Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'technique'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Communauté Pêche QC
    • Présentez-vous !
    • Autour d'la tasse de café !
    • Le Pub Pêche QC
    • Les récits Pêche Québec
    • La tente des pêcheurs sous la glace
    • Le salon des experts
    • Le mur des trophées
    • Le salon des moucheurs
    • La pêche en canot/kayak
    • Le salon des capitaines
    • La rivière des saumoniers
    • L'accès aux plans d'eau publics du Québec
    • La chaise pliante des carpistes
    • Le salon des pêcheurs à gué
    • Le quai des pêcheurs en eau salée
    • Les chasseurs-pêcheurs du Québec
    • Le livre de recettes des membres PêcheQC
    • Vos camions et voitures de pêche
  • Les petites annonces
    • Petites annonces pour la pêche
    • Fabricant/Pro-staff/Guide local de pêche
    • OSBL pour la pêche au QC
    • Concours pour membre Pêche QC
  • Support Administratif
    • Problèmes techniques
    • Recommandations et Idées
  • Le Québec par région
    • Rencontrez des pêcheurs de vos régions et organisez vos sorties!
    • (01) Bas-Saint-Laurent
    • (02) Saguenay–Lac-Saint-Jean
    • (03) Capitale-Nationale
    • (04) Mauricie
    • (05) Estrie
    • (06) Montréal
    • (07) Outaouais
    • (08) Abitibi-Témiscamingue
    • (09) Côte-Nord
    • (10) Nord-du-Québec
    • (11) Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
    • (12) Chaudière-Appalaches
    • (13) Laval
    • (14) Lanaudière
    • (15) Laurentides
    • (16) Montérégie
    • (17) Centre-du-Québec
  • Les pêcheurs de brochet's Vos leurres préféré pour la pêche au brochet

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Ville


Intérêts

12 résultats trouvés

  1. Bonjour à vous, Je me questionne souvent sur la technique à utiliser lors de la pêche avec un streamer, dont entre autres, avec la mouche Fiset, vantée si souvent par Hameçon. Je pêche principalement en rivière avec du courant et ma technique consiste principalement à lancer la mouche vers des endroits qui me semblent payants et, par la suite, je ramène ma mouche assez rapidement par saccades, un peu comme une pêche au lancer léger avec un jig. Toutefois, je me questionne si ma technique est vraiment efficace. De quelle façon utilisez-vous vos streamers en rivière lorsqu'il y a présence de courant et d'obstacles? Merci pour votre aide.
  2. canard sauvage

    downrigger

    voici j'ai trouver sur le site leurre juste les renseignements au sujet des tricheuses
  3. Moi j'aurais aimer savoir au tout début les combinaisons cannes, moulinet, leurre!!!!
  4. Salut groupe, je me prépare à aller pêcher la truite de mer à la fin du mois de juin en Gaspésie. J'ai décidé d'apprendre à monter un ou deux modèles pour cette espèce. Voici les étapes de création de cette nouvelle mouche pour moi. D'abord une technique que j'ai apprises en regardant un vidéo de Davie McPhail (no 1). Ensuite vous pouvez voir les différentes tentatives qui mènent à la mouche que je considère comme mon modèle définitif (no 6). De retour à Trois-Rivières en fin de semaine, je vais en faire une série de bleues. Dire que j'ai commencé cette exploration pour écouler un surplus de gros streamers et de plumes noires. Si ça vous intéresse, je peux donner quelques détails techniques.
