Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'berkley'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Communauté Pêche QC
    • Présentez-vous !
    • Autour d'la tasse de café !
    • Le Pub Pêche QC
    • Les récits Pêche Québec
    • La tente des pêcheurs sous la glace
    • Le salon des experts
    • Le mur des trophées
    • Le salon des moucheurs
    • La pêche en canot/kayak
    • Le salon des capitaines
    • La rivière des saumoniers
    • L'accès aux plans d'eau publics du Québec
    • La chaise pliante des carpistes
    • Le salon des pêcheurs à gué
    • Le quai des pêcheurs en eau salée
    • Les chasseurs-pêcheurs du Québec
  • Les petites annonces
    • Petites annonces pour la pêche
    • Fabricant/Pro-staff/Guide local de pêche
    • OSBL pour la pêche au QC
    • Concours pour membre Pêche QC
  • Support Administratif
    • Problèmes techniques
    • Recommandations et Idées
  • Le Québec par région
    • Rencontrez des pêcheurs de vos régions et organisez vos sorties!
    • (01) Bas-Saint-Laurent
    • (02) Saguenay–Lac-Saint-Jean
    • (03) Capitale-Nationale
    • (04) Mauricie
    • (05) Estrie
    • (06) Montréal
    • (07) Outaouais
    • (08) Abitibi-Témiscamingue
    • (09) Côte-Nord
    • (10) Nord-du-Québec
    • (11) Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
    • (12) Chaudière-Appalaches
    • (13) Laval
    • (14) Lanaudière
    • (15) Laurentides
    • (16) Montérégie
    • (17) Centre-du-Québec
  • Les pêcheurs de brochet's Vos leurres préféré pour la pêche au brochet

Calendriers

  • Community Calendar

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


3 résultats trouvés

  1. [Review] Le PitBull 5.5 de Berkley

    Parmi les populaires poissons-nageurs, les "squarebills" occupent une place de choix. Les grands classiques que sont les StrikeKing et cie n'ont qu'à bien se tenir, Berkley entre en force avec ce modèle remarquable en tout point : le PitBull. Son seul défaut? Il n'est pas encore facilement accessible au Québec (Avril 2017). Notre note : 4,5 / 5. Photo no 1 : Le tout nouveau PitBull de Berkley La scène est classique : un pêcheur arrive sur un plan d'eau qu'il ne connaît pas. Il souhaite couvrir beaucoup d'espace en peu de temps afin d'identifier les lieux où se tiennent les poissons. Plusieurs techniques sont possibles. Quand je suis dans une baie peu profonde et que je lance de la grève, mon leurre préféré est de loin de type squarebill. Les caractéristiques de ce poisson-nageur Le squarebill tient son nom à sa bavette — ou lèvre inférieure — qui est de forme "carrée" ou quasi rectangulaire. La très grande majorité des poissons-nageurs en possède une qui soit ronde ou ovale (plus ou moins longue selon la profondeur que l'on veut atteindre). Or, la forme "carrée" du squarebill lui permet d'éviter les obstacles d'une façon fort différente et efficace devant beaucoup d'obstacles : le leurre bascule et protège, de ce fait, les hameçons. Même en zone difficile, il se fraye un chemin avec une relative aisance. Lorsque l'on cible un plan d'eau peu profond qui a des rochers saillants, des branches ou des herbes, ce type de leurre est tout indiqué. Personnellement, c'est celui que je préfère lorsque je pêche depuis la berge ou les deux pieds dans moins de 30 cm d'eau. Ce poisson-nageur se tient naturellement près de la surface (30 à 150 cm) et évite avec facilité la très grande majorité des obstacles. J'en ai très rarement perdus. Une recette éprouvée Les grands classiques de ce type de leurre sont fabriqués par StrikeKing, Arashi et LuckyCraft, et j'en possède plusieurs. J'apprécie tout particulièrement les derniers que je trouve durables et très efficaces. Bien sûr, je devais passer une commande aux "States" ou me fier sur les stocks irréguliers des magasins du Québec, mais globalement, je les garde plus de deux ans — à moins de malchance — et j'étais totalement satisfait. Ma technique est très simple, quand j'arrive sur un nouveau plan d'eau et que je lance depuis la grève, 90% du temps, je prends en tout premier lieu un squarebill pour explorer les lieux et attirer les poissons les plus actifs. En novembre dernier, un ami des États-Unis m'a appelé pour me parler d'un nouveau produit qui l'enchantait: le PitBull. Le modèle 5.5 est — comme son nom l'indique — un modèle un peu plus lourd qui vise plutôt les cinq pieds et demi. PêcheQc.ca en a obtenu deux copies en preview. Photo no 2 : Vue de face du modèle "perchaude" La première impression est emballante. La fabrication générale est extrêmement soignée. Les patterns de couleurs sont magnifiques sur les deux modèles et extrêmement réalistes. Le fini laqué est très résistant aux coups — on a essayé de le marquer par les méthodes classiques (ongles, clou, etc.). L'œil à trois dimensions est saisissant. Le tout respire la qualité et la solidité, mais la grande surprise se situe au niveau des trépieds. On est très loin des hameçons de mauvaise qualité auxquels Berkley nous avait habitués ces dernières années (j'ai arrêté d'acheter les "shads" de cette compagnie à cause de cela). Avec l'acquisition d'une compagnie respectée d'hameçons — dont je n'ai pas réussi à retrouver le nom —, voici que Berkley a lancé à l'automne 2016 une nouvelle gamme de crochets: les "Fusion 19". Les PitBulls sont dotés de ces trépieds chromés noirs d'une solidité que je n'ai jamais vu auparavant dans des modèles "de série". Seuls des trépieds achetés séparément (j'ai fait cela à une certaine époque : payer deux fois!) de marque Gamagatzu me paraissent à peu près équivalents en finition et en solidité. De plus, ils sont aiguisés à la perfection. À ce chapitre, le PitBull se démarque radicalement et ce, à un prix tout à fait comparable à la concurrence (7,99 à 8,99 $ CAN). Le bottom line Le nouveau PitBull de Berkley s'est rapidement hissé au sommet de mes leurres préférés. Déjà, le type squarebill figurait très haut sur ma liste— j'étais abonné aux grands classiques du genre. Cette fois, je l'avoue, j'ai été complètement conquis par le nouvel arrivé. En ouvrant cette gamme de produits, Berkley frappe un coup-de-circuit. J'aurais préféré tester le 3.5 — car c'est plutôt dans ce format que j'utilise un squarebill —, mais s'il ressemble à son grand frère, aucun doute qu'il prendra tranquillement la place des autres. Désormais, pour moi, un must et certainement l'un des premiers leurres que je lancerai en 2017 ! Notre note : 4,5/5.
  2. [Review] Le Nanofil de Berkley

