Aller au contenu

is_gen

Membre
  • Compteur de contenus

    103
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Information

  • Sexe
    Homme
  • Région du Québec
    05 Estrie
  • Ville
    Sherbrooke
  • Intérêts
    DIY de toute sorte
    Jardinnage
    Musique

Visiteurs récents du profil

532 visualisations du profil

is_gen's Achievements

Habitué de Pêche QC

Habitué de Pêche QC (2/10)

128

Réputation sur la communauté

  1. Elles sont au moins agréables à attraper, donnant un combat plus féroce que disons perchaude ou crapet de taille semblable. Je commence pas mal toujours mes filets avec la lame en angle comme tu mentionnes, pour faciliter la pénétration en glissant sous les écailles et pour diriger ma coupe vers la nuque afin d'aller chercher juste un peu plus de viande là-haut. Le filet est quand même un peu plus épais que celui d'un crapet, mais assez mince pour qu'il soit facile de gaspiller pas mal de viande si on ne fait pas attention. J'ai trouvé mes photos, celle-ci de ma pêche en 30 minutes. Et voilà pas mal un an de ça, 4 belles prises, un bon pouce-et-demi ou deux de plus que celles ci-haut.
  2. Merci! Je ne les ai pas conservées cette fois, mais j'en ai ramenées 24, et sans exagérer, attrappées en 25-30 minutes et pas plus de 36 lancers, il y a quelques semaines de cela. Pas super grosses en moyenne, ce fut un peu long et ardu à fileter, mais oui, elles sont délicieuses! Je n'avais pas prévu cela et n'avait pas de glacière portable, mais ai quand même pu attraper 2-3 brunes graciées avant de rerpartir vers la maison après peu de temps. Je n'ai pas refait cette pêche miraculeuse depuis, mais j'en attrape toujours plusieurs sur tout le long de mon parcours cette année. Je ne sais pas si je devrais m'inquiéter de leur soudaine abondance. Je n'avais jamais attrapé de cette espèce dans la Magog avant peut-être 2017-18 et en retrouve de plus en plus, année après année. Je metterai quelque photos si je les retrouve.
  3. Voici une mouche qui m'apporte pas mal de succès ces temps-ci à l'achigan. C'est pas mal une version plus grosse d'un mouche que j'ai développée* pour la truite, laquelle est essentiellement une Muddler noyée de paresseux. J'explique: noyée, car elle possède une bead-head pour atteindre le fond plus rapidement et paresseux car elle omet la tête et collerette en poil de chevreuil et les ailes et queue en sections miroir de plume de dinde. C'est pas mal plus rapide à monter. Je ne l'ai pas en photo, mais la première ci-dessous la représente généralement bien, à part du corps, lequel je fais en dubbing synthétique. * Par "développée", j'entend que j'ai amalgamé des éléments de design que j'aime bien de diverses mouches populaires, ce qui sera partiellement expliqué ci-dessous. Recette version truite: Hameçon: Noyée, #8 à #12, standard ou 2x Corps: Ice Dubbing UV Shrimp Pink ou Olive Queue et Ailes: pincée de fibre de plumes de queue de faisan, dinde ou perdrix Hackle: Grizzly mou ou autre petit hackle mou grisâtre (j'utilise des plumes de pointrine de coq de Sonnerat qui sont grises 2-tons à côté des plumes en oeil prisées) Cou: UNI-Yarn fluorescent; rose ou orange si corps Shrimp Pink ou vert si corps Olive Tête: Bille argentée J'aime bien utiliser celle-ci pour l'omble de fontaine ou l'AEC dans de petits cours d'eau qui possèdent des pools ou de runs tout de même profonds. Je suis certain que ça ferait aussi un malheur pour le crapet et autres "panfish". Versions pour achigan (ou grosse truite!) ci-dessous. Je l'aime bien en hameçon #6 streamer. La première a la queue et ailes en faisant comme la version truite. La deuxième en queue d'écureuil gris, matériel que j'adore. Le corps de la première est moitiée UNI-Yarn, moitiée chenille brune, la deuxième entièrement chenille brune. Je la trouve appropriée pour la pêche à la dérive morte, pour la swinger dans le courant, ou la ramener comme un streamer. L'aile en queue d'écureuil gris provient de la Picket Pin, mouche que j'aime bien pour la truite. Je la fais un peu plus longue ici, en plus de l'ajout d'une queue aussi un peu longue. Je me demande si l'achigan pourrait percevoir cela comme deux pinces d'écrevisse des fois... Pour une version qui va caller pas mal moins rapidement, simplement remplacer la bead-head par une tête de Muddler. Vu qu'il n'y a pas de "cou" en UNI-Yarn fluo ici et que j'aime une touche de couleur vibrante sur mes mouches à achigan, je fais le tiers arrière du corps en chenille rouge. Ce pourrait aussi bien être la queue qui est rouge, en laine synthétique, fibres de hackle ou plumes d'oie teintes ou autre. La couleur pourrait aussi bien être plus orange