  5. Rappel, dans cette section, d'une série d'articles sur la pêche à gué, dans une petite rivière à truites à l'aide de trois techniques inusitées qui ont fait leurs preuves. À lire absolument :
  6. [Avertissement : Cet article ne s’adresse pas aux pêcheurs à la mouche, pas plus qu’il vise à dénaturer le noble art de la pêche à la mouche. Il s’adresse aux pêcheurs de lancer léger qui veulent enrichir leurs techniques de finesse, surtout pour la pêche à gué. Cet article est le troisième d’une série de trois articles sur des approches inusitées pour la truite et autres espèces. Nos préférons vous en avertir.] J’ai longtemps hésité à écrire cet article et pour cause : le nombre de réactions négatives que j’ai subies — le mot n’est pas trop fort — m’a maintenu dans la discrétion pendant plusieurs mois. En effet, chaque fois que je tentais d’en parler à des connaisseurs, on m’a boudé, ridiculisé ou même sorti d’un magasin ! Et pourtant, ce que je m’apprête à vous révéler, ça fonctionne. En dehors de tous les cadres connus, oui, mais ça marche. En TA… Au mois d'août 2016, j'ai appris une technique qui m'était inconnue pour le maquereau. À 4h30 du matin, nous étions sur le quai. Les paysages étaient parfois spectaculaires. Le printemps-été 2016 a été pour moi source constante de découvertes. J’en ai déjà présenté une partie dans les deux articles précédents (références ci-bas). Or, au mois d’août 2016, à l’occasion d’un voyage en Gaspésie, une autre étape essentielle a été franchie, mais commençons par le commencement. Un grand ami à moi, de Cap-Chat, m’a initié à la pêche au maquereau. Quatre ou cinq fois, nous sommes allés sur des quais, ceux qu’il fréquente depuis son enfance, pour notre plus grand bonheur. Ce fut des moments magiques. Or, pour la première fois, je pêchais avec un montage qui me semblait étrange : une mené plombé tout au bas de la ligne et, à distance régulière, sur la ligne, des streamers. Autant qu’on en voulait, car le maquereau se déplace en banc ; il y en a plein, ou il n’y en a pas. On peut sortir trois d’un seul coup, et parfois rester des heures sans la moindre touche. La plupart du temps, j’en ai remonté deux, mais parfois trois ou quatre à la fois. D’être là, avec un vieux chum, m’a fait le plus grand bien. Montage populaire à Ste-Anne-des-Monts pour la pêche au maquereau : un mené plombé tout en bas, et à tous les 18 pouces, un streamer. Autant qu'on en veut! Or, au printemps, j’avais développé une petite technique avec un popper pour maintenir des appâts artificiels près de la surface, tout en pouvant les lancer à longue distance. L’idée m’est venue de tenter le tout avec un streamer. Pas pour le maquereau, mais pour la truite ou le saumon. Ce ne fut pas un succès. La limpidité des cours d’eau et le bruit que je faisais en le lançant rendaient les poissons extrêmement méfiants. L’eau chaude de ce mois d’août 2016 a fini de faire le reste. Voici que l’on m'apprend à pêcher à la mouche. Là non plus, je n’ai pas eu beaucoup de succès. En deux jours, un petit saumon et quelques truites (2 ou 3, je crois). Il reste que dans ma maladresse, j’en ai attrapés plus que d'autres pêcheurs plus expérimentés. Je n’étais pas peu fier. Premier essai de montage avec des mouches sur une canne à lancer léger : Mon vieux popper posé à l'envers, une mouche flottante et, tout en bas, une nymphe. Le lendemain, sans guide cette fois (mais avec toutes les autorisations), je me suis rendu à la même fosse avec un attirail inusité : j’avais mon petit popper renversé. Dans la bouche, j’ai placé un leader flottant pour les cannes à mouches (de 6 pieds) et j’ai lancé les mêmes mouches que la veille. Sur mon tippet en fluorocarbone, j'ai posé une nymphe à l’extrémité et une mouche flottante (à 18 pouces ou 45 cm). Même fosse. Mêmes mouches. Même approche globale. Nouvel