Aller au contenu

Qcseb

Membre
  • Compteur de contenus

    241
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    5

Qcseb last won the day on July 30

Qcseb had the most liked content!

Réputation sur la communauté

582 Excellent

À propos de Qcseb

  • Rang
    Membre Pro Pêche QC

Profile Information

  • Sexe
    Homme
  • Région du Québec
    09 Côte-Nord
  • Ville
    Baie-Comeau
  • Intérêts

Visiteurs récents du profil

681 visualisations du profil
  1. Ma saison de pêche au saumon sur la rivière Godbout a débuté à la mi juillet. Un rapide coup de fil au bureau de la zec m’a permis de confirmer qu’il y avait bel et bien des saumons dans le secteur amont de la rivière. Sur la rivière Godbout les saumons commencent à entrer dans la rivière au début du mois de juin mais ils ne peuvent pas aller bien loin. En effet ils sont coincés dans le secteur cap nord, propriété de la famille Molson. On y retrouve une section de gros rapides et une chute que les saumons ne sont pas en mesure de franchir tant que le débit de la rivière n’a pas baissé. Les saumons arrivent donc habituellement dans le secteur amont en juillet. Malgré le fait que les pêcheurs voyaient des saumons dans les fosses il n’y avait pas encore eu de capture dans le secteur amont. Une grosse pluie survenue quelques jours auparavant a fait monter la rivière de 25 m3/s, son niveau idéal, à 75 m3/s. La plupart des fosses ne sont même pas pêchables à ce niveau. À mon arrivée j’ai été surpris d’apprendre que j’avais la rivière à moi tout seul, hormis un autre pêcheur. L’autre pêcheur était nul autre qu’André Paradis, l’animateur de l’émission Roi des rivières qui tournait pour la nouvelle saison! J’ai eu l’occasion de pêcher et jaser un peu avec lui c’est vraiment un passionné et un chic type. Malheureusement il n’avait pas eu d’action pendant 4 jours à cause du débit élevé de la rivière. J’étais donc en compétition avec André Paradis pour la capture du premier saumon de la saison dans le secteur amont… Pour la passe du soir je me suis installé à la fosse du 14 milles tandis qu’André a passé la soirée à la fosse Étienne. À mesure que le soleil baissait à l’horizon il y avait de plus en plus de saumon qui sautaient et roulaient dans la fosse. Aucun grisle en vue la fosse était pleine de grands saumons! Avec autant d’action en surface j’ai opté pour une sèche et l’action ne s’est pas fait attendre alors que les saumons levaient facilement au passage de ma mouche. J’ai fini par piquer un grand saumon autour de la bonne vieille roche du 14 milles! Le saumon donna un bon combat ponctué de quelques sauts mais il me réserva une surprise en fin de combat. Le ptit maudit profita du fait que j’essayais d’agripper mon leader pour le ‘’tailer’’ pour y aller d’un dernier effort et me pèter ma canne orvis Recon… C’est vraiment pas évident à ramener à la ligne à main avec une canne en morceaux!! J’ai fait un petit montage vidéo du combat désolé pour le gros mot lorsque ma canne casse…!! https://vimeo.com/360817643 Après avoir préparé ma canne de backup et m’être remis de mes émotions j’ai remarqué un autre saumon qui roulait exactement au même endroit où j’avais capturé le premier. Au bout de 30-40 minutes d’effort j’ai finalement réussit à convaincre le saumon de prendre ma mouche! Le saumon était légèrement plus petit que le premier mais il livra un combat d’enfer avec plusieurs sauts et des runs impressionnantes au cours desquels il descendait la fosse au complet! J’ai finalement réussit à l’agripper au terme d’un combat de 12 minutes! https://vimeo.com/349998139 Quelle soirée magique passée seul sur une fosse remplie de grands saumons! Malheureusement André Paradis n’a pas eu de succès ce soir là… Par contre il est revenu quelques semaines plus tard pour compléter son tournage et il a eu quelques captures donc on devrait avoir une bonne émission à se mettre sous la dent pendant l’hiver! La bonne soirée que je venais de connaître était de bonne augure pour ce qui m’attendait le lendemain. En effet pendant l’hiver j’avais été approché par une équipe de télévision française afin de participer au tournage d’un documentaire sur la pêche à la mouche sur la Côte-Nord. J’avais donc rendez-vous avec les français le lendemain matin. J’ai eu le plaisir de pêcher avec Herlé Hamon, un vrai professionnel de la pêche! Le gars pêche 300 jours par année, est propriétaire d’un lodge aux bahamas et il parcourt le monde pour pêcher dans les endroits les plus prestigieux. C’était de toute beauté de le voir dérouler au complet sa soie de 120 pieds pour essayer d’atteindre un saumon qui roulait dans le milieu de la fosse! Je ne savais même pas que c’était possible de lancer aussi