Aller au contenu

is_gen

Membre
  • Compteur de contenus

    117
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par is_gen

  1. is_gen

    IMG_1974.JPG

    Depuis l’album 2021

  2. is_gen

    IMG_1971.JPG

    Depuis l’album 2021

  3. is_gen

    IMG_1965.JPG

    Depuis l’album 2021

  4. is_gen

    IMG_1964.JPG

    Depuis l’album 2021

  5. is_gen

    IMG_1961.JPG

    Depuis l’album 2021

  6. is_gen

    IMG_1960.JPG

    Depuis l’album 2021

  7. is_gen

    IMG_1959.JPG

    Depuis l’album 2021

  8. is_gen

    IMG_1956.JPG

    Depuis l’album 2021

  9. is_gen

    mini-mud.png

    Depuis l’album 2021

  10. is_gen

    IMG_E2009.JPG

    Depuis l’album 2021

  11. is_gen

    IMG_E2008.JPG

    Depuis l’album 2021

  12. is_gen

    IMG_E2007.JPG

    Depuis l’album 2021

  13. is_gen

    IMG_E2006.JPG

    Depuis l’album 2021

  14. is_gen

    IMG_E1984.JPG

    Depuis l’album 2021

  15. is_gen

    IMG_E1983.JPG

    Depuis l’album 2021

  16. is_gen

    IMG_E1982.JPG

    Depuis l’album 2021

  17. is_gen

    IMG_2018.JPG

    Depuis l’album 2021

  18. is_gen

    IMG_2015.JPG

    Depuis l’album 2021

  19. J'ai une Muddler #6 sur laquelle il ne reste que la tête et collerette en poils de chevreuil. J'ai attrapé d'innombrables achigans dans la Magog, bien après que la queue, le corps et les ailes soient disparus. À vrai dire, je ne suis pas certain comment la tête a tenu le coup et tient encore. Je pense que j'ai encore la mouche dans une boîte, bien que je ne l'utilise plus, je me sens mal de la jeter!
  20. Il y a quelques étés de ça, j'ai découvert une section de la rivière St-François en Estrie que j'adore pêcher en waders à la mouche. À Sherbrooke même, elle est plutôt lente, creuse et vaseuse, pas trop mon style. Mais pas trop loin en dehors, elle est généralement plus belle. Mon secteur en particulier possède un lit de roche et gravier et de beaux enchainements de rapides et mouilles (riffles et pools) avec beaucoup de structure. De plus, l'eau semble généralement bien oxygénée et assez propre, si je peux en juger par la grande quantité de larves de plécoptères présentes. Le tout en fait un habitat idéal pour l'achigan à petite bouche. J'y attrape aussi pas mal de ouitouche, laquelle peut m'être gênante dans d'autre situations de pêche, mais celles-ci sont d'assez bonne taille et assez combatives, les spécimens de 12" n'étant pas rares. À bien y penser, ce sont les deux seules espèces que j'ai attrapées à cet endroit. J'ai tout de même un espoir de pêcheur qu'un de ces jours, j'y attraperai une belle truite brune ou AEC. L'accès à ce secteur est très facile et évident, mais la pression de pêche ne semble pas très élevée; je suis souvent le seul à pêcher mon tronçon préféré, ne rencontrant d'autres pêcheurs qu'à la toute fin de mon parcours, lesquels s'attaquent au plus gros pools plus évidents. L'accès à la rivière même est aussi facile, et ce, même à débit plus élevé, de par la douce pente du lit. La "naviguation" en waders est assez facile, quoique ça devient habituellement plus glissant en milieu et fin d'été. Je peux traverser la rivière d'une rive à l'autre par endroits, n'ayant pas plus d'eau qu'aux cuisses ou fesses, tandis que les gros pools sont surement d'une profondeur de 8 pieds ou plus et les eaux les plus vives m'arracherait vite les pieds du fond assez rapidement. Et bien que j'aime pêcher en petite et moyenne rivière, j'aime bien la liberté offerte par une rivière de plus haut calibre, telle la St-François. Par liberté, j'entend l'option de marcher et pêcher soit vers amont ou aval sans souci et l'embarras du choix des caches à poisson et endroits prometteurs ou lancer sa ligne. Pour finir, les rives sont naturelles et non-habitées, rendant facile de s'imaginer être 150 ans en