Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'truite'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Communauté Pêche QC
    • Présentez-vous !
    • Autour d'la tasse de café !
    • Le Pub Pêche QC
    • Les récits Pêche Québec
    • La tente des pêcheurs sous la glace
    • Le salon des experts
    • Le mur des trophées
    • Le salon des moucheurs
    • La pêche en canot/kayak
    • Le salon des capitaines
    • La rivière des saumoniers
    • L'accès aux plans d'eau publics du Québec
    • La chaise pliante des carpistes
    • Le salon des pêcheurs à gué
    • Le quai des pêcheurs en eau salée
    • Les chasseurs-pêcheurs du Québec
    • Le livre de recettes des membres PêcheQC
    • Vos camions et voitures de pêche
  • Les petites annonces
    • Petites annonces pour la pêche
    • Fabricant/Pro-staff/Guide local de pêche
    • OSBL pour la pêche au QC
    • Concours pour membre Pêche QC
  • Support Administratif
    • Problèmes techniques
    • Recommandations et Idées
  • Le Québec par région
    • Rencontrez des pêcheurs de vos régions et organisez vos sorties!
    • (01) Bas-Saint-Laurent
    • (02) Saguenay–Lac-Saint-Jean
    • (03) Capitale-Nationale
    • (04) Mauricie
    • (05) Estrie
    • (06) Montréal
    • (07) Outaouais
    • (08) Abitibi-Témiscamingue
    • (09) Côte-Nord
    • (10) Nord-du-Québec
    • (11) Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
    • (12) Chaudière-Appalaches
    • (13) Laval
    • (14) Lanaudière
    • (15) Laurentides
    • (16) Montérégie
    • (17) Centre-du-Québec
  • Les pêcheurs de brochet's Vos leurres préféré pour la pêche au brochet

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Ville


Intérêts

26 résultats trouvés

  1. Carl caron

    Lac massawippi

    Ces quoi vos record sur ce lac
  2. Salut à tous, Premier post sur le forum désolé si je ne suis pas au bon endroit. Je m'en vais dans deux semaines (Début août) pêcher à la pourvoirie du milieu et j'aimerais avoir des conseils car je suis plutôt un pêcheur à gué en milieu urbain et nous serons cette fois-ci en embarcation. Nous serons précisément au chalet le Goblin pour ceux qui connaissent et nous avons accès à plusieurs lacs, (Goose, Barbillon, Canard, punch) La plupart des lacs contiennent surtout du brochet et le lac punch de la mouchetée ensemencée . Vos conseils sont les bienvenus autant sur les appâts à utiliser, les techniques de pêches (lancer, troll, etc.) que sur les heures ou les endroit ou nous devrions nous concentrer. Merci d'avance!
  3. max trout