ou jaune, mais j'aime bien le rouge et brun, élément que j'emprunte ici à la Super Renegade, telle que je la connais, car elle semble avoir plusieur variations elle-même. La mouche qui précède celle ci-haut dans l'évolution de sa création, aussi dépourvue de logique qu'elle soit, ne possède ni tête en bille ou de Muddler, mais un hackle grizzly enroulé sur le tiers avant du corps et pas de queue. Elle se voulait un genre de gros plécoptère adulte, lesquels sont présents dans la section de la St-François où je pêche l'achigan. À bien y penser pour ce qui est du hackle, je crois avoir inconsciament emprunté cet élément de design au modèle Stimulator. Et pour ceux qui veulent tout avoir, tête de Muddler et bead-head. Version montée sur hameçon Daiichi 2051 spey-curve #5. Queue et aile en poil de queue d'écureuil noir. Le poil d'ours noir est quasi-identique en 'look & feel' et ferait aussi bien l'affaire. On peut tout juste voir le reflet rouge-pourpre au bout des poils, surtout ceux de l'aile. Section rouge du corps allongée en UNI-Yarn au lieu de la chenille et cul en UNI-Yarn rose fluorescent. J'ai pêché la mouche photographiée tout l'avant midi hier, avec plusieurs achigans (dont 2 de belle taille) et ouitouches déjoués. L'hameçon est un peu plus léger qu'un hameçon à saumon standard, mais plus lourd que mes #6 streamer ci-haut, ça coule donc plus rapidement. Version à corps écourté sans queue, aile d'écureuil gris. Je n'ai pas encore pêché celle-ci. Cette petite Muddler est un peu hors-sujet, mais je voulais l'afficher, étant la plus petite Muddler que j'ai fabriquée, hameçon #14 2x. Je n'ai pas pris le temps de faire la queue et ailes correctement par contre, de simples pincées de fibres de plume de queue de faisan. Je l'ai malheureusement perdue snaggée sur une branche à un endroit inaccessible pour la déprendre, et ce, à sa première sortie. Je me devrai d'en refaire 2 ou 3. Peut-être même en #16 si j'ose. Pour finir, une Mickey Finn sur Daiichi 2051 #5, à cul et tête bright-orange (fil à Usual), montée pas mal juste pour le kick, car je trouve que c'est un maudit bel hameçon!
  4. J'ai eu pas mal de temps pour aller à la pêche dernièrement, étant en vacances et n'ayant pas de projets de rénovation ou autre pour le moment. Je n'ai pas pu aller à tous le endroits que je voulais, particulièrement la fameuse haute St-François, laquelle je veux essayer depuis quelques années, et deux ou trois petites rivières que j'aurais explorées pour la première fois. J'étais un peu moins "game" d'aller tenter ma chances sur celles-ci vu le bas niveaux des cours d'eau en général cette année et me suis donc plus concentré sur des endroits que je connais comme toujours pêchables. Sortie en soirée sur la rivière Massawippi Comme la plupart des rivières, le débit est assez bas, ce qui limite les endroits où je peux considérer comme pêche en eau vive, lesquels je préfère. Je vise la truite avec peu d'espoir réel. J'essaie un nouvelle mouche de ma création, genre "hopper" ou insecte terrestre assez générique, aile et tête en poil de chevreuil style plécoptère, corps en UNI-Yarn orange sur hameçon #12 streamer. Après quelques petites ouitouches, un des plus beau pools me récompense avec un belle petite AEC. Une photo et je la retourne à l'eau. J'ai encore une bonne heure et demi avant la noirceur et je continue vers l'aval, sachant qu'il y a d'autre rapides et pools prometeurs. Un touche solide fait raidir ma soie et je suis certain d'avoir une belle truite brune au bout de ma ligne. Après quelques minutes de combat pour la ramener vers des eaux plus calmes, je constate que ma truite a un look un peu étrange. J'attrape souvent de petits achigans à cet endroit, mais ceci est une belle pièce! Je crois que le niveau d'eau assez bas avec courant tout de même rapide ont forcé cet achigan à combattre plus comme je me serais attendu d'une brune. Cela conclu pas mal les faits saillants de cette sortie. J'essayai une grosse souris en poil de chevreuil dans un gros pool calme à la noirceur, sans résultat. Je m'étais fait cassé ma ligne au même endroit deux semaines avant, je ne sais pas par quel poisson, soit un gros achigan ou un petit brochet du nord. Sortie de jour sur la rivière Coaticook Pas une sortie de pêche des plus sérieuses - j'y allai avec ma fille de 3 ans sachant que le bord de la rivière se marche assez bien et aussi dans le but de cueillir des framboises noires à un endroit où il y en avait beaucoup il y a un ou deux été de ça. Je fut déçu pour ce qui est des framboises, la plupart des plants durent être arrachés ou coupés, il n'y avait presque plus rien. La pêche porta fruit par