Aller au contenu

Mouche001

Membre
  • Compteur de contenus

    270
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Mouche001

  1. Mouche001

    !!!POST A JOKE!!!

    En 2035 — lorsqu'on interdira la vente d'automobiles fonctionnant à l'essence — c'est le «chant» des génératrices..... à essence..... qu'on entendra partout en forêt au lieu du gazouillis des oiseaux chanteurs!
  2. Mouche001

    !!!POST A JOKE!!!

    Voilà quelques années, une entreprise avait mis en vente des «leurres» de ce genre, et les pêcheurs qui les avaient utilisés en ont été satisfaits (selon les témoignages...).
  3. Mouche001

    !!!POST A JOKE!!!

    Un parrain de la mafia découvre que son comptable, Guido, lui a volé 10.000.000 $. Son comptable est sourd et muet et c'était la raison pour laquelle il a obtenule poste en premier lieu. On a supposé que Guido ne pouvant rien entendre n'aurait donc jamais à témoigner en cour contre le parrain! Lorsque le parrain va faire face à Guido sur les 10.000.000 $ disparus, il emmène son avocate, qui connaît la langue des signes. Le Parrain dit à l'avocate: > "Demandez-lui où est l'argent." L'avocate, en utilisant la langue des signes, demande à Guido: «Où est l'argent ?" Guido répond par signes: "Je ne sais pas de quoi vous voulez parler" L'avocate traduit au Parrain: "Il dit qu'il ne sait pas de quoi vous voulez parler." Le Parrain sort un pistolet, il le met à la tête de Guido et dit: «Demandez-lui à nouveau ou je vais le tuer!" L'avocate, en utilisant la langue des signes, dit à Guido: «Il te tuera si tu ne le dis pas." Guido tremble et par signes répond: - OK ! Vous avez gagné. “L'argent est dans une mallette brune, enterrée derrièrele hangar de mon cousin Bruno qui demeure juste à côté de l'épicerie." Le Parrain demande à l'avocate: "Qu'est-ce qu'il a dit?" Réponse de l'avocate : "Il dit que vous n'avez pas assez de couilles pour appuyer sur la gâchette"
  4. Salut! Pour votre information : https://www.macause.com/?PHPSESSID=5a32dceb1aa6b439f6257d3595485665
  5. Salut! Pour votre information : Plus de 635 000 $ pour la conservation du lac Saint-Pierre Québec, le 13 octobre 2021 – La Fondation de la faune du Québec a approuvé la réalisation de huit nouveaux projets dans le cadre du Programme pour la conservation du lac Saint-Pierre pour une enveloppe totale de 636 345 $. Le financement de ce programme provient du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC). Ce programme permet à des organismes de réaliser des projets de protection, d’aménagement ou de restauration de la biodiversité et de la qualité de l’eau de l’écosystème du lac Saint-Pierre. Parmi ces projets, notons celui de Canards Illimités Canada qui vise à restaurer 9,5 hectares (ha) du marais de la rivière Marguerite ou encore celui de Conservation de la nature Canada qui permettra de protéger à perpétuité 34 ha de milieux naturels situés dans la plaine inondable du lac Saint-Pierre. Le programme permet aussi à la Fédération régionale de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de Lanaudière de poursuivre la création d’aménagements fauniques dans le littoral, puis au Conseil des Abénakis d’Odanak de réaliser une étude d’avant-projet afin de planifier l’aménagement d’une structure de rétention et de contrôle de l’eau d’un marais où se rend la perchaude pour se reproduire. Ce ne sont là que quelques exemples des projets soutenus dans le cadre du programme pour 2021. Vous pouvez consulter la liste des projets approuvés en suivant ce lien. « Le Programme pour la conservation du lac Saint-Pierre permet à des organismes de développer des projets structurants qui auront un impact significatif sur la qualité des habitats fauniques d’un des écosystèmes les plus importants au Québec », mentionne Maxime Brien, gestionnaire de programmes à la Fondation de la faune du Québec. « Le lac Saint-Pierre est un plan d’eau d’une importance capitale au Québec. C’est pourquoi le gouvernement du Québec a mis en branle la Stratégie d’intervention pour l’avenir du lac Saint-Pierre, qui vise à rétablir l’état de santé de l’écosystème du lac, tout en maintenant une agriculture durable. Je suis heureux de voir que les nombreux projets soutenus par le Programme pour la conservation du lac Saint-Pierre, que nous finançons dans le cadre de cette stratégie, feront une différence pour l’état de santé de l’écosystème du lac. Merci à la Fondation de la faune du Québec et aux différents partenaires pour leur implication », souligne Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval. « Les efforts que demande la conservation des différents habitats fauniques demandent un travail d’équipe entre les différents acteurs impliqués. Je suis fier que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs soit associé à ces projets par son expertise et ses ressources afin de préserver ce patrimoine naturel collectif », mentionne Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec. « Le lac Saint-Pierre représente un écosystème vital, mais fragile. Depuis 2018, le Programme pour la conservation du lac Saint-Pierre appuie financièrement des fédérations régionales de l’UPA dans la réalisation d’aménagements et de projets de restauration adaptés aux réalités régionales autour de ce plan d’eau. Il soutient par ailleurs les producteurs agricoles qui permettent la conduite de projets de recherche et d’expérimentation sur leurs terres. Plus d’une trentaine d’entre eux participent donc aux travaux du Pôle d’expertise multidisciplinaire en gestion durable du littoral du lac Saint-Pierre et de l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Je les remercie pour leur engagement envers la démarche scientifique qui permettra d’identifier des solutions pour favoriser la cohabitation harmonieuse entre l’agriculture, l’environnement et la faune dans le secteur du littoral », mentionne André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable de la région du Centre-du-Québec et ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches. - 30 - La Fondation de la faune du Québec a pour mission de promouvoir la conservation et la mise en valeur de la faune et de ses habitats. C’est grâce à la contribution de plus d’un million de chasseurs, de pêcheurs et de trappeurs du Québec, de milliers de donateurs et de nombreuses entreprises privées que la Fondation soutient depuis 1987 plus de 2 000 organismes partout au Québec, créant ainsi un véritable mouvement faunique.
  6. Mouche001