    Lac louise

    Yen a ru qui on deja pecher au lac louise a st adolphe?
  4. Je vous amène avec moi en cette fin de saison estivale à la truite (zone 6) dans le petit ruisseau où j'avais eu la chance de guider les filles de l'émission "Elle pechent" malheureusement pour Suzanne et Louise on était trop tot en saison mais heureusement pour moi a la fermeture le pêche i est excellente. Plus de 50 poissons de toute tailles (40+ mouchetée, 4 brunes et quelque ouitouches) Toutes les prises a la nymphe "sans ardillon" pour une remise a l'eau facile.
  5. Salut tout le monde, je suis pêcheur cinéaste et j'ai fait une vidéo de pêche quand je suis aller à la pourvoirie Waban-Aki. ON A PÊCHER 22 TRUITES en notre arrivé en même pas 3 heures!. C'est une des meilleur pourvoirie que j'ai visité. Les propriétaire ont tellement aimé la vidéo qu'il on voulu l'acheter pour la mettre sur leur site! Dite-moi ce que vous en pensé! Regardez la vidéo par vous-même et partagé la! Bonne saison de pêche à tous!;)
  6. Bonjour à tous et toutes qui partagé la même passion que moi J'adore aller à la pêche sur une rivière pour la découvrir Pêcher à gué , me promener dans la rivière parmi les roches , le rivage que de plaisir cela me procure . Une journée de pêche pour moi ce n'est pas remplir mon frigo ou congello c'est vivre parmi la nature Cependant j'aimerais bien avoir quelqu'un avec qui partager ce plaisir de taquiner la truite et d'être dans la nature . Je pêche à la mouche ainsi qu'au lancer léger ma préférence va pour la mouche . Je confectionne mes mouches et m'amuse à les expérimenter Merci de m’accueillir dans votre communauté
  7. Salut groupe, je me prépare à aller pêcher la truite de mer à la fin du mois de juin en Gaspésie. J'ai décidé d'apprendre à monter un ou deux modèles pour cette espèce. Voici les étapes de création de cette nouvelle mouche pour moi. D'abord une technique que j'ai apprises en regardant un vidéo de Davie McPhail (no 1). Ensuite vous pouvez voir les différentes tentatives qui mènent à la mouche que je considère comme mon modèle définitif (no 6). De retour à Trois-Rivières en fin de semaine, je vais en faire une série de bleues. Dire que j'ai commencé cette exploration pour écouler un surplus de gros streamers et de plumes noires. Si ça vous intéresse, je peux donner quelques détails techniques.
  8. allo moi j'aime explorer et marcher les rivieres la canne à la main, je cherche des coins '' MAGIQUE'' à voir, je me promène pomal !! centre du quebec pis mauricie, et meme partout , j'aime ben la truite , mais jaimerais pogner dla perchaude Yess merci
  9. [Avertissement : Cet article ne s’adresse pas aux pêcheurs à la mouche, pas plus qu’il vise à dénaturer le noble art de la pêche à la mouche. Il s’adresse aux pêcheurs de lancer léger qui veulent enrichir leurs techniques de finesse, surtout pour la pêche à gué. Cet article est le troisième d’une série de trois articles sur des approches inusitées pour la truite et autres espèces. Nos préférons vous en avertir.] J’ai longtemps hésité à écrire cet article et pour cause : le nombre de réactions négatives que j’ai subies — le mot n’est pas trop fort — m’a maintenu dans la discrétion pendant plusieurs mois. En effet, chaque fois que je tentais d’en parler à des connaisseurs, on m’a boudé, ridiculisé ou même sorti d’un magasin ! Et pourtant, ce que je m’apprête à vous révéler, ça fonctionne. En dehors de tous les cadres connus, oui, mais ça marche. En TA… Au mois d'août 2016, j'ai appris une technique qui m'était inconnue pour le maquereau. À 4h30 du matin, nous étions sur le quai. Les paysages étaient parfois spectaculaires. Le printemps-été 2016 a été pour moi source constante de découvertes. J’en ai déjà présenté une partie dans les deux articles précédents (références ci-bas). Or, au mois d’août 2016, à l’occasion d’un voyage en Gaspésie, une autre étape essentielle a été franchie, mais commençons par le commencement. Un grand ami à moi, de Cap-Chat, m’a initié à la pêche au maquereau. Quatre ou cinq fois, nous sommes allés sur des quais, ceux qu’il fréquente depuis son enfance, pour notre plus grand bonheur. Ce fut des moments magiques. Or, pour la première fois, je pêchais avec un montage qui me semblait étrange : une mené plombé tout au bas de la ligne et, à distance régulière, sur la ligne, des streamers. Autant qu’on en voulait, car le maquereau se déplace en banc ; il y en a plein, ou il n’y en a pas. On peut sortir trois d’un seul coup, et parfois rester des heures sans la moindre touche. La plupart du temps, j’en ai remonté deux, mais parfois trois ou quatre à la fois. D’être là, avec un vieux chum, m’a fait le plus grand bien. Montage populaire à Ste-Anne-des-Monts pour la pêche au maquereau : un mené plombé tout en bas, et à tous les 18 pouces, un streamer. Autant qu'on en veut! Or, au printemps, j’avais développé une petite technique avec un popper pour maintenir des appâts artificiels près de la surface, tout en pouvant les lancer à longue distance. L’idée m’est venue de tenter le tout avec un streamer. Pas pour le maquereau, mais pour la truite ou le saumon. Ce ne fut pas un succès. La limpidité des cours d’eau et le bruit que je faisais en le lançant rendaient les poissons extrêmement méfiants. L’eau chaude de ce mois d’août 2016 a fini de faire le reste. Voici que l’on m'apprend à pêcher