contre. Une belle AEC dodue de 12" qui s'est battue solidement avec haute voltige. Celle-ci tomba pour une mouche bead-head de ma création sur hameçon #8. Je décidai de conserver cette dernière. Ma fille était toute contente de ce beau poisson. Elle a récement attrapé son premier poisson essentiellement toute seule, un petit achigan avec une mouche sous un flotteur avec un canne spin-cast. Je ne pêchai pas beaucoup plus longtemps et ce fut ma seule prise cette journée. Sortie en soirée sur la rivière St-François Même endroit que dernier sujet sur ce forum, mon emplacement préféré pour attraper de l'achigan en eau vive et des ouitouches comme prises non-ciblées mais agréable vu leur dimension impressionnante. Risques d'averses et d'orage au rendez-vous, mais je ne me laisse pas démotiver. Le temps est tout de même sombre lorsque j'entre dans l'eau. J'attrape peut-être quelques achigans et ouitouches, rien de bien gros donc pas de photo. Il commence à avoir du grondement de tonnerre au loin. Je pêche avec un mouche assez générique style grosse nymphe/terrestre. J'attrape une petite ouitouche en tête de pool longé d'un rapide et la remet à l'eau. Pas 5 secondes après, l'eau explose à un ou deux mètre de moi. Quelquechose de plus gros tente de gober la petite ouitouche vulnérable que je viens de gracier. Cette dernière saute pour éviter de se faire manger et elle est talonnée de gros bouillons. Cela dure au moins 15-20 secondes en se dirigeant vers la rive opposée de l'autre côté du pool. Je lance ma mouche dans les bouillons sans trop d'espoir, sachant que le prédateur est certainement fixé sur sa proie. La poursuite se termine enfin, je ne sais pas qui a eu le dessus. L'orage commence à menacer et je sors de l'eau par précaution. J'ai espoir que ça passe à côté de moi par contre. Ce fut le cas et 30 minutes plus tard, après une collation, il commence à faire plus clair, il n'y a plus de tonnerre ni près ni loin et je suis de retour dans l'eau. J'ai aussi pris le temps de changer ma mouche (nymphe/terrestre) pour un streamer blanc #2. Je retourne au même pool. Peut-être 5-6 lancers plus tard, j'ai un bel achigan au bout de la ligne. Si c'est le même affamé qui pourchassa la ouitouche auparavent, je ne peux le savoir avec certitude, mais ça se pourrait bien. Je ne fit pas d'autre prise notables ce soir-là, du moins j'ai-je pas d'autres photos à présenter, mais attrapai surement quelques petits achigans et ouitouches sur le même streamer blanc. Sortie en soirée sur la rivière St-François - no.2 Même endroit que ci-haut. Je pêche une mouche de ma création, bead-head avec collerette orange fluo, laquelle je présenterai dans le forum de montage de mouche. Première prise digne d'une photo, une assez grosse ouitouche. Elles donnent tout de même un combat décent à cette taille. Moins de coups et de saut que l'achigan et moins fort pour la même longueur, mais dans un bon courant, elles tirent pas mal! Je ne fais pas de prises spectaculaires pendant un bout. J'arrive à un rapide profond, lequel est brisé en deux par une grosse pierre en milieu de la rivière. J'y avais attrapé un bel achigan 3-4 semaines avant, genre où l'eau explose au moment où la mouche y tombe, tout juste derrière la pierre. Après 5-6 tels lancers, je commence à lancer dans l'aval du gros remous. Le fort courant garde ma mouche près de la surface. L'attaque qui suivie fut vraiment cool: un bel achigan fonça sur ma mouche, pas tellement d'en dessous, mais de côté, je sens ma soie raidir et immédiatement, l'achigan dans son momentum d'attaque, fait un long saut de 3-4 pied tel un dauphin. Il trace ensuite un grand arc en remontant le courant et plonge, cherchant le fond de la rivière, peut-être 5-6 pieds à cet endroit. De loin, je gardai ma canne haute pour l'empêcher d'aller sous des roches ou autres obstacles que je ne pouvais voir si creux. Il me donna du fil à retordre et je ne voulais pas trop tirer avec mon tippet de "seulement" 5lb dans ce fort courant. Après 1-2 minutes, il remonta et je pu le manoeuvrer vers des eaux plus calmes. Loin d'un monstre, mais il me donna un des meilleurs combats de ma saison. Après 10-15 secondes de répit dans ma paume, il repart avec énergie. Je continue de lancer plus bas dans le même remous où le courant ralenti et un profond pool commence. À peine 5-10 minutes plus tard, j'ai une touche solide, plus en profondeur cette fois. L'achigan remonte et fait de beaux sauts, plus typiques. Celui-ci cherche aussi le fond et le reste du combat se passe pas mal comme le dernier. Pas d'autre prises en photo pour cette sortie, mais j'ai attrapé encore autre petits achigans et