Aller au contenu

Albanel

Membre
  • Compteur de contenus

    10
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Information

  • Sexe
    Homme
  • Région du Québec
    06 Montréal
  • Ville
    Montréal
  • Intérêts
    peche

Albanel's Achievements

Novice

Novice (1/10)

16

Réputation sur la communauté

  1. Salut, Merci pour l'info, je me demandais si dans le coin de Sept iles ou encore plus au Nord il y en avait. Dans l'étude que j'ai lue il mentionnais que le Bar allais plus au Nord. A
  2. Salut Mouche 001, J'ai publier un autre article traitant du meme sujet dans le billet de Le protecteur, j'avais pas vue celui ci .... SCIENCE LE VER DE TERRE MENACE NOS FORÊTS Réputé pour ses bienfaits au jardin, le ver de terre est maintenant considéré comme une nuisance pour nos forêts. Depuis l’été dernier, le parc du Mont-Tremblant demande aux pêcheurs de jeter leurs appâts aux ordures à la fin de leur excursion, imitant ainsi l’Alberta et plusieurs États américains, dont le Minnesota. Explications. PIERRE GINGRASLA PRESSE LE CONSTAT SCIENTIFIQUE – Diverses études indiquent que nos forêts mixtes sont perturbées par la présence des vers de terre, notamment du lombric commun, l’espèce la plus connue. – Publié en septembre dernier dans le magazine scientifique Global Change Biology sous le titre « Les envahisseurs invisibles » (« The Unseen Invaders ») et signé par 24 chercheurs internationaux, l’article fait le point sur l’impact négatif de cette invasion en Amérique du Nord à l’aide de 645 observations sur le terrain. – Des recherches au mont Saint-Hilaire et une étude réalisée autour de 61 lacs du parc du Mont-Tremblant en arrivent aux mêmes conclusions. UTILE AU JARDIN, NUISIBLE EN FORÊT En milieu artificiel (jardin) : – le ver de terre aère le sol en creusant des galeries ; – il facilite la germination des graines ; – il favorise le développement des racines ; – il dévore la matière organique et la transforme en déjections fertilisantes. En forêt : – il creuse (jusqu’à 2 mètres de profondeur pour le lombric) et apporte le terreau en surface, modifiant la composition chimique du sol ; – ces changements ont un impact sur la faune microbienne, fongique et mycorhizienne, perturbant la faune souterraine et les plantes ; – les galeries du ver modifient le drainage du sol, qui devient plus poreux, plus sec, plus sensible à l’érosion. LES CONSÉQUENCES ÉCOLOGIQUES – Le sol habituellement recouvert de feuilles mortes se dénude (parfois à plus de 50 mètres du bord des lacs au parc du Mont-Tremblant). – Diverses plantes indigènes (trilles, fougères, etc.) disparaissent progressivement, remplacées par des plantes exotiques, souvent des graminées envahissantes composant bien avec les vers exotiques. – Le nombre de radicelles de certaines espèces d’arbres baisse considérablement. – On observe une diminution des graines viables, notamment celles des arbres matures. – On observe une baisse du nombre d’espèces animales comme les insectes et mammifères vivant dans le sous-bois ou les oiseaux qui nichent sur le sol. – Ces impacts devraient augmenter avec le réchauffement climatique. AUTRES IMPACTS – L’impact sur la végétation varie selon les espèces de vers présentes, la composition du sol, la région et le climat. – Il favorise la sécheresse et le lessivage des sels minéraux essentiels. – Dans certaines forêts du Minnesota, une seule plante a remplacé toute la végétation de sous-bois et les graines des arbres matures sont absentes. – Au mont Saint-Hilaire, la présence du ver persiste sur une partie du territoire après son introduction il y a plus de 100 ans. – Dans certains cas, les méfaits sur la végétation sont accentués par la présence d’espèces comme le cerf de Virginie. DES VERS ÉTRANGERS – Disparus il y a 12 000 ans partout en Amérique du Nord où a sévi la dernière glaciation, les vers de terre présents dans notre environnement sont tous exotiques, surtout d’origine européenne. – Ils ont été importés par les premiers colons lors du transport de plantes, ou encore dans la terre servant de ballast dans les navires, surtout entre les années 1800 et 1900. – La progression récente en milieu éloigné est surtout attribuable aux amateurs de pêche qui jettent leurs vers en forêt après leurs excursions. – Le transport forestier et les véhicules tout-terrain sont aussi en cause. BIOLOGIE 6000 Nombre approximatif d’espèces dans le monde 17 Nombre d’espèces au Québec, dont 7 dans le parc du Mont-Tremblant Hermaphrodites Les vers se fécondent l’un et l’autre. 