à la mouche. Là non plus, je n’ai pas eu beaucoup de succès. En deux jours, un petit saumon et quelques truites (2 ou 3, je crois). Il reste que dans ma maladresse, j’en ai attrapés plus que d'autres pêcheurs plus expérimentés. Je n’étais pas peu fier. Premier essai de montage avec des mouches sur une canne à lancer léger : Mon vieux popper posé à l'envers, une mouche flottante et, tout en bas, une nymphe. Le lendemain, sans guide cette fois (mais avec toutes les autorisations), je me suis rendu à la même fosse avec un attirail inusité : j’avais mon petit popper renversé. Dans la bouche, j’ai placé un leader flottant pour les cannes à mouches (de 6 pieds) et j’ai lancé les mêmes mouches que la veille. Sur mon tippet en fluorocarbone, j'ai posé une nymphe à l’extrémité et une mouche flottante (à 18 pouces ou 45 cm). Même fosse. Mêmes mouches. Même approche globale. Nouvel attirail. Bingo! En deux heures, j’ai pris 3 truites (pas de saumons). Maintenant initié à la pêche à la mouche depuis la veille, je comprenais mieux qu’il me fallait laisser mon offrande descendre le courant, laisser mon montage le suivre le plus naturellement possible. J’ai cependant vite appris que je ne pouvais pas utiliser le même positionnement que la pêche à la mouche à la régulière. J’ai préféré lancer mes montages vers le haut du courant et le laisser descendre, jusqu’à ma hauteur. Là, je récupérais et je relançais en haut. Bien sûr, je n’avais pas l’exceptionnelle précision et régularité que celles avec ma canne à moucher — c’est sa grande force en fait, ça et la subtilité, la finesse —, mais les résultats furent immédiats. J'achetais mes mouches complètement au hasard, à l'instinct, et sans aucune aide des marchands. En effet, chaque fois que j'osais ouvrir la bouche sur "ma technique" de pêche avec des mouches, on me donnait l'impression d'être ridicule ou offensant. J'ai continué, discrètement, sans en parler à personne. De retour en Mauricie, tant sur la Shawinigan que sur la St-Maurice, pour la truite, l’achigan ou le doré, c’est ainsi que j’ai pêché avec des mouches pendant les mois d’août à octobre. Comme j’aime dire, je pêche au lancer léger avec des mouches, mais je ne pêche pas « à la mouche », selon l’approche traditionnelle. Du moins, pas encore. Je suis novice, à ce chapitre. En fait, durant cette période, j’ai choisi de ne parler que très peu de ce que je faisais. La raison en est bien simple : dans un grand magasin de plein air, je me suis presque fait « virer » de la section de la pêche à la mouche par le vendeur. Dans un commerce spécialisé, le patron m’a presque mis dehors pour crime de lèse-majesté. La vérité est que j’achetais mes mouches un peu au hasard, sans trop m’y connaître. Ne sachant pas différencier la nymphe, de la mouche noyée ou flottante. C’est plus par essais-erreurs que j’ai pu comprendre le comportement de l’une ou l’autre mouche. C’est en testant et tentant de perfectionner cette technique que j’en suis venu à comprendre… que ça marchait. Complètement. Je pêche au lancer léger, avec des mouches pour leurres. Un point tournant (janvier 2017) Tempête de neige, congé forcé. Je suis à la maison et il me vient une idée. En anglais, je google : « fly fishing spinning rod ». Je suis tombé sur la caverne d'Ali Baba. Non seulement ai-je trouvé quelques excellents articles (voir notes ci-bas), mais en plus, un célèbre pêcheur de truites du Wisconsin en a même fait sa spécialité. Seul, lui aussi, il en est arrivé à peu près aux mêmes conclusions que moi. Je n’en revenais tout simplement pas ! Oh, lui est surtout concentré sur les ruisseaux et les petites rivières — alors que moi, ce sont surtout les moyennes et grandes rivières, ainsi que les lacs —; ses techniques ne sont pas tout à fait comme les miennes, mais pour l’essentiel, nous nageons dans les mêmes eaux. J’ai aussi appris qu’il existe des flotteurs spécialisés pour ce type de pêche !!! Incroyable. Je n’ai rien de ces gadgets, bien sûr, pas plus que toute leur expérience, mais de consulter des vidéos, sites et articles qui traitent de ce sujet m’a fait un bien énorme. Je ne suis pas si fou, après tout ! J’ai décidé, cette semaine-là, d’écrire cette série de trois articles, pour vous raconter cet itinéraire. J’espère que vous avez apprécié. Bonne pêche à tous et à toutes ! --- Notes : Mon article préféré sur le sujet de JD : https://fishwithjd.com/2009/07/12/fly-fishing-with-a-spinning-rod/ La série de vidéos qui a pour moi tout changé de Dan Coppersmith : --- Les deux autres articles de cette série (du même auteur) : Truite : Techniques inusitées pour la pêche à gué (1/3) Truite et achigan : Technique inusitées pour la pêche à gué (2/3)