ouitouches. L'action ralenti pas mal vers 20h d'habitude de tout façon. Sortie en après-midi sur la rivière Magog Je n'avais qu'environ 3h pour pêcher et ne pouvais donc aller très loin. La Magog entre la 410 et le barrage en amont est ma solution par défaut dans de tels cas. J'opte pour la pêche à la noyée comme la plupart du temps, et attache une soft-hackle brune #12 ou #14 au bout de mon bas de ligne extra-long avec tippet 3lb. Plus souvent qu'autre chose, je pratique la remise à l'eau pour la truite de la Magog, mais y vais cette fois avec l'intention d'en conserver. J'amène donc mon sac à dos avec sac glacière mou et ice-pack. J'avais pas mal la rivière pour moi seul, ce qui est rare, et pu la descendre à mon gré. Parmis plusieurs prises de perches blanches particulièrement nombreuses cette année, je réussi à attraper et conserver 5 truites brunes, attrapées dans les rapides pour la plupart. Je pense bien en avoir échappé 3 ou 4 aussi. Sortie double: matin sur la rivière au Saumon et après-midi sur la rivière St-François Nous sommes chanceux en Estrie, nous n'avons pas une, ni deux, mais trois rivières au Saumon! Je vous laisse deviner laquelle est en question dans ce sujet. Ceci est ma deuxième fois sur cette rivière autrement prometteuse et mon deuxième blanchissement. Pas un blanchissement complet grâce à 2-3 micro-ouitouches, mais c'est pas pour elles que je me suis déplacé. Je crois avoir vu ce qui me sembla être une truite brune de 8"-9" venir inspecter ma mouche sèche parachute et aussitôt virer de bord, mais difficile d'être 100% certain. J'ai pêché de 7h30 à environ 10h, où je décidai de ne pas m'acharner et de me diriger vers mon endroit de prédilection pour achigan sur la St-François afin de sauver ma journée, ce était à l'horaire de toute façon, je partit simplement plus tôt que prévu. Arrivé à la St-François, je suis dans l'eau vers 11h. Je décide de pêcher la toute fin de mon parcours habituel jusque vers midi et ensuite de remonter, manger mon lunch et faire le dit parcours au complet. Il fait beau soleil et je vois bien le fond de la rivière; je suis donc un peu plus game de m'avancer plus loin et creux pour lancer dans le courant moyen mais profond de l'autre côté de la rivière. Première touche, je ferre et sens que c'est un beau poisson. Il prend le courant et tire pas mal fort, je décide de le combattre sur le frein du moulinet afin d'éviter de gaffer avec ma soie. Il ne donne pas beaucoup de coups de tête, je doute que ce soit un achigan. Après peut-être deux minute, je constate que c'est une ouitouche, une belle grosse! C'est la première fois qu'une ouitouche me force à la combattre sur le moulinet. À débit élevé ou eau moins claire, j'y vais avec un tippet 8lb, mais j'utilisais encore du 5lb cette fois, étant donné les conditions d'eau basse. C'est pas compliqué, à l'intérieur de 30m, j'en attrape deux autres de forte taille. Je prends donc une pause pour manger mon lunch et décide de remonter plus haut que mon départ habituel sur la rivière. J'ai toujours vu au loin (et sur images satellite) que ça avait l'air beau, mais mon parcours habituel suffit normalement pour une sortie d'environ 4h. J'ai un peu plus de temps aujourd'hui par contre. Arrivé, je constate que c'est en effet prometteur, de beau rapides, pools et gros run prodonds. J'ai eu du plaisir à attraper plusieur petits achigans, mais aucun ne fut vraiment digne de photo. Ce fut aussi la première fois que des ouitouches aient constituées mes meilleures prises de la journée! Mon respect pour cette espèce vient de monter d'un cran. Sortie matinale sur la rivière St-François Levé à 6h, j'avale un bol de céréales, mon café et je suis dans l'eau vers 7h30. Je décide de partir en amont de mon départ habituel, tel qu'exploré et mentionné ci-haut. Bonne décision, j'y fait mes deux plus belle prises de la journée, en eau profonde, de solides touches et combats vaillants. En descendant vers mon spot habituel constitué de rapides, ça tombe mort. Je me dis que les poisson ne doivent pas se tenir là encore et remonte pour refaire la section plus calme et profonde que je viens de finir. J'attrape quelques petits achigans. Quand j'arrive dans les rapides de nouveau, ça mord cette fois. Ouitouches et achigans au rendez-vous, mais rien de bien gros. J'avais un achigan en photo, un peu plus petit que les deux ci-haut, mais elle est pas mal hors-focus, donc je ne la metterai pas. J'ai aussi attrapé une assez grosse ouitouche, mais je l'ai pas prise en photo. Voici qui fait pas mal le tour de mes sorties des deux dernières semaines. Je repasserai lorsque j'aurai d'autre photos, histoires et comptes-rendus!