    Le Nanofil de Berkley, lorsque l'on sait s'en servir correctement, pourrait être le "tout-terrain" idéal pour les 4 saisons du Québec. Exceptionnel en toute circonstance, mais un peu capricieux, il devient pour le pêcheur qui le maîtrise le fil capable d'affronter toutes les conditions de notre climat rigoureux. Pendant huit mois, j'ai testé le Nanofil en été, en automne et en hiver. Désormais, en tout temps, j'aurai deux moulinets avec ce fil, quelque soit la saison. D'abord, quelques mises-au-point. Ce fil "hors-norme" a parfois mauvaise presse dans les "reviews" que l'on retrouve abondamment sur les internets. On lui reproche d'être fragile ou de sectionner d'autres types de fil (des leaders en fluorocarbone, par exemple). On trouve son prix exorbitant (du même ordre que les fils tressés, soit 22-25 $CAN la bobine de 150 verges). C'est le genre de produit qui attire autant les éloges les plus enthousiastes et que les dénonciations les plus virulentes. Il ne laisse personne indifférent. Globalement, j'aime vérifier par moi-même. J'apprécie souvent les produits de Berkley et, lorsqu'ils font l'objet de longues recherches de leur part — ce qui est le cas du Nanofil —, j'ai tendance à tendre l'oreille. Je vous le dis franchement : il mérite pleinement qu'on lui porte attention. Un fil capricieux? Je dépanne souvent des gens avec leur ordinateur ou leur équipement ménager. Mon secret : je lis attentivement les manuels d'instructions. Parfois, avant même d'en avoir livraison. Quand l'appareil arrive chez-moi, ou avant que j'aille "dépanner", j'ai déjà une excellente idée de son fonctionnement général et j'ai une bonne idée de ce que je dois faire. Je ne fais rien d'exceptionnel; je ne suis pas un génie. Je suis patient et je prends le temps de lire. Or, le Nanofil est un produit qui n'a pas de semblables. Il ne ressemble à rien; il est difficile à comparer. Donc, d'abord, qu'est-ce que c'est? Nous sommes en présence d'un fil tressé, mais à un niveau microscopique. Ça donne un tout petit fil, très compact, qui — sur ce point — ressemble au fil tressé que vous connaissez peut-être. Mais au niveau de la texture, on dirait presque qu'il s'agit d'un fil "plastifié" ou "ciré"; ceci bien sûr s'explique par la finesse du tressage. La conséquence immédiate, la voici : ce fil est naturellement imperméable. L'eau ne le pénètre pas. Avantages Le Nanofil est très fin et très résistant. Puissant, même, tout en donnant l'impression qu'il est minuscule. J'ai testé un 10 lbs et un 15 lbs qui, au départ, donne l'impression qu'il ne résistera pas aux mauvais traitements. De plus, comme les fils tressés, il n'a aucun flexibilité. Je suis de ceux qui préfèrent un fil très précis et très sensible à un fil de nylon, par exemple, qui garde une certaine élasticité. Pour moi, c'est franchement un avantage. Comme les tressés, il "n'a pas de mémoire", c'est-à-dire que lorsqu'il se déploie, on ne voit pas la "bobine" dans le fil. Il se lance à merveille et parcourt des distances fabuleuses — ce que les anglophones appellent la "castability". Pour ceux qui veulent couvrir des distances, c'est le fil à essayer. Désavantages Voici ce qu'on lit dans les "reviews" désavantageuses, sur internet. Sa petitesse en fait un fil "coupant" pour les autres fils qu'on serait tenté de relier en "backing line" ou en leader. De plus, il est glissant : si on ne fait pas bien ses nœuds, il peut arriver qu'ils se défassent. Finalement, à un niveau microscopique, si on ne lubrifie pas correctement le fil au moment de faire un nœud, il pourrait se rompre s'il reçoit un coup. Or, ce