Aller au contenu
  • billets
    2
  • commentaires
    4
  • vues
    2 384

Une canne de vers

puncho

898 vues

blog-0376430001381179671.gif

Une canne de vers

Dans le temps, disons dans les années 1980, quand on parlait d’une canne de vers il s’agissait d’une canne vide fait de métal qui avait auparavant servie comme contenant pour du tabac à cigarette que l’on remplissait de vers de terre avec la terre que l’on pouvait trouver le plus près lors de la cueillette de ses vers.

Des vers de terre qu’on avaient ramassés en faisant des trous dans un terrain avoisinant ou en fouillant sous des roches ou pièces de bois ; quelques gens plus ‘’high tech ‘’ avaient commencé à les ramasser le soir avec un lampe de poches après ou durant une pluie ou avoir arrosé le parterre ou le jardin.

Revenons temporairement à la canne (contenant), mes parents étant des fumeurs assidus achetaient du tabac en canne pour pouvoir rouler des cigarettes avec une machine de couleur rouge vin, je pense que la marque était swingmatic. Moi et ma soeur on se trouvaient à n'en rouler plusieurs par semaine de ces cigarettes. C'est canne dans ce temps là étaient en métal par la suite elle devinrent en plastique, à ce moment là une partie de l'histoire s'envola en fumée :) .

Bon ma canne de vers remplie, une idée me vint en tête en regardant la file de véhicule qui attendait le traversier car je demeurais sur le chemin menant au traversier Cumberland-Masson à cet époque il y avait que 2 traversiers pouvant transporter 7 ou 8 véhicules à la fois, le coût était de $3.00 je pense qu'il y a maintenat 4 traversiers qui peuvent prendre 15 autos chaque à $9.00 comme coût, pourquoi pas vendre des vers de terre.

Je découpe une pancarte dans un panneau de plafond en bois pressé et y peinture les mots '' worms for sale'' Cumberalnd est pas mal anglophone et tous savent que worms c'es t des vers du moins c'est ce que je pensais dans le temps. Le prix du début fût de $1.00 la douzaine et par la suite augmenta à $1.25 la douzaine il est rare que j'en avais encore à vendre le samedi après-midi. J'ai bien vendus quelques plombs et hameçons mais pas assez pour en faire une fortune :huh: .

La demande était tellement grande que les vendredis soirs d'une grande fin de semaine j'affichait une enseigne ''sold out'' rupture de stock, notre parterre et notre jardin ne suffisait pas à la production. Je me suis mis à explorer d'autres jardins et parterre voisin certains avec permission d'autres sans permission en n'abîmant pas les plants dans les jardins bien sûr. Comme mentionné avant malgré cela il fût rare que j'avais encore du stock les samedis après-midi, je dirais de mémoire que je vendais entre 10 à 15 douzaines par semaine.

J'espère que vous avez apprécié mon prochain sujet sera mes souvenirs de voyage pour travail dans le nord de l'Ontario en 1981.



2 Commentaires


Recommended Comments

Continue à écrire ici, j'aime bien les blogues de pêche en général et j'ai hâte de te lire, que ce soit des récits d'aventures, des trucs ou des pensées!

 

Bienvenue blogueur Puncho!

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×