arrière et que c'est le saumon que l'on taquine. OK - on peut passer à la sortie même, je me suis un peu emballé par ma description... Je préfère habituellement pêcher cet endroit le matin et l'avant-midi, mais décidai d'y aller, ce samedi, en fin d'après-midi et soirée. J'ai les pieds à l'eau vers 16h, après 10 minutes de marche. Je préfère pêcher en descendant la rivière ici. J'ai habituellement du succès aves des streamers blancs #2 ou #4, ou des hybrides de noyée/nymphes rapellant les plécoptère très présents en ce secteur, sur hameçon #4 à #8. D'après un conseil reçu dans une discussion récente dans la section "Montage de mouches", j'y vais plutôt pour une grosse noyée style soft-hackle avec un gros corps fuselé qui a un air de guêpe, hameçon mouche sèche #4. En entrant dans l'eau, il y a un lit d'eau calme et peu profonde que j'ai l'habitude de "skipper" pour aller plus dans le courant, mais j'y lance ma ligne et au deuxième lancer y sort une petite ouitouche, suivie d'un petit achigan et d'un autre un peu plus gros. Voici ce dernier: Je passe donc au chenal principal. Le niveau d'eau est assez bas, commes pour toutes le rivière Estriennes cette année, je peux donc m'avancer afin de couvrir pas mal toute l'eau. Je pêche ma noyée de façon assez classique, à 30-45 degrés en aval et laisse dériver et "swinger" à la fin, en ajoutant de petits "strips" en toute fin. Ça prend peut-être 5-10 minutes avant d'avoir une touche, où ce petit achigan se laisse déjouer: Il y a à cet endroit un long chenal bordé de courants moyens, brisé de grosses roches par endroits. En descendant le cours, j'y attrapte quelques ouitouches et achigans, rien de bien gros. Un peu avant d'arriver à un gros rocher entouré d'eau profonde en fin de rapide, j'y fait ma plus belle prise de la journée: Pas un monstre, mais je savais que ce n'était pas de la petite bière dès le ferrage. À débit plus élevé, j'utilise un bas de ligne 8lb à cet endroit, mais j'opte pour du 5lb en eau basse, comme ce samedi - et surement pas mal tout l'été comme c'est parti. Comme le courant est fort, je combat cet achigan sur le moulinet avec le frein pas trop serré en utilisant la paume de ma main par moment, le temps de marcher et manoeuvrer vers une eau plus calme et ramener le poisson à mes pieds. Quelques acrobaties aériennes plus tard, je prend la photo ci-dessus et laisse ce dernier repartir sans signe de fatigue. Autour du gros rocher mentionné plus tôt, j'y attrape habituellement plusieurs petits et moyens achigans. Seulement deux petits y sont présents cette fois. J'arrive maintenant au eaux les plus vives, suivies du plus gros pool de mon parcours. Je change ma mouche pour un streamer blanc/noir/vert de ma création sur hameçon #2, comme je le fais souvent à cet endroit. De grosses pierres créent des remous, dans lesquels je peux lancer, mais c'est difficile d'y garder la mouche longtemps, les courants latéraux emportant la soie rapidement. J'y ai été frustré à quelques reprises cet été, de belles prises se décrochèrent; je cherche donc à me rattraper. Seulement qu'un petit achigan osa mon streamer. À la fin du gros pool, je change ma mouche de nouveau pour une autre de mes créations, quoiqu'inspirée de mouches classiques. On pourra la voir dans une photo plus bas. Quelques lancers et un petit achigan tente sa chance: Je suis maintenant presqu'à mi-parcours et j'ai faim, il est environ 18h15. Je prends une petite pause pour manger mon souper retourne à l'attaque. Une section composée de plusieurs pierres et remous m'attend sur 50 mètres. J'y fait plusieurs prises, achigans et ouitouches, rien de bien gros. En voici un avec ma mouche dans la bouche: La structure de la prochaine section ne me permet pas d'aller trop loin dans l'eau, mais je suis du côté plus prometteur. Un pool d'environ 