Mirage

Membre
  • Compteur de contenus

    1 269
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    7

Mirage last won the day on March 21

Mirage had the most liked content!

Réputation sur la communauté

2 306 Excellent

1 abonné

À propos de Mirage

  • Rang
    Maître Pro Pêcheur
  • Date de naissance May 12

Profile Information

  • Sexe
    Homme
  • Région du Québec
    15 Laurentides
  • Ville
    Laurentides
  • Intérêts
    Pêche, Golf, Ski, Hockey

Visiteurs récents du profil

1 138 visualisations du profil
  1. downriggers

    Le poisson va déclencher la pince mais pas toujours. Ça dépend de l'attaque et de la grosseur. La tension va te permettre de voir les attaques et si le poisson déclenche ta pince, le retour en arrière de ta canne va lui faire un premier ferrage et te donner le temps de prendre ta canne et de ferrer à nouveau.
  2. downriggers

    Ta pince qui est attachée au boulet ou au câble va remonter alors ton leurre va remonter automatiquement. Peu importe le nombre de pieds, tu dois mouliner pour recréer la tension sur ton fil qui va de la canne à ta pince.
  3. Wow ! Tout un récit Kazz. Félicitations pour votre pêche. Tu as enfin arrêté de jouer de malchance. Une chance qu'elle était là pour te montrer comment ramener un poisson. Mais fais bien attention ! Avec une telle pêche, elle peut devenir confiante assez vite. Ma Capitaine déborde de confiance pour notre prochain séjour dans 2 semaines. Elle me répète souvent qu'elle va me clancher. J'ai adoré te lire et comme je connais bien l'endroit, je vous suivais assez bien sur les lacs. Merci d'avoir partagé ton séjour !
  4. Les fameux salmonidés du lac Ontario!

    C'est jamais trop long ! Un avant-midi de rêve, une superbe température et de bien belles photos. Bravo pour votre pêche et Merci de nous avoir permis de pêcher avec vous.
  5. le coin du mémèrage de mini, Raton et le Rapala

    Et vlan dans ma face ! Tu as tellement raison ! Quelle erreur de débutant ! Les verbes du 1er groupe en ''er'' et certaines exceptions ne prennent pas de ''s'' à l'impératif présent. C'est la preuve qu'il faut toujours être plus que vigilant en français. P.S. Quatre ne prend pas de ''s'' Entre deux jeunes qui se corrigent, on va finir par être pas pire !
  6. le coin du mémèrage de mini, Raton et le Rapala

    On commence par vous ! ..... alors on va s'occuper d'eux mais mieux encore.. moi, bla bla bla......... alors je vais m'occuper d'eux. Vive le français !
  7. le coin du mémèrage de mini, Raton et le Rapala