    !!!POST A JOKE!!!

    Suivre l' exemple..... de la Sainte Écriture..... Une femme demande à son mari : Quel est ton programme pour la fête de Pâques ? - Le mari : Je ferai exactement comme Jésus-Christ. - La femme : C'est-à-dire ? - Le mari : Je vais disparaître le vendredi et réapparaître le dimanche. - La femme : D’accord, moi je ferai comme la sainte Vierge. - Le mari : C’est-à-dire ? - La femme : Revenir à la maison enceinte sans être touchée par mon mari. Depuis c’est le calme à la maison, même sortir le chien se fait en couple.
  7. Salut! Pour votre ibnormatin : Interdiction de vente de véhicules à essence en 2035 plutôt qu'en 2030Par la Presse Cnadienne |Par La Presse Canadienne (PC) - Le mercredi 6 octobree 2021 QUÉBEC — Si le Québec interdit la vente de véhicules neufs à essence en 2030 plutôt qu'en 2035, il risque une pénurie dans son marché. Le ministre de l'Environnement, Benoit Charette, a justifié, mercredi, les dispositions de son nouveau projet de loi, qui proscrirait la vente de véhicules neufs avec moteur à combustion interne en 2035. Il répondait ainsi à Québec solidaire (QS) qui exigeait plutôt la date de 2030. Or en 2030, il n'y aurait pas suffisamment d'autos neuves électriques pour approvisionner le marché québécois, a affirmé le ministre de l'Environnement. «Être réaliste» «Il faut être réaliste, le marché québécois n'est pas suffisamment important en Amérique du Nord pour dicter à l'ensemble des constructeurs automobiles ses visées, donc il faut que ce soit travaillé avec les constructeurs, les concessionnaires, selon la technologie qui est disponible aussi», a-t-il dit en mêlée de presse à l'Assemblée nationale. «Il aurait dû au minimum aller vers 2030», avait plaidé plus tôt la porte-parole de QS, Manon Massé. Elle a rappelé les conclusions du tout dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC): la température moyenne sur la Terre augmentera de 1,5 degré d'ici à 2030, quoi qu'il advienne. «Il nous reste 10 ans. Et 2035, c'est dans 14 ans. Alors Québec solidaire sera là pour s'assurer que la date de 2035 soit devancée. Et je pense que le ministre est capable de comprendre ça.» Pour sa part, le Parti québécois a rappelé qu'il avait commencé à plaider pour l'échéance de 2035 il y a trois ans. «Je pense que c'est l'échéancier qui est réaliste», a soutenu le député Sylvain Gaudreault. «Loi zéro émission» Il a toutefois rappelé que la loi actuelle sur les véhicules «zéro émission» est déjà bien insuffisante. En effet, c'est ce que révélait le plus récent rapport de mise en oeuvre de cette loi en février dernier. Les objectifs de cette loi en matière de véhicules à faibles émissions de gaz à effet de serre (GES) sont tellement peu contraignants que les grands manufacturiers pourraient se permettre de ne plus vendre aucun véhicule électrique d'ici à septembre 2022, pouvait-on apprendre. «Ça veut dire que la loi ne fait pas la job», a résumé M. Gaudreault. En clair, les manufacturiers ont déjà vendu suffisamment de véhicules soit hybrides, soit électriques, pour se conformer à la loi pour toute la période 2019-2021. «Les crédits accumulés jusqu'à maintenant par l'industrie dans son ensemble seraient suffisants pour satisfaire aux exigences de la période de conformité 2019-2021, même si les constructeurs ne vendaient aucun véhicule électrique de plus à partir de maintenant jusqu'au 1er septembre 2022», pouvait-on lire. «L'abondance de crédits accumulés soulève la question d'un resserrement potentiel de la norme et de l'augmentation des exigences de crédits», écrivait-on. Rappelons que le secteur des transports produit 44,8 % des émissions de GES du Québec.
  8. Salut! Pour votre information : Guide sur le réseau des rivières à saumon du Québec 2022 - version numérique Exceptionnellement cette année, le Guide sur le réseau des rivières à saumon du Québec 2022 ne sera pas imprimé et distribué aux membres de la Fédération québécoise pour le saumon atlantique (FQSA) avec le magazine d'automne 2021. Cependant, nous vous invitons fortement à regarder la version numérique du Guide disponible sur notre site internet. N'oubliez pas que dès le 1er octobre prochain, et ce, jusqu'au 31 octobre à midi (HAE), vous pouvez participer aux tirages au sort annuels. Pour ce faire, cliquez ici : https://tirage.manisoft.ca/ Bonne lecture! Visionner la version web du Guide : https://www.saumonquebec.com/media/2866/saumonqc-guiderivieres2022-septembre2021-v4-web.pdf