loin à la mouche! J’ai appris par la suite qu’il avait été champion de lancer à la mouche à 6 reprises… Disons que j’ai eu un petit complexe d’infériorité cette journée-là! Pour faire une histoire courte nous avons rien pris malheureusement car nous avons frappé une grosse journée de canicule et pour les besoins du tournage on a commencé à pêcher à 9h00 le matin… En soirée les conditions s’annonçaient parfaite mais un gros orage nous a empêchés de pêcher. Pour ceux que ça intéresse le reportage s’appelle road trip sur la Côte-Nord et il sera diffusé au courant de l’automne sur la chaine Seasons. Les rivières visitées sont la Escoumins, Godbout, trinité et la Pentecôte. J’ai vu la version finale il y a 2 semaines et je peux vous dire que c’est très bon. Je pensais qu’on allait voir ma grosse face 2-3 fois dans le reportage mais non je parle presque non stop pendant 15 minutes!!! Le restant de la saison sur la Godbout n’a pas été très facile malgré des bonnes montaisons de saumon. Nous avons été confrontés à une abondance d’eau alors que les rivières du bas St-Laurent et de la Gaspésie étaient à sec. Même les autres rivières de la Côte-Nord étaient en dessous de leur niveau moyen. Disons que la situation était complètement opposée à l’été dernier alors que la rivière était extrêmement basse et chaude. Vers la mi août les prévisions météo prévoyaient de fortes précipitations. J’ai donc décidé de prendre mon vendredi de congé en me disant que la rivière allait être en train de monter et que les conditions de pêche seraient parfaites. En arrivant sur le bord de la fosse le jeudi soir j’ai constaté que le niveau était à la hausse. En effet le débit était passé de 22 m3/s à 30 m3/s. Quelques drops à la mouche noyée et j’avais un beau grilse au bout de la ligne! C’était de bonne augure pour le lendemain et ma longue fin de semaine de 3 jours à pêcher la rivière. Le lendemain matin au réveil quel ne fut pas ma surprise de constater que la fosse était devenue un lac tellement le débit de la rivière avait augmenté pendant la nuit. Je pouvais voir la rivière monté sous mes yeux en pêchant et plus le temps passait plus la rivière était encombrée de débris. Vers midi il y avait des troncs d’arbre et des épinettes entières qui dévalaient la rivière alors j’ai capitulé… à 120 m3/s il n’y avait pas grand-chose à faire. La rivière est finalement montée à 185 m3/s et ça prit un bon 2 semaines avant qu’elle redescende à un niveau acceptable. À la fin du mois d’août la rivière avait finalement redescendu à un bon niveau et j’ai eu une journée de fou au cours de laquelle les grilses étaient en feu! J’ai eu la chance d’avoir 3 grilses au bout de la ligne! Le premier s’est décroché et les 2 autres furent remis à l’eau après une photo rapide! Pour finir la saison en beauté j’ai pris une semaine de congé afin de camper sur le bord de la rivière avec mes partenaires de pêche habituel. Encore une fois le débit de la rivière était élevé et la pêche n’a pas été facile. J’ai capturé un grilse tandis que Flyal a capturé un grand saumon et échappé un grilse. La saison de pêche 2019 a été très difficile selon les dires de plusieurs habitués de la rivière. Malgré des bonnes montaisons il ne semblait pas y avoir beaucoup de saumon dans les fosses. Il semblerait que le débit élevé de la rivière tout au long de l’été a favorisé la montaison des saumons vers les secteurs les plus amonts de la rivière. La rivière Godbout coule sur des dizaines de kilomètres, se sépare en deux branches et traverse de nombreuses chaines de lacs. Une fois que les saumons ont franchis la chute du 14 miles ils deviennent très difficiles à trouver étant donné qu’ils ont accès à un territoire immense pour se cacher. Fidèle à mon habitude j’ai consacré quelques journées de pêche à explorer de nouveaux tronçons de la rivière situés au-delà de la chute du 18 miles, là où peu de pêcheurs se rendent. En prévision de la saison prochaine j’ai l’intention de m’acheter un canot afin d’augmenter ma capacité à explorer des nouveaux spots. La saison de pêche 2019 a comporté son lot de défi mais en général j’en suis bien satisfait. En prévision de la prochaine saison de pêche j’ai des projets d’exploration sur la Godbout et j’ai également l’intention de finalement aller pêcher le saumon de l’autre côté du fleuve, ce qui sera une première pour moi. Nous prévoyons aller passer 1 semaine à pêcher les 3 rivières de Gaspé en début de saison en espérant être chanceux lors du tirage au sort du 1er novembre! Merci de m’avoir lu!
  2. Très beau récit Gaétan tu as une belle plume!
  3. Elle n'a pas l'air facile à pêcher la chaudière...t'aurais dû te faire accompagner par Muskyrc!!!
  4. Qcseb