    Il y a encore 2 fautes. On va y arriver ! Travailles fort à l'école. étudies bien....
  8. Mon premier séjour de l’année au Chevreuil Blanc est enfin arrivé ! On est jeudi le 3 août et j’ai donné rendez-vous à l’accueil pour 14h00 à mes 3 partenaires de l’année dernière, Nicolas, Serge et Donald. J’arrive et Donald est déjà là à attendre avec impatience. Nicolas se pointe quelques minutes plus tard. Nous complétons l’enregistrement final et nous quittons pour le chalet 5 du Lac Provision. Serge viendra nous rejoindre à son arrivée. Selon les dires de Suzanne, la pêche est maintenant difficile pour la plupart des pêcheurs qui ne comprennent pas comment pêcher quand les truites sont en profondeur. Dès 15h00, tout le matériel est placé dans le chalet et dans les chaloupes et Serge n’est toujours pas là. Puisqu’il n’y a aucun service cellulaire, Donald retourne à l’accueil pour tenter de le rejoindre. Pendant ce temps, Nicolas va faire un petit tour dans la baie, question de tenter sa chance en attendant. J’attendrai le retour de Donald. Heureusement Serge est à l’accueil et Donald est bien content de le voir. Ils reviennent et Serge m’explique rapidement qu’il a eu une urgence à son bureau et qu’il a du aller régler ce petit problème. Par contre, il s’aperçoit que dans la précipitation, il a oublié une boîte à la maison. Downrigger, sac de couchage, habit de pluie et veste de flottaison sont absents. Il retourne chercher une veste à l’accueil et pour le reste il devra faire avec. 16h00, nous sommes enfin tous sur le lac et c’est le début de nos péripéties. La température annoncée pour les 4 jours est plutôt chancelante. Un peu de soleil, beaucoup de nuages avec de la pluie et des orages sont annoncés. Tout un cocktail en vue ! Par contre, pour l’instant, tout est calme. C’est nuageux, pas de vent et pas de pluie en vue. Pour cette première soirée sur le Provision, je fais équipe avec Nicolas et Serge sera avec Donald. La température de l’eau de surface à 72 F est de 5 degrés moins chaude que l’année dernière. Alors que les truites arc-en-ciel étaient 30-40 pieds de profond, on les retrouve cette année majoritairement entre 25 et 30 pieds. Ça sera donc la profondeur à atteindre pour avoir du succès. La pêche commence rapidement et je fais les 2 premières prises mais rien de gros. Environ 1.5 lbs remis à l’eau. Nicolas fera les 2 suivantes. Le retour au chalet se fait vers 20h30 avec une très bonne première soirée pour nous qui se termine avec un total de 4 prises conservées et 4 remises à l’eau. Une soirée beaucoup plus difficile pour Serge et Donald avec une bredouille. Nos 4 truites ! Nicolas devant nos truites accompagné par Donald. Un premier souper se fait avec des conversations intéressantes accompagné de quelques bières et verres de vin. Vers 23h30, c’est l’heure d’aller rêver à notre prochaine pêche. 6h00, c’est le réveil pour un déjeuner rapide. Nous changeons de partenaire. Nicolas ira avec Serge et Donald avec moi. Pendant que Donald se prépare, je fais un ajustement à son montage de cuillère et je lui mets un bas de ligne avec hameçon slow death. C’est maintenant un nouveau départ et j’entrevois que nous aurons sûrement de la pluie durant cet avant-midi. Mon premier trajet est toujours de faire le tour de la baie des chalets à quelques reprises avant de s’éloigner pour faire tout le lac. Après vérification, je m’aperçois que Donald ne sort que 75 pieds de ligne alors qu’il en faut au moins 100 avec son montage. La décision est bonne et sa première attaque ne se fait pas attendre. Je vois qu’il est fébrile et ne veut pas la perdre. Une belle arc-en-ciel de 1.5 lbs fera son bonheur et puisque c’est sa première, elle sera conservée. Quelques instants plus tard, c’est à mon tour avec une 2 lbs. Nous continuons notre quête et nous avons plusieurs attaques sans succès. Nous croisons nos partenaires et la pêche semble être bonne pour eux aussi. Nicolas a 1 prise gardée et 2 remises à l’eau et Serge, un peu moins chanceux, n’a pas de prises mais quelques attaques sans résultat. Oups ! La pluie commence à tomber. Nous enfilons nos habits et protégeons notre équipement avec des sacs. La pluie est de plus en plus forte et on voit Nicolas et Serge retourner au chalet. C’est vrai ! Serge n’a pas son imperméable. Il va chercher un petit haut de pluie en plastique transparent qu’il a retracé dans ses effets et revient sur le lac. La pluie assez intense ne durera pas longtemps mais on aura droit à de la fine pluie pendant quelque temps. Pendant