sont des choses connues du Nanofil, si bien que tant les instructions reçues dans la boîte que le site de Berkley explique COMMENT utiliser l'utiliser en tenant compte de cela. Si on suit les consignes du fabriquant, il n'y aura jamais de problème. Du moins, moi, après 8 mois d'utilisation (été, automne et hiver), je n'ai pas eu à subir une seule rupture. En fait, oui : tous mes leaders ont cédé (flurocarbone ou nylon), sans exception et non pas à la jonction, mais plus bas dans la ligne. Je n'ai pas eu, une seule fois un problème avec ce fil — lorsqu'il est utilisé selon les indications du fabriquant — en près de huit mois. Les supposés défauts du fil n'ont été, pour moi, pas une seule fois vérifiés dans les faits. À ma grande surprise, d'ailleurs. Un fil 4 saisons pour le Québec? À chaque semaine, depuis le mois de juillet dernier, je suis allé à la pêche avec, au moins un moulinet chargé de ce type de fil. Je l'ai utilisé dans toutes les circonstances imaginables. Il n'a pas montré un seul signe de faiblesse... et toujours cette merveilleuse capacité d'atteindre des zones éloignées que l'on croyait inaccessibles. Et quelle précision! Les premières fois, j'étais tellement surpris de voir à quel point mes leurres se rendaient beaucoup plus loin que le nylon, et certainement 15-20% que mon fil tressé préféré. J'arrive tout juste de ma deuxième journée de pêche sur la glace. C'est une curieuse note à même le site de Berkley qui m'a mis sur cette piste. À l'article sur les fils pour la pêche sur la glace, on signale que le Nanofil est parfait pour l'hiver aussi, étant donné que l'eau ne le pénètre pas. Voici ma conclusion : c'est exact. Il est aussi pratique et anti-abrasif qu'un fil de nylon régulier, sans souffrir apparemment le moindrement de l'hiver, de son eau glacée ou de la glace. L'eau perle sur ce fil. C'est le premier fil que j'utilise qui me plaît quasi-parfaitement en toute saison. Rien, pour moi, ne s'y compare. Le "bottom line" Pour celui ou celle qui recherche un fil de qualité, utilisable en toute saison, même au Québec et ses écarts de température qui font souffrir les concurrents, il est possible que le Nanofil de Berkley puisse satisfaire vos exigences. Utilisé selon les consignes du fabricant, surtout en ce qui a trait à la lubrification, la jonction avec un autre fil et la pose d'hameçon, il s'en sort de manière admirable. C'est vraiment un fil unique. Plus cher que la moyenne, il remplit toutes ses promesses, et même plus! Je l'ai adopté pour mes deux moulinets "tout terrain"; je sais que je ne serai jamais pris au dépourvu.
  3. J'avais acheté cet été une bobine de Nanofil de Berkley 8lbs/test, que j'avais l'intention de mettre sur un petit moulinet pour la jig et la pêche blanche. Lorsque j'ai voulu mettre la ligne sur mon moulinet, je fais le premier noeud de raccord ( ''le'' bon noeud... ) et, je tire un peu pour serrer le tout et BANG, la ligne casse. Je me suis dit, j'ai mal fait quelque chose, alors je recommence une seconde fois... Re-Bang!!! Alors, j'ai pris une section de cette ligne, j'ai fait quelques tours avec mes mains, et j'ai tiré pour en éprouver la résistance. Normalement, de la 8 lbs/test, c'est suffisant pour entailler les doigts, à tout le moins avec de la tressée, du monofilament ou du fluorocarbone: Bang-Bang-Bang...... Cassé trois bouts de ligne sans le moindre effort!!!! Vraiment incroyable combien cette ligne est de la pure cochonnerie!!!! À moins que j'aie frappé une mauvaise bobine??? Donc à moins d'une preuve contraire... Ce produit là est réglé pour moi. Gaspillage!!! Éric