4 pieds de profondeur se transforme graduellement en un rapide vif et peu profond et sur le bord de la rive, une grosse pierre est dans le milieu d'un gros remous qui a creusé le lit très profondément et abruptement autour de cette dernière. Même à eau basse je n'y ai jamais vu le fond. Il y a souvent accumulation d'écume à cet endroit. J'y attrape toujour un ou deux achigans, les plus gros y plongeant tout mon bas de ligne de 10 pieds, et ce, à seulement 2-3 pieds d'où je n'ai de l'eau qu'à la cheville! Fidèles au poste, j'en attrape deux. Les grands arbres de la rive sur-élevée me cachaient du soleil déclinant depuis un moment, mais une courbe dans la rivière m'y expose et je l'ai en pleine face, en plus du reflet sur l'eau en aval. Même avec me lunettes c'est aveuglant et bien qu'elle soient polarisées, j'ai peine à voir le fond de l'eau. En plus de quelques petits achigans et ouitouches, j'y prends ausssi une fouille; pas trop creux par chance, ni d'eau dans les waders, mais un bras bien mouillé jusqu'à l'épaule. Un petit regard aux alentours confirme que personne ne m'a vu et on peut garder ça entre nous... La fin du parcours approche et le soleil est de plus en plus bas, il est près de 19h30. Une section plutôt calme m'attend et j'y attrape un petit achigan bien tacheté. Ce denier se débat avec une telle fougue après le ferrage que je pensais avoir un poisson de bien plus grande taille jusqu'à ce qu'il fasse un saut et je ne pouvais qu'en rire. Je commence à voir un peu d'action en surface. Je n'ai pas beaucoup de sèches dans ma boîte cette journée, mais quand même deux grosses #4 que j'ai récement montées, style assez classique, mais avec une aile abaissée en foam gris. L'une a le corps jaune, l'autre rouge, je choisi la rouge sans raison particulière. Je la lance vers un gobage assez régulier et hop, un petit achigan est vite ramené et remis à l'eau. J'attrape ensuite peut-être encore deux ou trois petits achigans et ouitouches. Je suis maintenant à la fin du parcours. Il y a un gros pool à courant assez lent en milieu de rivière, avec un "îlot" central pierreux peu profond en aval, duquel je pêche, bordé un "run" profond et rapide, lequel contourne l'îlot pour se transformer en un gros rapide inaccessible. Je pêche donc souvent cette section en faisant le tour à quelques reprises sur 45-60 minutes avec quelques changement de mouches selon la situation et l'activité. Je décide d'essayer un Mickey Finn #2. J'ai quelques attaques visibles dans le pool mais rien ne connecte. Du côté du run rapide, une belle ouitouche, ma plus grosse de la journée, se laisse déjouer, bien qu'elle fut accrochée par le dessus du museau: Après un ou deux "tours" de cette sections, je change ma mouche pour un gros Muddler #2. J'ai quelques attaques et touches manquées, peut-être ai-je attrapé un petit achigan ou ouitouche, je ne suis plus trop certain. Il est passé 20h30 et ça tombe pas mal mort côté activité en surface et touches. Je continue pour un dernier tour, sans résultat. Je comprends le message et sorts donc de la rivière. Je mange une petite collation en contemplant la noirceur s'installer, avant de retourner vers l'auto et la maison. Après une douche rapide et un verre de whisky bien tranquille, je passai une bonne nuit de sommeil. Ce fut une sortie assez plaisante, bien que la moyenne de taille soit habituelle un peu plus élevée pour achigan et ouitouche. Mes plus grosses prises à cet endroit doivent être d'environ 15" et 14", respectivement.
  21. is_gen

    IMG_1955.JPG

    Depuis l’album 2021

  22. is_gen

    IMG_1953.JPG

    Depuis l’album 2021

  23. is_gen

    IMG_1951.JPG

    Depuis l’album 2021

  24. is_gen

    IMG_1950.JPG

    Depuis l’album 2021

  25. is_gen

    IMG_1949.JPG

    Depuis l’album 2021

×
×
  • Créer...