  10. [Avertissement : Que le lecteur intéressé par la truite soit patient, car cet article commence avec une sortie à l’achigan. Nous préférons vous en avertir. Cette article est la suite de ce premier écrit.] Pour accommoder un novice qui pêchait pour la première fois l'achigan — dans une zone d’éboulis avec beaucoup de troncs d’arbre immergés — j'ai pensé à une technique un peu bizarre, mais qui s'est avérée extrêmement efficace. Avec quelques adaptations et quelques jours plus tard, je teste cette approche pour la truite avec des résultats étonnants. Voici comment une idée un peu folle pour l’achigan s'est transformée en mine d'or pour la truite. Photo no 1 : Berges du St-Maurice (Automne 2016) Je connais de mieux en mieux les berges de la St-Maurice. J’y ai trouvé une jolie petite pointe avec, de chaque côté, une fosse de 8 à 12 pieds (2m40 à 3m50) selon le niveau de la rivière. Du côté nord, quelques arbres sont partiellement immergés. Un novice que je tentais d’initier à l’achigan était carrément frustré : ses montages se prenaient constamment dans les branches ou les roches. Pour ne pas qu’il se décourage, j’ai pensé à une idée. Photo no 2 : Montage popper + mené J’ai pris un petit popper comme flotteur et m’inspirant de mon expérience du printemps avec des cuillères, j’ai fixé un bas de ligne en flurocarbone avec un hameçon à dropshot et un petit mené quasi fluo au bout. Dans l'eau brune de la St-Maurice, à l'ombre... qui sait? J’ai dit au novice : « Lance ça un peu partout dans la petite baie en faisant 'popper' à la surface. Vas-y lentement! ». En fait, pour être honnête, je voulais l’occuper, car j'espérais pêcher tranquille de l’autre côté de la pointe. Premier lancer : « Hey, Joël! Ça va super bien ton truc. J’ai pas resté ‘pogné’. Je pense même que j’ai eu des touches. — Ouais, ouais, continue ! » Il lance une deuxième fois, … le popper disparaît complètement dans l’eau et la ligne se déplace à toute vitesse. « Hey, ça mord ! Ça mord ! Quessé que je fais ?!?! ». Un bel achigan saute en dehors de l’eau … et le fil se coince dans les branches d’un arbre à l’horizontal. Le poisson est un peu suspendu en dehors de l’eau. Il se débat… Pour le décoincer de là, 25 minutes que cela nous a pris. Le système à deux trépieds (sur le popper) et un hameçon N’est PAS une bonne idée dans les zones branchues. Photo no 3 : Des poissons-nageurs qui flottent peuvent être très efficaces pour varier les présentations en finesse. Sans trépied, ils ne servent alors que de "flotteur" aux offrandes immergées ; avec trépieds, la proposition est double et peut être très payante. En particulier pour l'achigan. Mais ça prouvait quelque chose que j’ai pu vérifier par la suite : un poisson-nageur — léger ! — peut servir de flotteur pour envoyer des offrandes immergées dans des zones difficiles d’accès. J’ai testé ça des dizaines de fois, toujours avec le même succès : je gagne en distance, en précision et, désormais, je peux envoyer de l’autre côté de la rivière une petite nymphe ou un vers que je présente à la hauteur que je désire. Cette technique est supérieure au flotteur conventionnel (parce que ce dernier est trop léger ou parce qu’il offre trop de résistance au vent) : distance, précision, discrétion. Et, ajoutons, elle est beaucoup plus polyvalente. Dans certaines situations, j’enlève les deux trépieds (alors le leurre ne sert que de flotteur); dans d’autres, j’en laisse un ou deux. Cette approche me permet donc de présenter, parfois très loin de moi, des offrandes très tentantes et très fines — à la surface et immergées —, tout en me laissant le loisir de ramener vigoureusement si je le souhaite. Voilà pour l’achigan. Parlons truites, maintenant Je n'en pouvais plus d'attendre pour essayer cela dans une petite section de la rivière Shawinigan, dans une zone où il y a de gros rochers saillants et des conditions difficiles pour les cuillères. Le congé suivant, j’arrive avec mon popper, mais j’ai des doutes… La truite, plus craintive, risque de ne pas apprécier le popper (il n’est pas petit et ne figure pas dans le menu des truites). Je retourne le petit poisson-nageur complètement et je fixe mon fil tressé à l’anneau qui est à la QUEUE du popper. "Ainsi, je ferai moins de vagues", me suis-je dit. Et le bas de ligne, je l'ai noué dans l'œillet dans la bouche, exactement à l'envers du bon sens. Sur mon bas de ligne en fluorocarbone (5 lbs), je mets deux petits hameçons rouge no 8. J’y fixe deux criquets comme appât. Je lance mon « kit bizarre » avec ma médium légère (un petite UglyStick qui date de Matusalem), juste au pied des chutes. Bang ! Premier lancer, première truite. Photo no 4 : Montage pour la truite, tel qu'essayé au printemps 2016 dans la rivière Shawinigan. La queue de popper est fixée sur la ligne tressée de la canne. Le bas-de-ligne est relié à la bouche afin de minimiser les bruits et les mouvements brusques qui font fuir les truites. Ce jour-jour là, j’ai vécu un après-midi de rêve. J’en ai pris une dizaine dans la première heure; je ne sais pas combien en tout. Je me suis déplacé de haut en bas sur la rivière. Certains endroits étaient désertés, d’autres, pleins de vie. Pour faire une « histoire courte » : on lance « le kit bizarre » près des chutes, des roches, directement dans le courant. J'ai appris, avec le temps, qu’il valait mieux que je le laisse dériver (comme les offrandes des pêcheurs à la mouche) plutôt que de le ramener. Cet ensemble ne s’est presque jamais coincé. Mon petit popper est cheap (je l'ai acheté dans une vente de fin de saison à 1 $): il est désormais tout égratigné et la peinture est « éclippée », mais le nombre de poissons qu’il m’a sortis dans le seul printemps/été 2016 est hallucinant. Depuis ce jour, j'ai essayé avec bonheur plusieurs types de poisson flottant. Mon préféré à ce jour : les poissons-bâtons, que l'on utilise normalement pour la technique "Walk the Dog". Parfait ! Photo no 5 : Exemple de poisson flottant qui sert normalement à la technique "Walk the Dog". Pour la truite, sur le petit hameçon, j’ai tout essayé : des verres à truite (3 pouces), des criquets, des nymphes de même que des petits tubes. Tout fonctionne très bien. J'ai même réessayé un jujube aux fraises : j'en ai pris une ! Bien sûr, au fur et à mesure qu’avançait l’été, avec l’eau de plus en plus chaude, j’ai moins visité la petite rivière à truites. Cela ne m’empêche pas de rêver au printemps 2017. Mon itinéraire n’est cependant pas terminé. Dans le troisième article de cette série, je dévoile enfin le grand objet de ma honte et comment j’ai littéralement brisé des tabous et des interdits pour essayer quelque chose dont je rêvais depuis très longtemps. Suite et fin dans le prochain article.