    La douce folie

    Au niveau de la technique c'est différent je n'utilise pas les mêmes mouches ni la même façon de pêcher. Souvent certaines fosses sur une même rivière sont plus propices à la truite de mer tandis que d'autres sont mieux pour le saumon. Souvent on retrouve les 2 espèces daans la même fosse sauf qu'ils se tiennent à des endroits différents. Les saumons sont souvent installés là où le courant est plus rapide, comme à la tête de la fosse et à la queue tandis que la truite de mer se retrouve dans les eaux plus calmes.
  5. Le 23 juin j’ai pris la 138 en direction sud-ouest afin de rallier la rivière Sainte-Marguerite au Saguenay où j’ai rejoint mes 2 partenaires de pêche habituels Alex (Flyal) et Francis. Notre voyage de pêche annuel au saumon Atlantique est devenu une véritable tradition au fil des ans et cette année nous avons allongé de quelques jours la durée de notre périple. Le plan était donc de pêcher la rivière Sainte-Marguerite pendant 3 jours et ensuite se déplacer aux Escoumins pour pêcher la rivière du même nom pendant une semaine. Compte tenu du fait que c’était la première fois qu’on pêchait le saumon sur la rivière Sainte-Marguerite nous avons modéré nos attente. Le but du séjour était d’explorer et découvrir le secteur 4 de la rivière. Les saumons ont commencés à arriver dans ce secteur dans les jours précédant notre arrivé alors ils n’étaient pas très nombreux et certaines fosses étaient vides. La rivière comme telle est très belle et c’était la première fois que je pêchais le saumon dans une rivière dont l’eau est aussi claire. À part un grand saumon qui a levé 2 fois sur nos mouches nous n’avons pas eu beaucoup d’action pendant notre séjour sur la Sainte-Marguerite. Au terme du séjour nous avons décidé que nous n’allions pas revenir pêcher cette rivière dans le futur. Comme je l’ai dit précédemment la rivière comme telle est très belle mais nous n’avons pas apprécié le fait qu’elle soit longée par une route majeure. Le son constant des voitures, motos et semi remorque a été une nuisance pendant notre séjour pour nous qui sommes habitués de pêcher dans des environnements plus sauvage où le calme règne. C’est donc avec beaucoup d’appréhension que nous avons quitté la Ste-Margueritele 26 juin pour se rendre aux Escoumins là où nous avons profité du restant de la journée pour monter notre campement. C’est sur la rivière des Escoumins que nous avons débuté la pêche au saumon il y a 6 ans. Nous y retournons à chaque année alors on commence à avoir une bonne connaissance de la rivière, surtout pour le secteur 1B. En fonction du résultat du tirage au sort d’automne nous n’avions pas de journée de pêche de prévue dans le secteur 1A au cours de ce périple. C’est dommage car le secteur 1A était en feu ces derniers jours et les saumons sont plus faciles à prendre dans ce secteur car ils viennent d’arriver de la mer et ils voient passer des mouches pour la première fois de leur vie. À notre arrivée aux Escoumins nous avons parlé avec quelques pêcheurs de la place et nous avons appris que les conditions n’étaient pas très bonnes pour la pêche dans le secteur 1B. En effet les saumons commençaient seulement à arriver dans ce secteur donc ils n’étaient pas très nombreux et il la première capture se faisait encore attendre. De plus un très gros orage a fait monter le niveau de la rivière à un point tel que les possibilités de pêche dans le 1B étaient très restreintes. La bonne nouvelle dans tout ça c’est que les conditions ne pouvaient que s’améliorer à mesure que le débit de la rivière baisse et que de plus en plus de saumons arrivent dans le secteur. Lors de notre première