attirail. Bingo! En deux heures, j’ai pris 3 truites (pas de saumons). Maintenant initié à la pêche à la mouche depuis la veille, je comprenais mieux qu’il me fallait laisser mon offrande descendre le courant, laisser mon montage le suivre le plus naturellement possible. J’ai cependant vite appris que je ne pouvais pas utiliser le même positionnement que la pêche à la mouche à la régulière. J’ai préféré lancer mes montages vers le haut du courant et le laisser descendre, jusqu’à ma hauteur. Là, je récupérais et je relançais en haut. Bien sûr, je n’avais pas l’exceptionnelle précision et régularité que celles avec ma canne à moucher — c’est sa grande force en fait, ça et la subtilité, la finesse —, mais les résultats furent immédiats. J'achetais mes mouches complètement au hasard, à l'instinct, et sans aucune aide des marchands. En effet, chaque fois que j'osais ouvrir la bouche sur "ma technique" de pêche avec des mouches, on me donnait l'impression d'être ridicule ou offensant. J'ai continué, discrètement, sans en parler à personne. De retour en Mauricie, tant sur la Shawinigan que sur la St-Maurice, pour la truite, l’achigan ou le doré, c’est ainsi que j’ai pêché avec des mouches pendant les mois d’août à octobre. Comme j’aime dire, je pêche au lancer léger avec des mouches, mais je ne pêche pas « à la mouche », selon l’approche traditionnelle. Du moins, pas encore. Je suis novice, à ce chapitre. En fait, durant cette période, j’ai choisi de ne parler que très peu de ce que je faisais. La raison en est bien simple : dans un grand magasin de plein air, je me suis presque fait « virer » de la section de la pêche à la mouche par le vendeur. Dans un commerce spécialisé, le patron m’a presque mis dehors pour crime de lèse-majesté. La vérité est que j’achetais mes mouches un peu au hasard, sans trop m’y connaître. Ne sachant pas différencier la nymphe, de la mouche noyée ou flottante. C’est plus par essais-erreurs que j’ai pu comprendre le comportement de l’une ou l’autre mouche. C’est en testant et tentant de perfectionner cette technique que j’en suis venu à comprendre… que ça marchait. Complètement. Je pêche au lancer léger, avec des mouches pour leurres. Un point tournant (janvier 2017) Tempête de neige, congé forcé. Je suis à la maison et il me vient une idée. En anglais, je google : « fly fishing spinning rod ». Je suis tombé sur la caverne d'Ali Baba. Non seulement ai-je trouvé quelques excellents articles (voir notes ci-bas), mais en plus, un célèbre pêcheur de truites du Wisconsin en a même fait sa spécialité. Seul, lui aussi, il en est arrivé à peu près aux mêmes conclusions que moi. Je n’en revenais tout simplement pas ! Oh, lui est surtout concentré sur les ruisseaux et les petites rivières — alors que moi, ce sont surtout les moyennes et grandes rivières, ainsi que les lacs —; ses techniques ne sont pas tout à fait comme les miennes, mais pour l’essentiel, nous nageons dans les mêmes eaux. J’ai aussi appris qu’il existe des flotteurs spécialisés pour ce type de pêche !!! Incroyable. Je n’ai rien de ces gadgets, bien sûr, pas plus que toute leur expérience, mais de consulter des vidéos, sites et articles qui traitent de ce sujet m’a fait un bien énorme. Je ne suis pas si fou, après tout ! J’ai décidé, cette semaine-là, d’écrire cette série de trois articles, pour vous raconter cet itinéraire. J’espère que vous avez apprécié. Bonne pêche à tous et à toutes ! --- Notes : Mon article préféré sur le sujet de JD : https://fishwithjd.com/2009/07/12/fly-fishing-with-a-spinning-rod/ La série de vidéos qui a pour moi tout changé de Dan Coppersmith : --- Les deux autres articles de cette série (du même auteur) : Truite : Techniques inusitées pour la pêche à gué (1/3) Truite et achigan : Technique inusitées pour la pêche à gué (2/3)