3 à 80 Nombre de cocons (Lombricus terrestris) produits par un ver de terre chaque année Le ver à fumier, une espèce prisée par les pêcheurs et utilisée pour la fabrication de compost (vermiculture), est rarement retrouvée dans nos forêts car elle ne résiste pas à nos hivers. QUE FAIRE ? – L’invasion actuelle est impossible à contrer en raison de son envergure continentale. Selon la région, les vers peuvent progresser de 5 mètres annuellement. – On peut ralentir l’envahissement ou éviter qu’elle ne se propage en invitant les pêcheurs à jeter leurs appâts aux ordures. C’est le principal appât utilisé pour la pêche au Québec. – Ne pas apporter compost et terreau en forêt. – Un ver rejeté dans l’eau peut se retrouver sur la rive avant de périr noyé. Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.
  3. SCIENCE LE VER DE TERRE MENACE NOS FORÊTS Réputé pour ses bienfaits au jardin, le ver de terre est maintenant considéré comme une nuisance pour nos forêts. Depuis l’été dernier, le parc du Mont-Tremblant demande aux pêcheurs de jeter leurs appâts aux ordures à la fin de leur excursion, imitant ainsi l’Alberta et plusieurs États américains, dont le Minnesota. Explications. PIERRE GINGRASLA PRESSE LE CONSTAT SCIENTIFIQUE – Diverses études indiquent que nos forêts mixtes sont perturbées par la présence des vers de terre, notamment du lombric commun, l’espèce la plus connue. – Publié en septembre dernier dans le magazine scientifique Global Change Biology sous le titre « Les envahisseurs invisibles » (« The Unseen Invaders ») et signé par 24 chercheurs internationaux, l’article fait le point sur l’impact négatif de cette invasion en Amérique du Nord à l’aide de 645 observations sur le terrain. – Des recherches au mont Saint-Hilaire et une étude réalisée autour de 61 lacs du parc du Mont-Tremblant en arrivent aux mêmes conclusions. UTILE AU JARDIN, NUISIBLE EN FORÊT En milieu artificiel (jardin) : – le ver de terre aère le sol en creusant des galeries ; – il facilite la germination des graines ; – il favorise le développement des racines ; – il dévore la matière organique et la transforme en déjections fertilisantes. En forêt : – il creuse (jusqu’à 2 mètres de profondeur pour le lombric) et apporte le terreau en surface, modifiant la composition chimique du sol ; – ces changements ont un impact sur la faune microbienne, fongique et mycorhizienne, perturbant la faune souterraine et les plantes ; – les galeries du ver modifient le drainage du sol, qui devient plus poreux, plus sec, plus sensible à l’érosion. LES CONSÉQUENCES ÉCOLOGIQUES – Le sol habituellement recouvert de feuilles mortes se dénude (parfois à plus de 50 mètres du bord des lacs au parc du Mont-Tremblant). – Diverses plantes indigènes (trilles, fougères, etc.) disparaissent progressivement, remplacées par des plantes exotiques, souvent des graminées envahissantes composant bien avec les vers exotiques. – Le nombre de radicelles de certaines espèces d’arbres baisse considérablement. – On observe une diminution des graines viables, notamment celles des arbres matures. – On observe une baisse du nombre d’espèces animales comme les insectes et mammifères vivant dans le sous-bois ou les oiseaux qui nichent sur le sol. – Ces impacts devraient augmenter avec le réchauffement climatique. AUTRES IMPACTS – L’impact sur la végétation varie selon les espèces de vers présentes, la composition du sol, la région et le climat. – Il favorise la sécheresse et le lessivage des sels minéraux essentiels. – Dans certaines forêts du Minnesota, une seule plante a remplacé toute la