journée de pêche nous avons remarqué que tous les saumons présents dans le secteur semblaient être concentrés au pied de la chute et dans la première fosse en aval. À la fin de la journée Alex a ferré un beau saumon d’une 12e de lbs en pêchant à la noyée. Le saumon était puissant et il a bardassé dans la fosse pendant environ 1 minute avant d’enrouler le leader autour d’une roche et de procéder à un spectaculaire saut hors de l’eau qui eu pour effet de casser le leader. C’est dommage d’avoir perdu ce saumon mais ça fait partie de la game et au moins la confiance était à la hausse! Les samedi et dimanche la ZEC met en disponibilité 2 perches pour pêcher dans le secteur 1A via le tirage au sort 48h. Tant qu’à être dans le coin nous avons décidé de tenter notre chance et comme de fait Alex a été tiré! J’avais très envie d’y pêcher avec Alex mais après réflexion j’ai annoncé à Francis que je lui cédais ma place. Francis en était à sa 6e saison de pêche au saumon et après plus de 40 jours de pêche il n’avait jamais eu un saumon au bout de la ligne pendant plus de 3-4 secondes. Il était plus que dû pour capturer son premier saumon!! Cette journée-là je pêchais donc par moi-même dans le secteur 1B tandis que mes partenaires pêchaient dans le 1A. Assez tôt dans la journée vers 6h du matin j’ai senti une violente secousse sur ma soie alors qu’un grand saumon a attaqué ma mouche noyée. Le saumon s’est débattu pendant un moment avant de traverser la fosse au complet pour aller sauter hors de l’eau près de la queue de la fosse. C’était un beau 15 lbs! Dès qu’il retomba à l’eau le saumon donna 2 ou 3 coups de tête et la soie étirée de 70 pieds me séparant du saumon retomba mollement à la surface de la rivière… Un sentiment de grand vide m’envahit soudainement dès que je réalisé que le saumon venait de se décrocher. J’aurais bien apprécié de le capturer mais des fois le saumon mérite de gagner et j’ai aucun problème avec ça. À la fin de la journée j’étais impatient de savoir comment la journée de Francis et Alex dans le 1A s’était déroulée. Autour d’une bonne bière ils m’ont fait le récit de leur incroyable journée de pêche, une de meilleur journée dans le 1A depuis le début de la saison! Alex a capturé un très beau saumon le matin et il en a perdu un autre plus tard dans la journée! Francis de son côté a eu encore plus d’action qu’Alex. Il a ferré mais perdu 2 grands saumon au cours de la matiné et en fin de journée il a finalement capturé son premier saumon à vie!! Ça c’est un sourire débordant de satisfaction!! L’excitation était à son comble ce soir là et nous nous sommes permis un verre de bourbon supplémentaire avant d’aller retrouver nos sleeping bag! Pendant les journées suivantes les conditions de pêche se sont améliorées dans le secteur 1B et on y voyait de plus en plus de saumon même si nous n’en avons pas capturé. Les voyages de pêche au saumon de cette durée son très dur sur le corps. On se lève à 3h45 du matin afin de pêcher de 4h30 à 13h00. On se repose un peu et on recommence à pêche de 16h00 à 21h30. Ensuite le temps de retourner au campement et de manger un peu on fini par se coucher vers 23h00 pour se lever quelques heures plus tard à 3h45 et recommencer le tout. En tout ça donne environ 14h00 de pêche par jour donc vers la fin du voyage j’étais exténué et je commençais à avoir mal partout. En effectuant un lancer j’ai ressenti une vive douleur dans mon poignet droit. La douleur se répétait à chaque lancé alors j’ai réalisé que je devais ralentir la cadence. Ce n’était pas le temps de me faire une tendinite ou autre blessure qui pourrait hypothéquer le restant de ma saison de pêche. Au moins on