  7. La truite ne faisait pas partie de mes pêches régulières, du moins, jusqu'à il y a trois ans. Dans mon enfance, j’avais pêché des petites truites idiotes avec du blé d’Inde ou des jujubes aux fraises. Dans l’Arctique, j’avais attrapé quelques grosses grises, plus par erreur que par choix. Il y a trois ans, j’ai appris que la rivière Shawinigan était ensemencée chaque année de belles truites (à St-Mathieu-du-Parc) ; de même pour le petit lac de St-Alexis-des-Monts. La rivière Nicolet propose un exceptionnel parcours de pêche à la truite bien aménagé, et puis il y a tant de lacs et de rivières... « Je me lance, me suis-je dit, il faut que j’apprenne à pêcher cette espèce. » Dans cette série de trois articles, je vous présente l’itinéraire qui m’a mené à adopter trois manières de pêcher la truite avec lesquelles j’ai eu beaucoup de succès... mais qui ne sont pas conventionnelles. Cette semaine, le trépied modifié et les deux hameçons. Photo no 1 : montage classique pour la truite Dans n’importe quelle boutique de chasse et pêche, pour la truite, l’une des techniques qui vous sera recommandée est la cuillère à laquelle on attache un ou deux hameçons par un bas de ligne en fluorocarbone (voir photo no 1). Or, malgré quelques après-midis d'efforts, je n’ai pas réussi à maîtriser cette approche : les résultats furent assez pauvres. La cuillère était trop lourde ou trop légère, sans compter que j’en ai perdu beaucoup dans le fond de la « Shawi », car sauf exception, la rivière n’est pas très profonde. Le seul moment où j’ai obtenu un certain succès ? Quand je pêchais dans un bassin relativement profond et que je pouvais ramener (on disait troller, à Drummond) librement. Les prises étaient cependant assez rares. À noter que j'ai toujours pêché sur cette rivière à partir de la berge. Dan Robitaille à la rescousse Il y a un peu plus d’un an, j’ai vu une petite capsule du célèbre guide de Trois-Rivières, Daniel Robitaille. Il présentait une technique que j’ai expérimentée et que j’ai trouvée extrêmement efficace (Technique pour l’omble de fontaine, 19 février 2016, voir hyperlien, ci-bas). Il s’agit de garder un trépied au bout de la cuillère (ou d'en poser un s'il n'y en a pas) et d’y attacher le bas de ligne à même la hampe de l’un des côtés. De plus il suggère d’utiliser des petits leurres imitant les insectes, parfois odoriférants, sur un hameçon no 8. Les succès ont commencé à se succéder. J’avais encore quelques problèmes avec le fond, mais au moins, j’attrapais régulièrement de beaux spécimens. De toutes les sortes de truites, en fait, et pas seulement l’omble de fontaine. J’utilise généralement un montage à deux hameçons sur le bas de ligne : deux fois j'ai fait un doublé, mais généralement c'est une seule, répartie à peu près 1/3 à chaque endroit. Les poissons mordaient tout autant à la cuillère qu'à l’un ou l’autre des hameçons. Photo no 2 : Coupe d'un des côtés du trépied Photo no 3 : Section coupée, du côté convexe de la cuillère Une modification très payante : couper l’un des côtés du trépied Une dernière modification m’a permis d’obtenir des résultats tout aussi satisfaisants en termes de pêche, sans perdre autant de cuillères. C’est l'un de mes amis de Trois-Rivières qui m’a mis sur cette piste : à son habitude, il remplace les trépieds sur ses cuillères par un hameçon unique, ou alors il coupe le côté qui est tourné vers le bas (voir photo no 2 et 3). Jamais je ne remercierai autant ce cher Simon. Depuis ce temps, je n'ai perdu qu'une seule cuillère, même en eau peu profonde. Avec un ou deux hameçons munis d’insectes ou de larves (voir photos no 4), j’ai enfin connu quelques pêches de rêve… sans souci et sans perdre constamment mes cuillères. En fait, depuis juin, je n'en ai perdu qu'une seule. Photo no 4 : Montage final, trépied sectionné et bas de ligne de fluorocarbonne à même la hampe de la cuillère Mon itinéraire n’était pourtant pas terminé. Dans un deuxième article, je parle d’un flash que j’ai eu sur la rivière St-Maurice et qui s’est avéré très profitable… même dans les eaux très peu profondes. Désormais, j'allais aborder la pêche de petites fosses d'une manière totalement nouvelle... À suivre. Joël-Gh. Références La vidéo de Daniel Robitaille qui a déclanché tout le processus de réflexion :