  9. Salut! Pour votre information : Un lobby albertain fait pression pour légaliser la chasse en enclos Par Bob Weber - La Presse Canadienne - Dimanche 3 octobre 2022 Les éleveurs de gibiers de l'Alberta exercent des pressions sur le gouvernement provincial et les municipalités rurales pour la légalisation de la chasse en enclos.Selon eux, cette pratique pourrait rapporter des millions de dollars aux collectivités rurales, mais des scientifiques spécialisés dans la faune et des groupes de chasse et pêche y sont fortement opposés.L'Alberta Elk Commission (AEC) demande aux autorités provinciales et municipales de r permettre ce qu'elle appelle des «réserves de récolte de cervidés», soit des zones clôturées pour élever des animaux tels des wapitis, des cerfs ou des bisons et où les clients peuvent payer pour les chasser.L'organisme fait cette demande alors que le gouvernement conservateur entame un vaste examen de la législation sur la faune qui promet, selon des documents gouvernementaux, «d'explorer des options d'outils innovants pour offrir de meilleures occasions de chasse récréative sur les terres publiques et privées».«Les réserves donneraient aux éleveurs la possibilité de vendre au public des animaux qui sont actuellement exportés vers d'autres juridictions, offrant une occasion de développement économique en Alberta», a écrit dans un courriel le président de l'AEC, John Cameron. Il a affirmé que les fermes de chasse en enclos doubleraient les revenus du secteur pour atteindre environ 500 millions $ et créeraient plus de 300 emplois.Interrogé sur ce qu'il pense des demandes de l'AEC, le ministère albertain de l'Agriculture et des Forêts a répondu dans un courriel que «le gouvernement de l'Alberta s'est engagé à soutenir les entrepreneurs albertains et à travailler avec les collectivités et les organisations pour stimuler la croissance et la création d'emplois, en particulier dans les régions rurales de notre province». Cette réponse inquiète Delinda Ryerson, de l'Alberta Fish and Game Association. «Il y a toute une série de raisons écologiques, économiques et patrimoniales pour lesquelles nous nous y opposons catégoriquement», a-t-elle déclaré.Les fermes de chasse – et les fermes de gibier – nuisent à la faune indigène par l'hybridation et la propagation de maladies, a-t-elle expliqué. Elle craint qu'elles n'encouragent également une mentalité où l'on doit payer pour chasser, ce qui finirait par étouffer un passe-temps apprécié par des milliers d'Albertains.«Il n'y a aucune inquiétude quant à la propagation à la population sauvage de maladies provenant d'animaux dans les réserves de chasse close, réplique M. Cameron. (Tous) les animaux chassés dans les réserves sont testés.»Mais il est difficile de garder les animaux sauvages loin des enclos, s'est inquiété Ryan Brook, biologiste de la faune à l'Université de la Saskatchewan. «Le contact de wapitis sauvages et de wapitis domestiques à travers une clôture a été documenté, a-t-il écrit dans un courriel. C'est une voie importante pour la potentielle transmission de maladies.»Mark Boyce, biologiste à l'Université de l'Alberta et lui-même chasseur, a expliqué que la maladie débilitante chronique, une maladie mortelle de la faune qui se propage rapidement dans les Prairies, est probablement arrivée au Canada par le biais d'une ferme de gibier.L'Alberta autorise les fermes de chasse au sanglier, une espèce non indigène. M. Boyce a prévenu que les résultats de cette expérience devraient être un avertissement: «Nous avons des centaines de sangliers en liberté en Alberta à cause d'une douzaine de fermes de chasse. Ils s'échappent.» *********************************** P.S.— Ça rappellera à certains d'entre vous que la même situation est survenue au Québec, voilà environ deux décennies : les propriétaires de « parcs à chevreuils » du Québec utilisaient alors les mêmes arguments que ceux de la province d'Alberta... et ils promettaient également des revenus de plusieurs millions de dollars pour les localités où étaient situées les « fermes de chasse ». Les préductiuins ne se sont jamais matérialisées...