  11. La truite ne faisait pas partie de mes pêches régulières, du moins, jusqu'à il y a trois ans. Dans mon enfance, j’avais pêché des petites truites idiotes avec du blé d’Inde ou des jujubes aux fraises. Dans l’Arctique, j’avais attrapé quelques grosses grises, plus par erreur que par choix. Il y a trois ans, j’ai appris que la rivière Shawinigan était ensemencée chaque année de belles truites (à St-Mathieu-du-Parc) ; de même pour le petit lac de St-Alexis-des-Monts. La rivière Nicolet propose un exceptionnel parcours de pêche à la truite bien aménagé, et puis il y a tant de lacs et de rivières... « Je me lance, me suis-je dit, il faut que j’apprenne à pêcher cette espèce. » Dans cette série de trois articles, je vous présente l’itinéraire qui m’a mené à adopter trois manières de pêcher la truite avec lesquelles j’ai eu beaucoup de succès... mais qui ne sont pas conventionnelles. Cette semaine, le trépied modifié et les deux hameçons. Photo no 1 : montage classique pour la truite Dans n’importe quelle boutique de chasse et pêche, pour la truite, l’une des techniques qui vous sera recommandée est la cuillère à laquelle on attache un ou deux hameçons par un bas de ligne en fluorocarbone (voir photo no 1). Or, malgré quelques après-midis d'efforts, je n’ai pas réussi à maîtriser cette approche : les résultats furent assez pauvres. La cuillère était trop lourde ou trop légère, sans compter que j’en ai perdu beaucoup dans le fond de la « Shawi », car sauf exception, la rivière n’est pas très profonde. Le seul moment où j’ai obtenu un certain succès ? Quand je pêchais dans un bassin relativement profond et que je pouvais ramener (on disait troller, à Drummond) librement. Les prises étaient cependant assez rares. À noter que j'ai toujours pêché sur cette rivière à partir de la berge. Dan Robitaille à la rescousse Il y a un peu plus d’un an, j’ai vu une petite capsule du célèbre guide de Trois-Rivières, Daniel Robitaille. Il présentait une technique que j’ai expérimentée et que j’ai trouvée extrêmement efficace (Technique pour l’omble de fontaine, 19 février 2016, voir hyperlien, ci-bas). Il s’agit de garder un trépied au bout de la cuillère (ou d'en poser un s'il n'y en a pas) et d’y attacher le bas de ligne à même la hampe de l’un des côtés. De plus il suggère d’utiliser des petits leurres imitant les insectes, parfois odoriférants, sur un hameçon no 8. Les succès ont commencé à se succéder. J’avais encore quelques problèmes avec le fond, mais au moins, j’attrapais régulièrement de beaux spécimens. De toutes les sortes de truites, en fait, et pas seulement l’omble de fontaine. J’utilise généralement un montage à deux hameçons sur le bas de ligne : deux fois j'ai fait un doublé, mais généralement c'est une seule, répartie à peu près 1/3 à chaque endroit. Les poissons mordaient tout autant à la cuillère qu'à l’un ou l’autre des hameçons. Photo no 2 : Coupe d'un des côtés du trépied Photo no 3 : Section coupée, du côté convexe de la cuillère Une modification très payante : couper l’un des côtés du trépied Une dernière modification m’a permis d’obtenir des résultats tout aussi satisfaisants en termes de pêche, sans perdre autant de cuillères. C’est l'un de mes amis de Trois-Rivières qui m’a mis sur cette piste : à son habitude, il remplace les trépieds sur ses cuillères par un hameçon unique, ou alors il coupe le côté qui est tourné vers le bas (voir photo no 2 et 3). Jamais je ne remercierai autant ce cher Simon. Depuis ce temps, je n'ai perdu qu'une seule cuillère, même en eau peu profonde. Avec un ou deux hameçons munis d’insectes ou de larves (voir photos no 4), j’ai enfin connu quelques pêches de rêve… sans souci et sans perdre constamment mes cuillères. En fait, depuis juin, je n'en ai perdu qu'une seule. Photo no 4 : Montage final, trépied sectionné et bas de ligne de fluorocarbonne à même la hampe de la cuillère Mon itinéraire n’était pourtant pas terminé. Dans un deuxième article, je parle d’un flash que j’ai eu sur la rivière St-Maurice et qui s’est avéré très profitable… même dans les eaux très peu profondes. Désormais, j'allais aborder la pêche de petites fosses d'une manière totalement nouvelle... À suivre. Joël-Gh. Références La vidéo de Daniel Robitaille qui a déclanché tout le processus de réflexion :
  12. Hey, les moucheurs, je vous lance un défi. Jusqu'à maintenant, j'ai acheté mes mouches "à l'instinct". Parfois ce fut gagnant, parfois désastreux. Quel est ton Top 3 pour la truite? Ces quelques rares mouches dont tu ne te priverais jamais. Si tu préfères, tu peux distinguer par espèce (brune, mouchetée, aec, etc). Fais ça à ton goût. Ok? Go! .
  13. GeekFisher