  8. qqun sait comment ajuster le idle sur un verado 2008,175 hp.il n'y a pas de cable je suis a environ 750rpm et je veux decendre a environ 500rpm ma 2ime question,j'ai un moteur honda 5.5hp,avec helice 7.7/8x7.1/2 (200x190).je veux raptisser d'helice car pas capable de rouler lentement et je ne peux diminuer le rpm sinon ç étouffe mon minimum est a 2.8 km/h et je veut avoir 2.2 km/h.que me consillez vous commehelice. merci
  9. au secour,mon verado a decidé de se mettre en mode probleme deux jours avant la fin de mes vacances sur le baskatong.alors retour a la maison pour regler le probleme.fini la peche.ma seule reaction comme j'ai dit a ma femme au moins ont a eu qq jours de pêche.bon pour le probleme mon trim décide de rester declenché vers le haut,il fallait déconnecter la baterie.alors j'ai commencé par étape, déconecter les deux switches sur le bras et sur le moteur.pas de chance le probleme est ailleur.je me suis procuré le shemas électrique,j'ai changé une des 2 relais,j'ai encore du positif et du negatif a l'entrée de mon moteur de trim ce qui ne devrait pas l'etre,car les 2 switchs sont déconnectées.qqun a t il eu le mm probleme?j'ai meme ouvert le moteur du trim et verifié ttes les composantes s'ils sont groandées,aucune .anomalie.j'attend vos conseils avec patient
  10. quand on achete un sonar en general on a deux angles de cône pour trouver le poisson.comme si on regarde dans un cornet.pour les angle il y a le 20 degrés(le 200 mhz) et le 60degrés (83khz).je me suis amusé a calculer la largeur de terrain qu'on couvre au bout du cone selon la profondeur. equation =(2xla profondeur x 0.18)pour le 20 degrés et(2 x prof x0.87)pour le 60 degrés. profondeur:..................33pieds------49.5pieds-----66pieds-----82.5pieds 20 degrés: diametre du cône ........12pieds------18pieds.........24pieds.......27pieds 60 degrés; diametre du cône.........57pieds------86pieds.........115pieds......144pieds comme vous voyez c preferable de mettre votre sonar a 200mhz ça ne sert à rien de couvrir la largeur du lac ,votre sonar sera moins precis à 50 pieds du côté du bateau. à moins que vous soyez a une dizaine de pieds de profond. utiliser l'equation que je vous ai mis au debut.c simple.
  11. bonjour à tous.j'ai 3viviers dans mon pro serie 186,il y a deux avec pompage d'eau.un des 2 vivier l'eau n'y arrive pas.alors pour faire un bon diagnostic j'ai besoin d'avoir reponse a ces question: 1---avec 2 viviers a t'on une ou 2 pompes 2---est c qu'on peut enlever la pompe facilement ,ou comment le faire facilement? 3--j'ai aussi un tuyeau d'arosage dans la calle proche des pompes ne fonctionne pas non plus.
  12. Bonjour a tous.ayant besoin d'huile a moteur pour mon verado 175 j'ai été a une Marina et j'ai demandé du 25w50 comme c inscrit sur la tête du moteur,le vendeur m'a repondu qu'il a seulement du 25w40 , c la mm chose presque et il m'a convaincu en me disant qu'il y a toujours mis du 25w40 sans aucun problème.je crois qu'il était sincère sinon il me l'aurait jamais vendu. 2jours plus tard j'ai arrété a une autre place pour avoir 2 pintes de spair.le vendeur m'a dit que si j'ai mis du 25w40 dans mon verado je risquai de scapper mon moteur rien de moins.alors entre 60$ d'huile et scrapper un moteur de 20.000$ le choix n'a pas était difficile.Ma question pour ceux qui ont une bonne connaissance dans la matiere : qui dit vrai et pourquoi?
×
×
  • Créer...