  10. Salut! Pour votre information : Deux leaders complotistes seraient atteints de la COVID-19 LA PRESSE- Par Tristan Péloquin - Le samedi 2 octobre 2021 Deux figures influentes du mouvement d’opposition aux mesures sanitaires, qui multiplient les démarches judiciaires contre le gouvernement pour faire invalider les décrets de santé publique, sont sur le carreau depuis plusieurs jours, vraisemblablement malades de la COVID-19. Ils refuseraient de se faire tester. Une source informée de la situation a confirmé à La Presse que Stéphane Blais, président de la Fondation pour la défense des droits et libertés du peuple (FDDLP), et Olivier De Senailhac, directeur de ce même organisme, sont tous les deux alités depuis une quinzaine de jours. M. De Senailhac a affirmé à deux sources distinctes qu’il aurait la certitude d’avoir contracté la COVID-19 puisque ses proches ont reçu un test positif. Il est depuis au lit à la maison, « couché mort », et aurait « failli se retrouver à l’hôpital ». Il a également affirmé qu’il se guérit par lui-même avec un « protocole » composé de vitamines et d’azithromycine. L’azithromycine est un antibiotique et anti-inflammatoire promu entre autres par le professeur français Didier Raoult, dans le cadre d’un protocole controversé utilisant l’hydroxychloroquine pour combattre la COVID-19. Des études scientifiques randomisées en double aveugle ont cependant démontré qu’il s’agit d’un traitement inefficace. Stéphane Blais souffrirait quant à lui d’une « pneumonie sévère », selon notre source. Il n’aurait toutefois pas subi de test de dépistage de la COVID-19. M. Blais, qui a organisé plusieurs manifestations contre les mesures sanitaires, a déjà affirmé que la pandémie de COVID-19 n’était « rien d’autre qu’un coup d’État international d’une clique de puissants malfrats contre les peuples du monde ». Il est actuellement accusé par l’Ordre des CPA d’avoir tenu à maintes reprises des propos indignes de la profession de comptable. Sa dernière publication sur Facebook remonte au 16 septembre, date à laquelle il a félicité la comédienne Anne Casabonne pour sa récente sortie pour dénoncer les « vaccins de ###### ». « Les artistes se lèvent. Ça fait du bien de te lire, Anne », avait alors écrit M. Blais. M. De Senailhac a pour sa part déjà comparé publiquement la COVID-19 à une « grosse grippe », mais n’a jamais démenti l’existence du virus. Il nous a été impossible de parler avec M. Blais. Un message que nous lui avons envoyé par Facebook a bien été reçu par son entourage, mais aucune des personnes qui gravitent autour de la Fondation pour la défense des droits et libertés du peuple n’a voulu confirmer si les deux dirigeants étaient effectivement atteints de la COVID-19. « Je ne répondrai pas à ces questions, nous a répondu l’avocat Dominic Desjarlais, qui s’occupe de plusieurs poursuites contre le gouvernement au nom de la Fondation. Je n’ai pas de commentaire à faire. Je ne suis pas au courant. » Contestations judiciaires des décrets La FDDLP a récolté depuis le début de la pandémie près de 1 million de dollars en dons du public pour mener des contestations judiciaires contre les décrets sanitaires. Elle a tenu deux campagnes de financement diffusées en direct sur Facebook, auxquelles ont notamment participé Alexis Cossette-Trudel, un apôtre du mouvement complotiste QAnon, la comédienne antivaccin Lucie Laurier ainsi que le blogueur Daniel Pilon, qui a été radié à vie de l’Ordre des CPA pour des propos complotistes au sujet de la pandémie. La FDDLP affirme, dans une poursuite qu’elle a déposée en mars dernier, que « non seulement [les mesures sanitaires sont] injustifiées et/ou disproportionnées eu égard à la réalité que représente la COVID-19, mais également inconstitutionnelles ». « Ce sont plutôt les diverses mesures mises en place par le Gouvernement et la peur anxiogène véhiculée quasi quotidiennement par le Gouvernement et ses représentants qui ont fait en sorte que des milliers de personnes n’ont pu bénéficier des soins qu’elles requéraient », dit aussi la poursuite. Les positions de la FDDLP sont soutenues par des rapports d’experts fournis par des médecins et des scientifiques français qui minimisent la gravité de la COVID-19, dont le Dr Christian Perronne, l’anesthésiste-réanimateur Louis Fouché et la généticienne Alexandra Henrion-Caude.