avait des journées de repos de prévu aux 3-4 jours alors on en profitait pour récupérer. À mesure que les journées passent et avec le manque de sommeil on fini par tomber dans une sorte de trans qui fait qu’on pêche un peu sur le pilote automatique. Faire un lancer ou deux, laisser la mouche swinger au travers de la fosse et ensuite faire un pas vers l’aval. Répéter le tout pendant 14 heures par jours. Voici à quoi ça ressemble de pêcher un poisson qui ne se nourrit pas. C’est presque de la folie mais une bonne folie! Lorsqu’on a finalement un de ces majestueux poissons au bout de la ligne on oubli rapidement les 3-4 jours de pêche sans une touche, tous les efforts déloyés pour finalement en arriver à ce moment précis. Un matin je pêchais dans le 1B avec Alex alors que Francis avait une journée de congé. Le niveau de la rivière avait baissé suffisamment afin que nous puissions faire un peu de pêche à la sèche. Comme d’habitude la session de pêche a commencée tranquillement et les saumons ont commencés à s’activer vers 8h00. Pendant qu’Alex pêchait j’ai remarqué un saumon qui a marsouiné à proximité. J’ai montré l’emplacement à Alex et après quelques lancés le saumon a monté sur son bomber sans le prendre malheureusement. Rendu à mon tour j’ai lancé mon bomber au même endroit et lorsque j’ai réussit à placer la mouche exactement au bon endroit j’ai vu un grilse monter jusqu’à ma mouche mais sans y toucher. J’ai attendu 2-3 minutes, j’ai parti ma caméra gopro and j’ai relancé au même endroit. J’ai vu une grosse tête monter vers la mouche qui s’engouffra dans la gueule ouverte du saumon tandis que celui-ci replongeait vers le fond de la fosse. En ferrant j’ai tout de suite senti le poids de la bête. Le saumon sauta quelques fois et une longue bataille de 19 minutes s’en suivit au terme de laquelle Alex puisa la bête! J’étais très content d’avoir capturé ce magnifique saumon atlantique mâle d’environ 15 lbs! J’ai preparé un petit montage video du combat avec mon saumon! https://vimeo.com/348070343 Environ 1 heure après la capture de mon saumon c’était au tour d’Alex de capturer un beau saumon à la sèche! Son saumon était très frais et puissant et il nous a fait descendre sur une distance de 500 pieds avant de pouvoir le passer à l’épuisette! Sur le moment on était pas capable de déterminer lequel des deux saumons était le plus gros. Bien entendu je dis que le mien est plus gros et Alex maintient que le sien est plus gros...vous savez comment c’est! À la suite de ces deux captures nous avons continué à avoir de l’action sans arrêt de 9h00 à 13h00. Plusieurs saumons ont montés sur nos bomber mais malheureuseemnt aucun n’a pris la mouche. Quelle belle matinée de pêche! Vers la fin du séjour Alex et Francis ont dû quitter et je suis resté pour faire 3 journées de pêche de plus. Il y a eu une canicule et la pêche est tombée très tranquille pendant cette période et je n’ai pas eu l’occasion de me connecter avec d’autres saumons. J’ai eu le plaisir de croiser l’équide de Kalamouche qui faisait un tournage de 3 jours sur la rivière des Escoumins. Avec un peu de chance il se pourrait qu’on me voit à l’écran cet hiver à RDS car ils ont tourné un petit passage avec moi! Comme à chaque année nous avons adoré notre séjour de pêche et nous sommes très satisfait du résultat de notre pêche. Le premier saumon capturé par Francis aurait été suffisant en soi! Nous allons certainement répéter l’expérience l’été prochain pour la 7e édition de notre voyage de pêche au saumon aux Escoumins!
  6. Merci du partage tes photos sont super belles et ça donne faim!! Il n'y a rien de tel qu'un voyage de pêche entre amis!
  7. Qcseb