  5. J'ai une Muddler #6 sur laquelle il ne reste que la tête et collerette en poils de chevreuil. J'ai attrapé d'innombrables achigans dans la Magog, bien après que la queue, le corps et les ailes soient disparus. À vrai dire, je ne suis pas certain comment la tête a tenu le coup et tient encore. Je pense que j'ai encore la mouche dans une boîte, bien que je ne l'utilise plus, je me sens mal de la jeter!
  6. Il y a quelques étés de ça, j'ai découvert une section de la rivière St-François en Estrie que j'adore pêcher en waders à la mouche. À Sherbrooke même, elle est plutôt lente, creuse et vaseuse, pas trop mon style. Mais pas trop loin en dehors, elle est généralement plus belle. Mon secteur en particulier possède un lit de roche et gravier et de beaux enchainements de rapides et mouilles (riffles et pools) avec beaucoup de structure. De plus, l'eau semble généralement bien oxygénée et assez propre, si je peux en juger par la grande quantité de larves de plécoptères présentes. Le tout en fait un habitat idéal pour l'achigan à petite bouche. J'y attrape aussi pas mal de ouitouche, laquelle peut m'être gênante dans d'autre situations de pêche, mais celles-ci sont d'assez bonne taille et assez combatives, les spécimens de 12" n'étant pas rares. À bien y penser, ce sont les deux seules espèces que j'ai attrapées à cet endroit. J'ai tout de même un espoir de pêcheur qu'un de ces jours, j'y attraperai une belle truite brune ou AEC. L'accès à ce secteur est très facile et évident, mais la pression de pêche ne semble pas très élevée; je suis souvent le seul à pêcher mon tronçon préféré, ne rencontrant d'autres pêcheurs qu'à la toute fin de mon parcours, lesquels s'attaquent au plus gros pools plus évidents. L'accès à la rivière même est aussi facile, et ce, même à débit plus élevé, de par la douce pente du lit. La "naviguation" en waders est assez facile, quoique ça devient habituellement plus glissant en milieu et fin d'été. Je peux traverser la rivière d'une rive à l'autre par endroits, n'ayant pas plus d'eau qu'aux cuisses ou fesses, tandis que les gros pools sont surement d'une profondeur de 8 pieds ou plus et les eaux les plus vives m'arracherait vite les pieds du fond assez rapidement. Et bien que j'aime pêcher en petite et moyenne rivière, j'aime bien la liberté offerte par une rivière de plus haut calibre, telle la St-François. Par liberté, j'entend l'option de marcher et pêcher soit vers amont ou aval sans souci et l'embarras du choix des caches à poisson et endroits prometteurs ou lancer sa ligne. Pour finir, les rives sont naturelles et non-habitées, rendant facile de s'imaginer être 150 ans en arrière et que c'est le saumon que l'on taquine. OK - on peut passer à la sortie même, je me suis un peu emballé par ma description... Je préfère habituellement pêcher cet endroit le matin et l'avant-midi, mais décidai d'y aller, ce samedi, en fin d'après-midi et soirée. J'ai les pieds à l'eau vers 16h, après 10 minutes de marche. Je préfère pêcher en descendant la rivière ici. J'ai habituellement du succès aves des streamers blancs #2 ou #4, ou des hybrides de noyée/nymphes rapellant les plécoptère très présents en ce secteur, sur hameçon #4 à #8. D'après un conseil reçu dans une discussion récente dans la section "Montage de mouches", j'y vais plutôt pour une grosse noyée style soft-hackle avec un gros corps fuselé qui a un air de guêpe, hameçon mouche sèche #4. En entrant dans l'eau, il y a un lit d'eau calme et peu profonde que j'ai l'habitude de "skipper" pour aller plus dans le courant, mais j'y lance ma ligne et au deuxième lancer y sort une petite ouitouche, suivie d'un petit achigan et d'un autre un peu plus gros. Voici ce dernier: Je passe donc au chenal principal. Le niveau d'eau est assez bas, commes pour toutes le rivière Estriennes cette année, je peux donc m'avancer afin de couvrir pas mal toute l'eau. Je pêche ma noyée de façon assez classique, à 30-45 degrés en aval et laisse dériver et "swinger" à la fin, en ajoutant de petits "strips" en toute fin. Ça prend peut-être 5-10 minutes avant d'avoir une touche, où ce petit achigan se laisse déjouer: Il y a à cet endroit un long chenal bordé de courants moyens, brisé de grosses roches par endroits. En descendant le cours, j'y attrapte quelques ouitouches et achigans, rien de bien gros. Un peu avant d'arriver à un gros rocher entouré d'eau profonde en fin de rapide, j'y fait ma plus belle prise de la journée: Pas un monstre, mais je savais que ce n'était pas de la petite bière dès le ferrage. À débit plus élevé, j'utilise un bas de ligne 8lb à cet endroit, mais j'opte pour du 5lb en eau basse, comme ce samedi - et surement pas mal tout l'été comme c'est parti. Comme le courant est fort, je combat cet achigan sur le moulinet avec le frein pas trop serré en utilisant la paume de ma main par moment, le temps de marcher et manoeuvrer vers une eau plus calme et ramener le poisson à mes pieds. Quelques acrobaties aériennes plus tard, je prend la photo ci-dessus et laisse ce dernier repartir sans signe de fatigue. Autour du gros rocher mentionné plus tôt, j'y attrape habituellement plusieurs petits et moyens achigans. Seulement deux petits y sont présents cette fois. J'arrive maintenant au eaux les plus vives, suivies du plus gros pool de mon parcours. Je change ma mouche pour un streamer blanc/noir/vert de ma création sur hameçon #2, comme je le fais souvent à cet endroit. De grosses pierres créent des remous, dans lesquels je peux lancer, mais c'est difficile d'y garder la mouche longtemps, les courants latéraux emportant la soie rapidement. J'y ai été frustré à quelques reprises cet été, de belles prises se décrochèrent; je cherche donc à me rattraper. Seulement qu'un petit achigan osa mon streamer. À la fin du gros pool, je change ma mouche de nouveau pour une autre de mes créations, quoiqu'inspirée de mouches classiques. On pourra la voir dans une photo plus bas. Quelques lancers et un petit achigan tente sa chance: Je suis maintenant presqu'à mi-parcours et j'ai faim, il est environ 18h15. Je prends une petite pause pour manger mon souper retourne à l'attaque. Une section composée de plusieurs pierres et remous m'attend sur 50 mètres. J'y fait plusieurs prises, achigans et ouitouches, rien de bien gros. En voici un avec ma mouche dans la bouche: La structure de la prochaine section ne me permet pas d'aller trop loin dans l'eau, mais je suis du côté plus prometteur. Un pool d'environ 4 pieds de profondeur se transforme graduellement en un rapide vif et peu profond et sur le bord de la rive, une grosse pierre est dans le milieu d'un gros remous qui a creusé le lit très profondément et abruptement autour de cette dernière. Même à eau basse je n'y ai jamais vu le fond. Il y a souvent accumulation d'écume à cet endroit. J'y attrape toujour un ou deux achigans, les plus gros y plongeant tout mon bas de ligne de 10 pieds, et ce, à seulement 2-3 pieds d'où je n'ai de l'eau qu'à la cheville! Fidèles au poste, j'en attrape deux. Les grands arbres de la rive sur-élevée me cachaient du soleil déclinant depuis un moment, mais une courbe dans la rivière m'y expose et je l'ai en pleine face, en plus du reflet sur l'eau en aval. Même avec me lunettes c'est aveuglant et bien qu'elle soient polarisées, j'ai peine à voir le fond de l'eau. En plus de quelques petits achigans et ouitouches, j'y prends ausssi une fouille; pas trop creux par chance, ni d'eau dans les waders, mais un bras bien mouillé jusqu'à l'épaule. Un petit regard aux alentours confirme que personne ne m'a vu et on peut garder ça entre nous... La fin du parcours approche et le soleil est de plus en plus bas, il est près de 19h30. Une section plutôt calme m'attend et j'y attrape un petit achigan bien tacheté. Ce denier se débat avec une telle fougue après le ferrage que je pensais avoir un poisson de bien plus grande taille jusqu'à ce qu'il fasse un saut et je ne pouvais qu'en rire. Je commence à voir