cette période, Donald et moi réussirons à faire 2 autres prises et Nicolas aussi. Un peu plus tard, on se retrouve tous les 4 dans la baie du fond. Pour ne pas se nuire, pendant qu’un groupe est au fond, l’autre est au début et ainsi de suite. Pendant que Donald et moi revenons vers le fond, on voit Serge debout. Il ne doit pas être pris dans le fond pour être tout aussi excité. Et tout à coup, Nicolas sort la puise et enfile rapidement la belle arc-en-ciel. Une belle bête qui fait 2.3 lbs. Toute une prise pour Serge ! La pêche continue et nous voyons Nicolas et Serge s'éloigner vers le début de la baie. Nous sommes dans le fond et je fais un changement de montage. Puisque le vent nous pousse dans le pas creux et que c’est plutôt étroit, je dis à Donald de rentrer sa ligne et qu’on repartira en ligne droite par le centre de la baie. Alors qu’il remonte sa ligne, il sent un peu plus de tension. Étrangement, un long monofilament est entremêlé avec sa cuillère et son fil. Je coupe le moteur à zéro pour éviter une catastrophe. Je démêle le tout mais le fil se prolonge dans l’eau. J’imagine alors que quelqu’un a cassé et j’entreprends d’essayer d’aller récupérer la cuillère ou à tout le moins de sortir ce fil de l’eau pour éviter que d’autres se mêlent avec. Après presque 75 pieds, je sens enfin une résistance. Tout à coup, le fil se met à bouger de gauche à droite. Je dis à Donald, sors la puise, il y a quelque chose de gros. Incrédule, il pense que je blague encore une fois. Mais quand il voit le fil se démener d’un bord à l’autre, là il me croit. Alors, en gesticulant et riant à plein poumon, nous voyons apparaître une cuillère neuve Toronto Wobbler argent et au bout du bas de ligne, cette belle truite arc-en-ciel de 3 lbs, accrochée sans doute depuis peu ou pendant que je ramenais le tout. Nos amis de l'autre embarcation nous entendent grâce à l’écho dans la baie, se rapprochent de nous et croient à une blague ou à une très petite prise genre crapet ou autres. Arrivés près de nous, j’explique ce qui est arrivé et pour gonfler l’égo de Donald, je qualifie l'ensemble de la manœuvre de " La TECHNIQUE spéciale à Donald". Toute une aventure en ce premier matin ! Au sortir de la baie, je place mon downrigger pour tenter les grises dans les profondeurs mais sans résultat. Ouf ! Tout un avant-midi productif avec 8 arc-en-ciel gardées + 6 autres retournées dans leur habitat et aussi une petite grise remise à l’eau également. Un avant-midi très productif. Serge, Nicolas et Donald. On voit bien la belle grosse truite de 3 lbs prise par Donald. Comme on peut s’en douter, le lunch du midi se fera dans la joie et les rires. Le retour à la pêche de l’après-midi et fin de journée se fera à la mouchetée. Serge et Donald retourneront sur le Lac Bouleau, qui a su leur donner beaucoup de prises l’année dernière tandis que Nicolas et moi iront sur le Samlock. Durant ces 5 heures de pêche, le Samlock a été très généreux avec nous avec nos 25 mouchetées mais sans toutefois nous donner les grosses prises que nous voulions. Plusieurs ont été remises à l’eau et la plus grosse faisait 15 pouces. Pour Serge et Donald, ce ne fut pas la même histoire que l’année dernière. Seulement 6 mouchetées et Donald a encore une fois sorti une technique pour réussir à prendre 3 crapets. Une belle tablée de mouchetées Une autre journée qui se termine avec un bon repas, des discussions intéressantes et des éclats de rire quant à la TECHNIQUE de Donald pour prendre la plus grosse arc-en-ciel. Dès 6h00 le lendemain, c’est la préparation pour notre prochaine pêche à la mouchetée. Cette fois, je me joindrai à Serge et Donald ira avec Nicolas. Tous, nous irons sur le Samlock. Le lac est assez grand et on prend chacun des chemins différents. On se croise à l’occasion pour se renseigner où ça a mordu. Il n’y a rien de spectaculaire ce matin. Quelques prises ici et là, sans plus et rien de gros. Je vois Nicolas s’éloigner pour tenter sa chance dans les 2 baies au fond du lac qui nous ont données quelques prises la veille. Nous continuons dans notre secteur quelque temps et nous décidons d’aller dans ce secteur aussi. Le chemin pour se rendre est une section de grises alors nous tentons notre chance. On en voit plusieurs mais avec aucun résultat. Après avoir essayé la première baie, nous allons rejoindre nos partenaires pour voir ce qui se passe avec eux. Donald veut qu’on s’approche, il rit et nous dit qu’il a des choses à nous conter. Nicolas a remonté une grosse branche remplie de