    Récapitulatif saison 2016

    Mon récapitulatif de la saison en eaux libres 2016. Comme je ne pêche pas sur la glace, ça ira au printemps
  14. Farioman

    Francais perdu au Quebec

    Bonjour, Récemment arrivé à Montreal, je suis ravi de voir les beaux jours arriver pour m'adonner à une de mes passions : la pêche a la truite. Ou aux salmonidés en general mais je ne connais pas assez les différentes espèces qui peuplent les eaux Québécoises. N'ayant pas de materiel ici, j'ai acheté l'équipement minimum nécessaire, parcouru internet pour trouver des spots -il n'existe pas de carte des cours d'eaux du Quebec ?- pris ma petite voiture et suis parti explorer, sur 2 fins de semaine, les ruisseaux du Nord, Saint Hyppolyte et la rivière Dufresne à Notre Dame de la Merci et Granby au sud. Paysages grandioses mais un peu loin.... n'y a -t-il pas plus près ? Un peu déçu par l'accueil de quelques riverains qui m'ont immédiatement incité à quitter leur terrain privé. Peut on être propriétaire du ruisseau qui traverse son terrain ? et vraiment très déçu par l'accueil des nuées d'insectes qui peuplent les sous bois et qui s'invitent dans les narines, les oreilles.... mieux vaut ne pas bailler !! pas senti de piqures sur le coup mais le lendemain.... j'ai du courir acheter une creme apaisante. Si quelqu'un peut partager une recette naturelle de grand mere, je suis preneur. J'ai péché au vers dans les ruisseaux et à la cuiller dans la riviere Dufresne qui est plus large, avec globalement le meme taux de touches/prises. mais que des petites.. Je suis fan de peche au vairon mort manié mais je n'ai pas trouvé de montures dans les magasins. Le méné semble etre un équivalent au vairon. peut on en trouver/acheter ? Si vous avez des réponses, conseils et spots à partager, je prends tout avec plaisir !!! merci d'avance !
  15. Invité

    Brothers on the fly

    Un beau vidéo à regarder.
  16. solo

    encore

    eh ben oui j ai été encore a la pêche a la truite malgré qui a fait assez beau mais le vent c est mis de la partie souvent perte de contrôle de la chaloupe je m en suis quand même bien tiré 10 moucheté et 3 arc assez belle toutes arranger et prête a manger faut pas niaiser la pêche ou je vais ferme le 15 de septembre alors on y vas loll bonne pêche a tous jacques
  17. Ivy