  11. Salut! Pour votre information : Plus de 250 000 $ pour l’habitat du saumon atlantique Québec, le 30 septembre 2021 – La Fondation de la faune du Québec a approuvé la réalisation de cinq nouveaux projets dans le cadre du Programme de valorisation, d’aménagement et de restauration des habitats du saumon atlantique pour une aide financière totale de 257 998 $ : https://fondationdelafaune.qc.ca/programmes-daide-financiere/programme-de-valorisation-damenagement-et-de-restauration-des-habitats-du-saumon-atlantique/?oft_id=3496827&oft_k=4KLI3wGW&oft_lk=UWgdRL&oft_d=637686004256700000 Rappelons que le financement de ce programme provient du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs dans le cadre du Plan de développement de la pêche au saumon et de la pêche sportive au Québec 2017-2022, issu d’un investissement du gouvernement du Québec. Les projets financés visent la réalisation d’études d’avant-projet, en plus de permettre à des organismes d’aménager ou de restaurer des portions de rivières dans le but de faciliter la montaison et assurer le succès de la reproduction du saumon atlantique. Parmi ces projets, notons celui de la Corporation de gestion des rivières Matapédia et Patapédia qui entreprendra des travaux pour conserver la fosse Les Marais, un habitat essentiel pour le saumon, et un lieu de surveillance et de protection en continu des saumons de la rivière Causapscal. Notons également deux projets de caractérisation des refuges thermiques et des processus hydrauliques de nombreuses rivières à saumon afin de déterminer la qualité des habitats présents. Ces projets seront réalisés par l’Institut national de la recherche scientifique. Ce ne sont là que quelques exemples des projets soutenus dans le cadre du programme pour 2021. Vous pouvez consulter la liste des projets approuvés en suivant ce lien : https://fondationdelafaune.qc.ca/app/uploads/2021/09/do21-09_saumon.pdf?oft_id=3496827&oft_k=4KLI3wGW&oft_lk=ynZHU9&oft_d=637686003442900000 « En améliorant la qualité de l’habitat du saumon atlantique, non seulement on augmente la productivité de l’espèce, mais on protège et améliore également la biodiversité de l’ensemble du milieu », mentionne Geneviève Lacroix, gestionnaire de programmes à la Fondation de la faune du Québec. « L’aménagement de l’habitat et les mesures de protection du saumon sont incontournables pour assurer la pérennité de certaines populations pour lesquelles l’habitat s’est dégradé au fil du temps. Ainsi, les projets financés dans le cadre de cette initiative auront des répercussions positives et s’inscrivent dans les objectifs poursuivis par mon Ministère », souligne M. Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs. Rappelons que le Programme de valorisation, d’aménagement et de restauration des habitats du saumon atlantique offre une aide financière aux projets de conservation, d’amélioration ou de restauration de l’habitat du saumon atlantique.
  12. Salut! Pour votre information : [ Article complet dans LA PRESSE de demain, le jeudi 30 septembre 2021 ] Déçus de Québec, les chefs autochtones se tournent vers les Québécois Déçus par le manque d’engagement du gouvernement Legault dans la lutte contre le racisme, les chefs autochtones du Québec lancent un appel aux Québécois pour qu’ils s’engagent eux-mêmes à mettre fin aux préjugés envers les Premières Nations. « On sent une vague d’appui de la part du public. Il faut maintenant que cette vague se transforme en tsunami », a plaidé le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador, Ghislain Picard, à la veille de la première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, décrétée par Ottawa, mais pas reconnue par Québec.
×
×
  • Créer...