végétation de sous-bois et les graines des arbres matures sont absentes. – Au mont Saint-Hilaire, la présence du ver persiste sur une partie du territoire après son introduction il y a plus de 100 ans. – Dans certains cas, les méfaits sur la végétation sont accentués par la présence d’espèces comme le cerf de Virginie. DES VERS ÉTRANGERS – Disparus il y a 12 000 ans partout en Amérique du Nord où a sévi la dernière glaciation, les vers de terre présents dans notre environnement sont tous exotiques, surtout d’origine européenne. – Ils ont été importés par les premiers colons lors du transport de plantes, ou encore dans la terre servant de ballast dans les navires, surtout entre les années 1800 et 1900. – La progression récente en milieu éloigné est surtout attribuable aux amateurs de pêche qui jettent leurs vers en forêt après leurs excursions. – Le transport forestier et les véhicules tout-terrain sont aussi en cause. BIOLOGIE 6000 Nombre approximatif d’espèces dans le monde 17 Nombre d’espèces au Québec, dont 7 dans le parc du Mont-Tremblant Hermaphrodites Les vers se fécondent l’un et l’autre. 3 à 80 Nombre de cocons (Lombricus terrestris) produits par un ver de terre chaque année Le ver à fumier, une espèce prisée par les pêcheurs et utilisée pour la fabrication de compost (vermiculture), est rarement retrouvée dans nos forêts car elle ne résiste pas à nos hivers. QUE FAIRE ? – L’invasion actuelle est impossible à contrer en raison de son envergure continentale. Selon la région, les vers peuvent progresser de 5 mètres annuellement. – On peut ralentir l’envahissement ou éviter qu’elle ne se propage en invitant les pêcheurs à jeter leurs appâts aux ordures. C’est le principal appât utilisé pour la pêche au Québec. – Ne pas apporter compost et terreau en forêt. – Un ver rejeté dans l’eau peut se retrouver sur la rive avant de périr noyé. Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+. Un autre aspect du ver de terre, je l'ai longtemp utiliser, je préfère la mouche maintenant. Ici à Montreal à l'ouest de Décarie, sur mon ancienne propriété il y avait tellement de ver de terre que le gazon bougais, les dalles de patio en était recouvert, toute cette partie de Montreal était des terres agricole. J'aurais pus partir une business et etre riche maintenant. A
  4. Salut, Je me demandais s'ils sont present sur la cote Nord, mettons de Baie comeau jusqu'en basse cote Nord, Sept iles, Nathasquan. Je pense à faire un tour sur la 138 l'année prochaine..... A
  5. Salut, J'ai lue quelques part que les Bars utilisait la baie Miramichi au Nouveau Brunswick comme frayère et allait dans l'estuaire du St laurent pour s'alimenter, elle se dirigerais plus au Nord pour suivre leur nourriture qui se compose en majeur parti de crustacé et de crevette. A
  6. Salut, Y'a pas de doute, les déboires et le manque de jugement des administrateurs de l'autre site mène à leur perte. Il reste juste à rendre ce site aussi populaire que l'autre l'a été.... populaire dans le sens, des gens qui alimente et laisse des commentaires utile et constructif. A
  7. Salut, Je connais plusieur moucheurs qui peche la Laquaiche dans la rivières des Miles iles autour de Iles des moulins à Terrebonne, je crois qu'il y a meme une Mouche d'un des Pro monteur des MMM qui a confectionner une mouche pour la Laquaiche. A
  8. Éric, Moi , c'est mon chirurgien Cardiaque qui m'a sauvé la vie .... hahahahahahahah Mais c'est aussi la peche, pour le mental..... A
  9. Salut, Je dirais aussi, utiliser la peche pour PRÉVENIR le stress post-traumatiques A
  10. Salut, J'ai pas revé, ils ont effacer le billet d'hier qui critiquait les Post anti-Vacin dans le Salon du Forum. Drole de forum et drole de modérateur, dommage..... Je crois qu'il est peut etre temps de tiré ma révérence de l'autre site et d'adopté celui ci en permanance, je m'était inscrit ici quand j'avais remarquer un changement dans la propriété et celui qui avait pris la releve comme admin, ca pas changer, on se fous pas mal des membres et ceux qui y contribue. A
×
×
  • Créer...