    modèles pour la truite

    Bonjour chers amis moucheurs, Ma question est bien simple, quels sont vos modèles préférés pour la truite? J'aimerais pratiquer quelques montages et n'ayant jamais vraiment visé cette espèce, j'aimerais vos conseils par rapport aux modèles qui vous ont fait de belles prises afin de me donner un peu d'inspiration. Merci
  18. Voici l'une de nos découverte l'année dernière, la pourvoirie la Jeanoise. C’est un territoire avec des mouchetées bien grasses, des lacs avec de gros brochets et de la ouananiche en bonus afin de compléter vos captures. Par-dessus tout, c’est un magnifique endroit en nature où s’exiler en nature.
  19. Bonjour à tous, Tel que promis, voici le récit de mon aventure de 5 jours en kayak-camping au parc National de la Mauricie. Le voyage a été planifié par moi et mon vieux chum afin qu'on amène le moins de stock en double possible. Pour les trippeux de photos, j'en ai pas pris beaucoup malheureusement. Pour la petite histoire, à chaque année, on allait 2-3 jours à la pêche et les 2 dernières années furent des voyages plus longs. Je me suis réellement remis à la pêche l'an passé avec l'achat de mon kayak, un Elie Gulf 120XE Angler, achat effectué 2-3 semaines après notre voyage annuel, durant lequel mon ami ne pris que 2 truites et moi une quinzaine. Préparatif: Mon ami étant normalement perdant à notre virée de pêche à la truite annuelle, il a décidé cette année qu'il en avait assez que je compense pour son repas de retour de pêche avec sa conjointe. Il a donc pris sur lui de me demander mes trucs. Je suis à des années-lumières d'être un pêcheur émérite, spécialement si je me compare à des passionnés et/ou professionnels ici mais la truite est mon poisson de prédilection depuis que je suis tout petit, c'est donc à la pêche à la truite que j'ai le plus de succès. J'ai, au fil du temps, développé une certaine technique, et acquis certaines connaissances en lisant livres et magazines, en regardant les émissions de pêche, en lisant sur des forums comme celui-ci et via expérimentations personnelles. Donc, mon ami est venu à Trois-Rivières et nous sommes allés faire du magasinage de pêche. Tout d'abord une série de leurres, ensuite j'insistais pour qu'il change sa canne Medium pour une canne légère et un moulinet assorti, ce qu'il fini par accepter. (à grand coup de "Si tu changes pas ta cr!$$ de canne, tu vas encore chialer que j'ai un avantage pis que s'pour ça que j'en pogne plus que toé blablabla...") Je suis avais conseillé un Shimano pour le moulinet mais il a plutôt opté pour un Rapala, je m'en étais aussi acheté un exemplaire mais je l'ai retourné avant le voyage, je vais y revenir plus tard. Si j'ai un seul conseil à donner pour les pêcheurs à la truite, c'est vraiment d'avoir une canne très sensible (ultra-light ou light mais très flexible) et un moulinet assorti. Un ensemble léger bien balancé permet de mieux sentir/voir les touches et rend le combat beaucoup plus égal et palpitant. Ensuite, venait la boite pour les leurres, je lui conseillais la même que moi à 9$ chez Rona l'Entrepôt, une boite à vis/outils mais qui fait très bien la job, même rangée à la verticale, les hameçons ne change pas de "carreau". J'entrepris également de lui louer un kayak, un FeelFree Moken 12.5 sur lequel je vais définitivement revenir plus tard et de lui trouver un crate de lait qui s'avèrera fort utile durant l'épopée. Ensuite vint les hameçons, fils, bas de lignes etc... Nous avons optés pour des hameçons #4 et #6 mais nous aurions très bien pu pousser jusqu'à #8. Pour les bas de ligne, fluorocarbone pour les bas de ligne de canne à moucher, testé 3 et 4 lbs et pour le fil nous avons optés tout 2 pour du tressé 6lbs. (grosseur 1lbs mono) et des émerillons #10 (les plus petits) choix peu compatible avec la tressée (la corde s'emmêlait dedans) et une épuisette rétractable parfaite pour le kayak et la truite. De son côté, mon ami me fit bénéficier de sa large expérience de randonneur pour l'achat de mon nouveau sac de couchage et mon matelas de sol. Tant qu'à être là, nous avons aussi acheté des sacs étanches, investissement fort judicieux. Je souligne également que les sacs étanches ne sont pas tous créé égaux, je l'ai appris à la dure durant le voyage. Nous avons convenu que j'amenais tout le stock de pêche "commun" c'est-à-dire couteau à filet, chaînes à poissons, 2e canne de secours, vers etc etc... et que mon partenaire apportait la bouffe et le nécessaire pour la faire cuire. Suite bientôt
  20. Louise Fecteau

    Mouches à vendre

    J'ai été monteuse professionnelle pour des magasins d'articles de pêche à Mont-Tremblant et qui ont fermé depuis. Je suis restée avec un inventaire assez important de mouches. Je peux vendre à la pièce ou d'un bloc. Il y a surtout des streamers ($2,00) , quelques gros tandems ($3,00). Il me reste aussi quelques noyées. Il y a des classiques et beaucoup de créations qui se sont montrées très productives dans la région, en lac et en rivière. Je n'arrive pas à joindre une photo. Si vous êtes intéressé, je peux vous faire parvenir des photos.
  21. Après une première tentative fructueuse en 2012, nous avons répété l'expérience d'une pêche aventure dans le réseau de la SEPAQ. Voici une pêche de rêve qui nous a permis de commencer la saison en force l'an dernier. Bon visionnement !
  22. Charly Jig

