Aller au contenu

Capture d’un Chinook au lac St-Louis.


Publications recommandés

Bonjour !

Voici un très court vidéo de la chaîne YouTube de W-Trees-Fishing sur la capture surprise d’un saumon Chinook (4,1 kg) au lac St-Louis, à proximité du barrage hydroélectrique Beauharnois. 

🎣

Modifié par Carpediem
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour !  Éric.

Il semble bien qu’une faible partie des migrations de saumons des grands lacs emprunteraient le réseau d’écluses de la voie maritime du St-Laurent pour élargir leurs aires de reproduction. Si l’ont suit cette logique que tous les espèces migratrices sont en constante évolution et de fait vont occuper des niches écologiques non occupées, non exploitées pour diverses raisons par d’autres espèces. 

 Ils est bien de se souvenir qu’historiquement, jusqu’au 18 siècle, il y avait des migrations de saumons atlantiques au sud-ouest du Québec dans les affluents du fleuve St-Laurent, et jusqu’aux grands lacs. 

Dans un avenir proche, comme l’indique les captures occasionnelles par les pêcheurs de Montréal et de Québec. La présence de ces migrations de saumons des grands lacs vont être de plus en plus fréquentes dans les eaux du fleuve St-Laurent. De plus, je pense que ça va s’accélérer avec le réchauffement des eaux du fleuve, le réchauffement climatique va affecter beaucoup d’espèces ne pouvant pas s’adapter aux nouvelles conditions environnementales.

Certaines espèces indigènes vont être obligées de quitter leurs territoires pour pouvoir survivre et d’autres vont occuper les territoires restés inoccupés. Comme c’est le cas du saumon atlantique, la morue, le hareng, le maquereau... D’autres vont profiter du réchauffement comme le homard, le bar rayé ou le thon.

Il faut prévoir que les saumons des grands lacs auront une meilleure disposition biologique que ceux de l’Atlantique. Leurs période de reproductions tardives en automne (novembre). Ces migrations qui se feront dans des eaux beaucoup plus froides et çà va grandement facilité leurs multiplication par rapport aux autres espèces qui migrent et se reproduisent plus précocement en automne. 

Actuellement, le gouvernement a déjà à l’œil la truite arc-en-ciel et surtout la Steelhead, version anadrome de cette espèce qui malgré tout c’est très bien adaptée au eaux froides du fleuve située près de l’estuaire du golfe. 

Maintenant, comme toujours, dans plusieurs autres pays côtiers, se sont les espèces les mieux adaptées qui vont occuper et partager les meilleures sites de reproduction, d’alimentation à la places de ceux occupaient historiquement ces niches écologique. C’est ce qui est arrivé en Amérique du Sud et en Nouvelle-Zélande.

 

🎣

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×
×
  • Créer...