dans certains cas, pour certaines espèces peut entraîner des erreurs d'identification. 

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Invité
Ajouter un commentaire…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Créer...