bouts de ligne de toutes sortes qui a avalé plein hameçons. Je me dis : Bon ! Ils vont m’inventer une histoire. Mais non ! Pas d’histoire, il n’y avait pas de truites. Ensuite, Donald nous raconte qu’il a perdu une grise qui s’est décrochée en un coup de queue sur la chaloupe. Et qu’il a réussi encore à prendre un crapet. Mais voici la suite….. Alors qu’ils pêchaient à la dérive dans ce petit secteur, ils se retrouvent plus près du bord. Par précaution, Donald rentre sa ligne et Nicolas part le moteur pour s’éloigner. Oups ! Un petit coup de vent et la ligne à Donald se retrouve sous la chaloupe. Immanquablement, la ligne s'enroule dans l'hélice du moteur et se casse nette. Nicolas arrête le moteur, le lève pour déprendre le tout. Il réussit à prendre le fil coupée et rentre le tout pour ne pas perdre le montage. Il y a un bon 50 pieds. Et voilà encore…. Nicolas s’exclame: Ça résiste et ça bouge, il y a une truite, je suis certain. Donald incrédule encore une fois, croit à une nouvelle blague. Mais tout était vrai. La plus grosse mouchetée de l'aventure a été puisée. Un fou rire s’est emparé de nous tous pendant qu’il nous contait cette nouvelle aventure. La TECHNIQUE de pêche de Donald aura réussi à prendre la plus grosse arc-en-ciel et la plus grosse mouchetée. Par la suite, nous continuons notre pêche sérieuse pendant quelque temps et par une technique plus conventionnelle, j’ai réussi à prendre le plus petit poisson. Une minuscule perchaude d’à peine 3 pouces. On en a rit une shot encore une fois. Il est déjà 13h30, plus tard que prévu, et nous retournons au chalet pour luncher et pouvoir pêcher à nouveau l’arc-en-ciel sur le Provision en fin de journée. Un autre avant-midi de plaisir et assez productif qui a rapporté 21 mouchetées avec 10 conservées et 11 remises à l’eau. Donald qui pointe sa grosse mouchetée. Un autre changement de partenaire se fera pour la soirée. Je retourne avec Donald et Nicolas avec Serge. Il est 15h30, il fait quand même assez beau mais avec le vent, le temps change vite. Il y a quelques percées de soleil mais beaucoup de nuages. Je ne prends pas de chance, j’apporte mon imperméable mais Donald ne le fait pas. Avant de quitter, je vois le haut de plie en plastique et demande à Serge s’il veut l’apporter. Il regarde le ciel et me répond qu’il n’en a pas besoin. Dès le départ, on décide qu’on va faire quelques passes dans la baie des chalets. Donald sort sa ligne et se rappelle qu’il faut au moins 100 pieds. Alors qu’il termine et vient à peine de mettre sa canne sur le porte-canne, il a une fulgurante attaque. Il me regarde avec un drôle d’air et se croit pris. Je lui dis de prendre sa ligne au plus vite. Dans l’énervement, il a de la difficulté à la décrocher mais réussit quand même. Il ferre et ça semble très lourd. Tout à coup, assez près de la chaloupe, il n’y a plus rien et c’est la désolation totale. À peine une demi-heure plus tard, c’est le déluge. Quelle bonne décision nous avons pris Nicolas et moi. Nous sommes à l’abri sous nos imperméables mais Donald et Serge doivent subir les frasques de Dame Nature pendant un bon 30-35 minutes. Heureusement, par la suite, le soleil est sorti pour les assécher quelque peu. Est-ce cette pluie ou le front froid annoncée qui va arriver avec une baisse d’au moins 10 degrés C en quelques heures mais la soirée est assez tranquille. On essaie tous nos trajets mais rien ne se passe. On retourne donc faire un tour dans la baie du fond et je réussis à prendre une petite grise de 1.5 lbs. Nicolas et Serge sont aussi dans la baie et ils ont réussi 2 prises. Pendant que c’est tranquille, j’explique à Donald l’histoire du chapelet de fille. Un chapelet Bolo que ma conjointe Sylvie avait acheté chez Sail et que j’avais qualifié de chapelet de fille de part ses couleurs rose, vert pomme et blanc. Elle m’avait fait la barbe à ce fameux séjour et dès mon retour j’avais été m’en acheté un. L’histoire a fait boule de neige depuis et tout le monde l’appelle le chapelet de fille. De nouveau au fond de la baie, je dis à Donald que je vais faire un changement de montage pour remettre le chapelet de fille. À la blague, il me répond qu’on risque à nouveau de prendre une grosse truite s’il rentre sa ligne. On quitte par le centre et dès qu’on a assez de profondeur, on sort les lignes. Dès que j’ai fini de sortir et que ma ligne se tend, j’ai une attaque qui a produit une belle truite de 1.5 lbs. Vu que c’est tranquille et que la pêche tire à sa fin, je la garde. Encore une fois, le chapelet