    Clinique de bobinage Hi-Seas

    À ne pas manquer !!! Bonjour à tous, bientôt aura lieux une clinique de bobinage HI-SEAS de mono et de fil tresser chez B&L Sports Montréal .Pour chaque bobinage de moulinet, le mono hi-seas coûtera $5.00 au lieu de $10.00 pour tout les grosseurs de bobine 1000 à 4000 ex : Shimano 1000 à 4000.Pour le bobinage de fil tresser le spécial sera deux bobinage au prix régulier et le troisième gratuit. Tout les moulinets surdimensionné comme ; les moulinets de traîne (compteur de ligne), moulinet lancer léger pour la mère, le prix sera déterminé en magasin selon la grosseur du moulinet. le 11 et 12 Avril à 9 Hr30 à 6 Hr et venez voir les produits NXS pour le Doré,Achigan,Brochet, et les appât naturel pour les salmonidé.Truite moucheté,Arc-En-Ciel,Truite Brune, et même l'Achigan à petite bouche. Fisher 'S Choice on vous attend tous. Pour info;B&L sports 514-525-535
  23. elkhaircaddis

    La "zug bug" améliorée

    Bonjour, Je me rappelle encore, quand j'ai demandé à mon père pour la première fois, s'il ne connaissait pas des bonnes nymphes pour le pêche en rivière. Mon père n'étant pas un fan de ce type de pêche, je me suis retrouver avec 2 mains pleines de celles-ci! Parmis ces nymphes se retrouvaient des modèles classiques et locaux telles que la 13A, la prince, la pheasant tail, la montana, la duranleau, etc. Celle qui accrocha mon attention le plus était la "zug bug". La semaine précédente, j'étais en train de pêche un de mes cours d'eau favori de la région de Québec et la seule grosse truite que j'avais pris avait le ventre plein de nymphes de "cased caddis", soit de trichoptères dans leur étui en végétaux. À mon humble avis, je venais de trouver le "match parfait" pour les représenter. La semaine suivante, lors d'une sortie, je me suis mis à pêcher les endroits susceptibles d'avoir ces nymphes et bang! Je me suis mis à prendre les gros spécimens qui ne semblaient se nourrir que de trichoptères en étui (On parle ici de truites de ruisseau!). Cette journée, j'ai compris qu'il était possible de déjouer les truites avec des mouches qui sont une représentation simple d'un insecte naturel. Comme j'en étais au début du montage de mouches, ce modèle me convenait parfaitement. Cependant, quelques années plus tard, je me suis vite rendu compte que le modèle traditionnel était très peu solide et qu'après 3 ou 4 prises, le tinsel ovale se coupe souvent sous la pression des dents des ombles et le corps en fibres que queue de paon se brisent avant de se défaire. En plus de rendre le modèle original plus efficace, je l'ai solidifié. Sur la photo, il est monté avec une bille orange, que j'utilise surtout en début de saison ou à la truite de mer. Première étape, solidifier les fibres du corps. Au lieu de tourner les fibres autour du corps de la queue jusqu'à la tête, je fabrique un "cordon" avec les fibres et du fil de montage, comme on le ferait avec du bubbing, avant de les enrouler sur le corps. J'ai aussi remplacé le tinsel ovale par du fil de fer argent qui est beaucoup plus solide et je l'enroule à l'envers sur le corps (sens inverse des fibres de paon). Ainsi, le corps est retenu par le fil de fer si jamais il se brise. Une amélioration évidente, j'ai remplacé le hackle traditionnel qui faisait la tête (et les pattes) par une plume de cdc, qui donne beaucoup plus de corps et de visibilité à la mouche sous l'eau. Finalement, j'ai conservé la plume de wood duck taillée pour simuler l'élytre afin de conserver un "semblant" de look du modèle original. J'aime bien retravaillé des modèles et les mettre à ma main Bon montage. Frank.
  24. BaryBoy

    Voyage pêche place offerte

    Bonjour Mon beau père c'est organisé un voyage de pêche. Ils sont 4 et il y aurait de la place pour 2 autres. Si le voyage est booké la 6eme personne n'a pas de frais. Donc si il complète le voyage, vous spittez le montant total en 6 avec la réduction que cela vous fait du 6eme voyageur gratuit. Je suis un intermédiaire alors je vous offre plus de détail ci bas mais si vous désirez avoir plus de renseignement, vous pouvez me laisser votre message sur cette adresse: nor-lor@hotmail.comNormand Salois Détails: Depart de Quebec le 18 juin au alentour de midi on couche a Baie comeau on prend l'avion vers 7.30 am le 19 retour a Baie Comeau le 23 au matin. Donc si tout va bien on devrais être de retour a Quebec tot dans la journee. Le cout pour le pourvoyeur est $951.42 taxe inclus. Il faux prevoir un peu d'argent pour le coucher a Baie Comeau l'épicerie et le gaz pour le voyage Quebec Baie Comeau On peche sur le lac rapide située au sud ouest du réservoir manic 5 pourvoyeur est labrador air safarie .
  25. Bradley R.

    Fete de la Pêche

    Depuis l’album Massawippi 2013

×