    À la Manic!!

    Je conseillerais de pêcher la ouananiche de la même façon que la grise, à la traîne entre 0 et 30 pieds de profondeur mais en augmentant un peu la vitesse de traîne à 3-4 km/h. Les deux espèces ont la même source de nourriture, l'éperlan, alors on les retrouve aux mêmes endroits. L'eau du réservoir demeure froide toute l'été donc il y a toujours moyen de prendre du poisson relativement en surface. Ça serait ça mon approche mais je ne l'ai jamais pêché à ce temps-là donc je suis peut-être dans le champ aussi...!!
  8. Qcseb

    À la Manic!!

    J'ai jamais pêché à manic-5 au mois d'août mais j'ai entendu dire qu'il y a un 2-3 semaines où la pêche est un peu plus difficile à la fin juillet-début août.
  9. Qcseb

    À la Manic!!

    Au fait pourquoi te transformes tu en werreux au juste? Ça me fait réaliser que j'ai pas mal moins l'occasion de te lire depuis un certain temps.
  10. Qcseb

    À la Manic!!

    Merci pour les bons mots Holiday et content que tu aies apprécié le récit! Salut Bombeur, Ne le prend pas mal je n'ai rien contre toi mais j'ai pris l'habitude de garder mes spots de pêche et camping pour moi. Je fréquente les forums de pêche depuis 2009 et au fil des ans je me suis brûlé plusieurs fois à aider des membres avec peu de message au compteur. Dès qu'ils obtenaient les informations qu'ils voulaient c'était silence radio, même pas la décence d'écrire un simple merci... Encore moins d'avoir un retour de leur part sur comment leur séjour s'est déroulé. Ainsi depuis quelques années je suis plus disposé à aider les membres qui participent activement aux forums de discussion...C'est plate mais c'est comme ça.
  11. * descente de bateaux innacessibles et hors de prix, on ne voit pas ca nul part ailleurs sur la planete ?????? Il n'y a pas qu'au Québec qu'il y a des problèmes d'accessibilité aux plans d'eau. En France et en Angleterre les lacs et rivières sont pour la plupart situés sur des grands domaines privées et les pêcheurs doivent débourser plus de 100 euros pour pouvoir y pêcher une journée. Je ne connais pas la réglementation et les enjeux relatifs à l'accessibilité des plans d'eau pour les 191 autres pays de la planète mais je suis pas mal certain qu'il y a un méchant paquet de place où c'est difficile ou très dispendieux d'y pêcher. En ce qui concerne les règlements bizarres comme les filets en porte-feuille, il y en a dans toutes les juridictions. Tu vantes souvent les ontariens ou les américains que penserais-tu d'avoir un réglement similaire à celui du Maine qui interdit la chasse les dimanche? L'herbe n'est pas toujours plus verte du côté du voisin.
  12. Wow c'est vraiment intéressant comme truc! Un gros merci à toi Hameçon pour le partage!
  13. Qcseb

    À la Manic!!