de fille a fait honneur à sa réputation. Au sortir de la baie, le vent s’élève avec de gros nuages noirs et la température descend. Je ne prends pas de chance et me dirige plus directement vers le chalet. A peine accoster et débarquer, c’est à nouveau le déluge mais avec de forts vents. Nos amis sont en retard et arrivent à la grosse pluie. Il est 19h15 et ça sera terminer pour cette soirée puisque même si la pluie a cessé, le vent est coriace. Nous faisons un bon souper communautaire avec salade Caesar, ailes de poulet, côtés levées, pilons de poulet préparés par Donald accompagné de quelques bières et verres de vin. Le lendemain matin, il nous reste quelques heures de pêche avant notre départ prévu pour 11h00. Avant d’y aller, chacun ramasse quelques effets personnels pour pouvoir pêcher jusqu’à 10h00. Durant la nuit, il y a eu plusieurs orages et pour ce dernier matin, la pluie a cessé mais la température est pas plus froide avec du bon vent mais qui peut s’endurer. Serge sera mon partenaire du dernier matin et Donald sera avec Nicolas. Je recommence avec le chapelet de fille Serge fait de même mais un format légèrement plus petit. Ce n’est pas très long que je réussis à prendre une belle 2 lbs. Ensuite, c’est assez tranquille pour un certain temps. Serge et moi faisons un changement de montage. Mais rien de bon ne se produit. Je refais un autre changement et sort un chapelet argent et bleu écailles de poisson. Le changement est productif et une autre belle arc-en-ciel de 2 lbs est puisée. On croise Nicolas et Donald et c’est tranquille. Donald n’a rien et Nicolas qui est au downrigger a une prise. C’est un peu le calme plat pour Serge qui est à son 2e montage. Je lui demande s’il a un chapelet semblable au mien. Il en a un superbe argent et mauve qui devrait être efficace. Il fait le changement. À peine 5 minutes plus tard, il a sa canne dans les mains et il a une attaque assez féroce. I l ferre, il ramène tranquillement tout en gardant une bonne tension. Tout est parfait ! Sa canne est pliée et je vois bien les coups de tête. Soudainement, tout près de la chaloupe, d’un coup sec, le chapelet sort de l’eau. Ouf ! C'est difficile à accepter. Une bonne nouvelle dans tout ça, la couleur de nos chapelets semblent fonctionner. Au loin, on voit que Nicolas a une 2e prise. Il est 9h30, il reste à peine 30 minutes et on repasse dans les endroits où on a eu des attaques. Serge veut une truite à tout prix. Il dit qu’il ne sort pas avant de l’avoir. À la blague, je lui réponds qu’il faut quitter et qu’on ne peut pas rester toute la journée. Tout à coup, Serge s’exclame. Ça y est, je l’ai. Cette fois, c’est la bonne je suis certain qu’il dit. Elle semble bien ferrer. Il ramène, je me lève avec la puise et l’étire au plus long. Elle approche. Ça semble assez gros. Je commence à voir le chapelet puis la tête de la truite. Elle veut aller derrière la chaloupe et je me prépare à tourner le moteur un peu pour remettre le tout au bon endroit quand la ligne se casse au noeud de l’hameçon. Serge n’est vraiment pas chanceux ce matin. Le voyage se termine ainsi ! Nous quittons avec de beaux souvenirs, des anecdotes assez cocasses et quelques moments plus difficiles mais avec un plaisir immense de se retrouver pour partager notre passion. Un séjour qui nous a donné une pêche extra avec 29 arc-en-ciel, 52 mouchetées, 3 grises, 4 crapets et une minuscule perchaude de 3 pouces. À la prochaine ! Mirage
  9. Quelques sorties à la mouche

    Très beau ton post is_gen ! Merci de nous partager tes sorties et tes photos.
  10. J,ai fracassé mon record avec un doré jaune énorme

    C'est vrai que le rose te va bien !
  11. Un budget de 80$ pour un moulinet?

    Bravo pour ta réaction rapide ! Lis bien les très bons conseils de Xrap et Krovvax. Quant à moi, tu es tout pardonné. Allez pêcher en paix mais ne pécher plus.
  12. Un budget de 80$ pour un moulinet?

    Je ne vois pas tes excuses à Nextstep ni à celui que tu qualifies de ''l'autre vieux''. Mais tu fais bien ce que tu veux si tu crois que tout va bien. Des fois quand on crache dans les airs, ça peut nous retomber sur le nez.
  13. Un budget de 80$ pour un moulinet?

    Une entrée sur le forum un peu particulière et maintenant un manque flagrant de respect et de politesse.
  14. J,ai fracassé mon record avec un doré jaune énorme

    Ouf ! Quel beau récit. Félicitations pour cette belle prise. Beaucoup de travail dans vos écrits. Ils ont autant d'éclat que la couleur étincelante de votre immense doré.