un peu d'action en surface. Je n'ai pas beaucoup de sèches dans ma boîte cette journée, mais quand même deux grosses #4 que j'ai récement montées, style assez classique, mais avec une aile abaissée en foam gris. L'une a le corps jaune, l'autre rouge, je choisi la rouge sans raison particulière. Je la lance vers un gobage assez régulier et hop, un petit achigan est vite ramené et remis à l'eau. J'attrape ensuite peut-être encore deux ou trois petits achigans et ouitouches. Je suis maintenant à la fin du parcours. Il y a un gros pool à courant assez lent en milieu de rivière, avec un "îlot" central pierreux peu profond en aval, duquel je pêche, bordé un "run" profond et rapide, lequel contourne l'îlot pour se transformer en un gros rapide inaccessible. Je pêche donc souvent cette section en faisant le tour à quelques reprises sur 45-60 minutes avec quelques changement de mouches selon la situation et l'activité. Je décide d'essayer un Mickey Finn #2. J'ai quelques attaques visibles dans le pool mais rien ne connecte. Du côté du run rapide, une belle ouitouche, ma plus grosse de la journée, se laisse déjouer, bien qu'elle fut accrochée par le dessus du museau: Après un ou deux "tours" de cette sections, je change ma mouche pour un gros Muddler #2. J'ai quelques attaques et touches manquées, peut-être ai-je attrapé un petit achigan ou ouitouche, je ne suis plus trop certain. Il est passé 20h30 et ça tombe pas mal mort côté activité en surface et touches. Je continue pour un dernier tour, sans résultat. Je comprends le message et sorts donc de la rivière. Je mange une petite collation en contemplant la noirceur s'installer, avant de retourner vers l'auto et la maison. Après une douche rapide et un verre de whisky bien tranquille, je passai une bonne nuit de sommeil. Ce fut une sortie assez plaisante, bien que la moyenne de taille soit habituelle un peu plus élevée pour achigan et ouitouche. Mes plus grosses prises à cet endroit doivent être d'environ 15" et 14", respectivement.
  7. Gabriel Touchette: ma "guêpe" #4 fonctionna très bien lors d'une sortie à l'achigan sur la St-Françcois! Didier: Ouais, c'est pas mal cette recette que j'ai montée, sauf pour le corps en fil "bright orange" - mon fil à monter des "Usual". mini pro 165: J'ai monté mais pas encore essayé une version de ma "guêpe" avec laine rouge au lieu de jaune. Ma mouches habituelle contient un bon bout de chenille rouge aussi. De plus, j'aime bien faire des queues rouges sur mes Muddler à achigan. Petite anecdote assez appropriée ici: En mangeant mon déjeuner sur le patio ce matin, j'entend un son genre claquement subit dans les airs, mais caché par mon parasol, suivi d'une mini-pluie de petites plume duveteuses au dessus de mon potager. Je ne sais pas ce qui est arrivé et n'ai pas trouvé d'oiseau blessé ou mort, mais ces petites plumes sont parfaites pour des soft-hackles #12-14, d'une couleur crème pâle de laquelle j'ai très peu dans mon inventaire. Je me croise maintenant les doigts pour qu'un Coq de Sonnerat passe demain matin...
  8. Ce sujet date pas mal, mais je veux donner écho à l'utilisation de ligne tressée pour bas de ligne à brochet. C'est au moins applicable dans mon cas spécifique, la pêche au brochet maillé, petite espèce en moyenne, mon plus gros étant 20" dans le lac que je pêche. Presque tous me coupaient mon bas de ligne initial en Maxima Chameleon 15lb comme si c'était un cheveu. J'ai décidé d'essayer de la tresse 40lb, seulement un 6"-8" avant la mouche, ce qui m'a évité de perdre mes poppers faits maison. J'oublie ma recette exacte, mais ça doit être à peu près: 24" de 25lb (Maxima Chameleon) 18" de 20lb (Maxima Chameleon) 12" de 15lb (Maxima Chameleon) 6"-8" (tresse 40lb) Le tout sur une canne et soie 6wt lançait "assez bien" des poppers en liège sur Mustad "stinger" #2 ou 1/0. Bon, je ne fais pas tout de même pas des lancers de 75' avec présentation délicate, mais ce n'est pas nécéssairement le but dans ce type de pêche!