    Merci! Et tu sais quoi?...les descentes sont gratuites!!!
  14. J’ai débuté ma saison de pêche 2019 avec ma traditionnelle escapade dans le secteur du réservoir Manic-5 afin de traquer les ouananiches dans les embouchures de rivière. Avec le printemps tardif que nous avons eu j’ai été obligé de décaler mon voyage en juin afin d’attendre que le réservoir finisse par caller. Le grand jour arriva enfin et je pris d’assaut l’effroyable route 389 pour un trajet de 4h direction franc nord! Le trajet se déroula rondement et j’ai eu la chance d’apercevoir un magnifique lynx du Canada ainsi qu’un bel ours noir. À mon arrivé sur place j’ai pu constater que les sommets des monts Groulx étaient encore plein de neige, signe que l’hiver n’est pas un souvenir si lointain… J’ai trouvé un nouvel emplacement afin d’établir mon camp de base, ce qui est un grand mot considérant que je dors dans mon véhicule! En plus d’une belle vue sur les couchés de soleil j’avais un castor et des outardes comme voisins et je pouvais observer les bouillons provoqués par les brochets se déplaçant dans les branchages tout en buvant mon café matinal. Et que dire des majestueuses sternes arctiques qui me rendaient visite de temps en temps. Oui un très bel emplacement! Avec les nombreuses fluctuations du réservoir Manic-5 mon voisin le castor à été obligé d’abandonner son palace… J’en ai profité pour aller inspecter l’ouvrage de plus près. C’est vraiment impressionnant de constater les nombreuses entrées permettant d’accéder à la cabane. Après une première nuit sans histoire je constatai la gelé au sol en ouvrant les yeux. Ça ne donnait pas trop envie de sortir de mon sleeping bag mais bon je n’avais certainement pas réglé mon cadran à 5h00 du matin pour rien! Je n’étais pas le seul à traquer les ouananiches et j’ai du composer avec la compétition d’autres pêcheurs arrivant de temps en temps à vive allure dans le spot à bord de leur gros bateaux tandis que de mon côté je devais traverser le dédale d’épinettes noires qu’est la forêt boréale pour accéder à l’embouchure de la rivière. Le spot n’avait pas changé et était semblable à mes souvenirs! Les ouananiches ont semblés bien apprécier les mouches que j’avais montées pour l’occasion pendant l‘hiver. Ce n’étais pas une pêche d’enfer mais les quelques ouananiches capturées ont donné de très bons combats et elles étaient de très belles tailles. J’ai même battu mon record personnel de 3,5 lbs avec une ouananiche de 24 pouces de long pesant 4 lbs! Elle m’a donné un très bon combat de 6 minutes malgré le fait qu’elle n’a pas sauté une seule fois hors de l’eau. J’ai échappé plusieurs ouananiches qui se sont décrochées pendant le combat mais bon…ça fait partie de la pêche! Les autres captures faisaient osciller la balance entre 3 et 4 lbs. J’ai également profité de l’occasion pour faire un peu d’exploration et essayer de nouveaux endroits. J’ai préparé un petit montage vidéo qui donne un aperçu des captures de quelques poissons. Vous pouvez le mettre en mode plein écran en cliquant sur le petit icône marqué vimeo dans le coin inférieur droit. Vous serez alors redirigé vers le site de vimeo où il sera possible d'agrandir la fenêtre en mode plein écran. https://vimeo.com/346964319 C’est toujours un plaisir de retourner à chaque printemps dans ce petit paradis. Ce n’est pas la quantité de poissons capturés qui importe au final mais bien le fait de pouvoir vivre au rythme de cette fabuleuse nature vierge et de l’immensité de la forêt boréale.
×
×
  • Créer...