  9. En fin de semaine dernière, j'ai fait une très belle pêche dans la rivière Magog avec les soft-hackles brunes #10 ci-haut. 6 petites truites brunes et un achigan 11" qui furent graciés et possiblement 3 douzaines de perches blanches, lesquelles sont présentes en grande quantité cette année, ça en est même un peu inquiétant je dirais. 24 de celles-ci ont fini dans la farine et une poêle pleine de beurre. Je les attrapais lancé après lancé et il n'y avait aucun signe de ralentissement lorsque je décidai de changer de secteur pour cibler la truite et achigan. Voici donc ci-bas, tel que discuté, une grosse soft-hackle #4 style bumblebee, ou plus guêpe noire je dirais, de la façon que j'ai fait le corps. La deuxième n'est pas une soft-hackle, mais basée sur la McGinty classique, laquelle j'ai adaptée avec quelques trucs qui semblent bien attirer l'achigan, tels la queue rouge plus généreuse et l'aile en poil de queue d'écureuil gris extra-longue. C'est un excellent remplacement pour la plume noire à bout blanc typiquement utilisée. J'ai bien hâte d'aller les essayer!
  10. Pour les achigans de la St-François, j'ai pas mal de succès avec soit des streamers blancs ou des nymphes et adultes de plécoptère (stonefly) vu que je pêche surtout des sections à eau rapide et vive. C'est tout de même bon à savoir. Peut-être devrais-je m'en monter 2-3 sur hameçcon #6 ou #4. Merci du tuyau!
  11. J'adore la polyvalence du design en plus de la facilité et rapidité de montage. Celles-ci sont toutes montées sur un hameçon #8 pour sèche, bien que je les pêchent plus souvent en #12-14. Toutes celles des deux rangées du haut possèdent un simple corps en fil de montage, l'orangée ayant aussi un petit thorax en dubbing brun. Les hackles sont de source plus ou moins déterminée, probablement de la perdrix pour la plupart; j'ai un sac de plumes mixtes de diverses volailles que j'ai peine à épuiser, et ce, depuis plus de vingt ans. Pour en revenir à la polyvalence; de simples variations de couleur, garniture, grosseur, lestage et proportion permettent de passer d'une mouche assez générique à une meilleure imitation lorsque désirable, sans parler de la technique de pêche employée. Je les utilisent surtout lorsque je cible truites ou ombles en petites et moyennes rivières, mais l'achigan s'y laisse aussi prendre dans les cours d'eau qu'ils partagent avec les salmonidés. Lorsque je cible l'achigan même, j'ai tout de même tendance à y aller avec de plus grosses mouches, souvent noyées/nymphes/streamers ou hybrides de celles-ci, dans des tailles #2-4-6, mais je doute peu que le design soft-hackle de base, quoi qu'un peu grossit, fonctionnerait assez bien. Pour ce qui est des autres espèces communes, perchaude, crapet et perche blanche, elles semblent aussi toutes bien aimer la soft-hackle!
  12. Belle utilisation d'un matériel essentiellement gratuit. L'asclepiade est le fléau de mes plattes-bandes, dommage que je ne la laisse pas se rendre à ce stade là. Comment est la flotaison après utilisations répétées ou après avoir attrapé un poisson?
  13. Pour un moulinet à grosse canne, j'ai trouvé le Echo Ion 10/12 qui pourrait être pas mal pour un coût raisonable. Ma vielle Fenwick FF9010 n'est pas trop raide, ça devrait bien aller. Je ne crois pas que j'aurai le temps d'arranger et utiliser ça cette année par contre. Lorsque la température était trop moche cet été, j'ai bien dû regarder tous les vidéos de pêche à la mouche québécois; j'ai donc passé aux vidéos françaises, genre petites truites de rivière dans les montagnes, superbe! C'est plaisant de remarquer les différences, mais aussi les similarités.
  14. Merci pour l'info une fois de plus! C'est bien que la préservation soit prise autant au sérieux. Je ne vise pas souvent le brochet à la mouche, mais j'ai une vieille canne Fenwick #10 au besoin. Il manque un bon moulinet dessus par contre; elle est présentement munie d'un vieux "clicker" seulement. Cet ensemble fut mon kit de débutant il y a une 20e d'années. Oui, ça prend bien ça aussi pour lancer les immenses mouches touffues que le brochet aime tant. J'attrape tout de même de petits et moyens brochets lorsque je pêche l'achigan sur ma canne #6, mais ça m'étonnerais qu'un vrai gros attaque ma Muddler Minnow sur hameçon #4, ça ne vaut pas le déplacement! Je pêche aussi la truite, même la toute petite, sur ma #6, bien que je considère parfois me munir d'une #3-4 pour ce faire. C'est tout de même cool d'avoir une perspective de la pêche dans d'autres pays, merci de partager ici!
×
×
  • Créer...